Rapport Pays Bulgarie 2017

Rapport pays

  • Bulgaria
  • Agriculture,
  • Automotive/Transport,

10 oct. 2017

Une croissance solide attendue en 2017 et 2018 nourrie principalement par des exportations plus fortes et une croissance de la consommation privée.

CEE Bulgaria 2017 key indicators

 

 

 

CEE Bulgaria 2017 Industries performance forecast

 

Situation politique

Chef de l'Etat : Président Rumen Radev (depuis Janvier 2017)

Chef du gouvernement : Premier Ministre Boyko Borisov (depuis Mai 2017)

Population : 7 millions

Une certaine instabilité politique perdure

Après les élections surprises qui se sont déroulées en mars 2017, Boïko Borissov, du parti de centre-droit GERB est devenu Premier ministre pour la troisième fois. Il dirige un gouvernement de coalition associant le GERB et le parti nationaliste « Patriotes unis » avec une très faible majorité au parlement (112 sièges sur 240). Ces élections anticipées étaient devenues nécessaires après la démission du gouvernement précédent dirigé par Borissov qui a suivi la victoire aux élections présidentielles de novembre 2016 de Roumen Radev, un socialiste soutenu par la Russie.

 

L‘insatisfaction politique reste élevée, en particulier à propos de la lenteur des progrès de la lutte contre la corruption. Alors que le nouveau gouvernement poursuit une politique pro-UE, le parti socialiste et le président Radev sont en faveur de relations politiques et économiques plus étroites avec la Russie. 

Situation économique

Une croissance solide attendue en 2017 et 2018

CEE Bulgaria 2017 Real GDP growth

La Bulgarie a enregistré une faible croissance du PIB après la contraction de 2009, s’établissant en moyenne à 0,9% par an seulement entre 2010 et 2014. Toutefois, la croissance économique s’est accélérée depuis 2015, nourrie principalement par des exportations plus fortes et une croissance de la consommation privée. Le PIB devrait croître de plus de 3% en 2017 et 2018, les dépenses des ménages étant encouragées par la faiblesse des taux d’intérêt et une amélioration du marché du travail. Le chômage devrait baisser pour atteindre 8% environ en 2017. Dans le même temps, les exportations continuent d’être encouragées par l’augmentation de la demande au sein de la zone euro, et les investissements (y compris les projets d’infrastructures financés par l’UE). Après un épisode déflationniste entre 2014 et 2016, qui a gravement affecté la rentabilité des entreprises bulgares, les prix à la consommation sont repartis à la hausse en 2017, en raison d’une augmentation des prix de l’énergie et du renforcement de la demande intérieure.

CEE Bulgaria 2017 Real private consumption

Après un excédent en 2016, la balance fiscale devrait afficher un faible déficit en 2017 et 2018. L’augmentation de la consommation privée et des importations stimule la perception de revenu. La dette publique reste supportable et devrait décroître de manière continue (pour atteindre 27,5% en 2018).

 

Après une crise bancaire en 2014, le secteur a fait beaucoup de progrès. L’évaluation du secteur bancaire réalisée par le FMI en 2016, et un test de résistance mené par la banque centrale montrent que le secteur est correctement capitalisé et plus résilient aux chocs. Cependant, 14% du montant total des prêts sont toujours des prêts non productifs, ce qui continue de menacer la rentabilité bancaire. Les banques grecques contribuent pour plus de 18% des actifs bancaires en Bulgarie, ce qui expose le secteur à des évolutions négatives de l’économie grecque.

CEE Bulgaria 2017 Industrial production

Le cadre de la politique monétaire est fort, avec un solide engagement pour son dispositif de caisse d’émission (le lev est arrimé à l’euro en vertu du dispositif de caisse d’émission depuis 1997), ce qui encourage la confiance des investisseurs étrangers. Toutefois, ce dispositif limite la capacité de la Bulgarie à lutter contre les déséquilibres extérieurs. Cet arrimage peut être maintenu en raison d’importantes réserves internationales (10 mois de couverture des importations) et d’excédents courants.

 

L’instabilité politique demeure un problème pour les perspectives de croissance économique à long terme de la Bulgarie, tandis que la corruption et la lourdeur bureaucratique continuent de peser sur l’environnement économique. Malgré une diminution du taux de chômage, le chômage à long terme reste un problème social et économique majeur, puisqu’il compte pour 60% du chômage total. Le niveau élevé de l’émigration et le vieillissement de la population renforcent les difficultés du marché du travail et réduisent le potentiel de croissance à long terme.

            

Documents associés

Avertissement

Les informations figurant sur ce site sont uniquement fournies à titre indicatif et ne doivent pas être utilisées à d’autres fins que celles mentionnées. Nous vous remercions de bien vouloir vous reporter aux réglementations et accords en vigueur. Aucunes informations ne peuvent être considérées comme créant un droit, une obligation ou engageant la responsabilité d’Atradius y compris pour juger de la moralité d’un ou de plusieurs acheteurs. Si Atradius juge de la moralité d’un acheteur, elle le fait pour le compte de son arbitrage et en aucun cas au bénéfice de ses assurés ou toute autre personne. En aucun cas, Atradius, ses partenaires ou sociétés apparentées, agents ou employés, ne pourront être tenus responsables envers les lecteurs ou toute autre personne pour toute décision ou mesure prise sur la foi des informations contenues dans cette carte, ou pour tous dommages indirects, particuliers ou similaires, même si ces personnes ont été avisées de l’éventualité de tels préjudices.