Market Monitor Automobile République Tchèque 2016

Market Monitor

  • Czech Republic
  • Automotive/Transport

27 oct. 2016

Si les conditions du marché devaient rester favorables pour le moment, des risques de baisse pourraient survenir en 2017...

  • Pays toujours prospère, mais avec risques de baisse à l'horizon
  • Les marges bénéficiaires devraient rester stables en 2016
  • Les fournisseurs d'acier sont confrontés à plus de problèmes

Le secteur automobile joue un rôle décisif dans l’économie tchèque. Il représente en effet 7,4% du PIB, 24% de la production manufacturière et 23% des exportations (principalement vers les pays de l’UE). La République Tchèque héberge trois grandes entreprises de production de voitures, à savoir Škoda, Toyota Peugeot Citroën Automobile (TPCA) et le coréen Hyundai. Le pays compte de nombreux fournisseurs locaux et les secteurs tchèques de l’acier/du métal et des plastiques sont fortement dépendants des performances du secteur automobile.

 

En 2015, la production de voitures a augmenté de 4,1% à 1,3 million d’unités. En revanche, les prix des fabricants ont baissé de 2% à cause de facteurs de production plus élevés, de la volatilité de la devise et de la plus grande concurrence sur le marché. Les exportations restent le principal facteur de croissance, avec les ventes à l’exportation en hausse de 110% depuis 2010, alors que celle des ventes domestiques est de 29%. Les nouvelles commandes grimpent de 20% au premier semestre de 2016 et les perspectives de performances à court terme pour le secteur automobile restent favorables, avec une augmentation prévue de la valeur ajoutée de 5,6% et de 4,1% respectivement pour 2016 et 2017.

 

Grâce à des ventes solides, les marges des fabricants et fournisseurs de voitures devraient rester stables dans les mois à venir. Les pratiques en matière de paiement sont généralement bonnes, avec un nombre réduit d’avis de non-paiement et cela ne devrait pas changer pour les mois à venir. Les cas de faillite devraient rester rares dans le secteur.

 

Notre politique de couverture demeure ouverte étant donné la croissance des commandes et des recettes ainsi que le niveau limité de défauts de paiement et de faillites. Nous sommes toutefois plus prudents à l’égard des producteurs et centres de services du secteur de l’acier car de nombreuses entreprises souffrent de la faiblesse des prix de vente, de la forte concurrence, des marges réduites et de dettes bancaires importantes.

 

Si les conditions du marché devaient rester favorables pour le moment, des risques de baisse pourraient survenir en 2017 : un ralentissement de la croissance de la zone euro, les conséquences négatives du Brexit sur les exportations automobiles au Royaume-Uni et la fin du plafond de la couronne tchèque imposé par la Banque centrale (qui évite l’appréciation de la devise pour le moment). Dans le même temps la pression sur les prix de la part des fabricants d’équipements d’origine comme le Groupe VW (dont Škoda fait partie et de nombreux fournisseurs approvisionnent d’autres fabricants d’équipements d’origine de VW) pourrait avoir un effet négatif sur les entreprises du secteur automobile tchèque.

Documents associés

Avertissement

Les informations figurant sur ce site sont uniquement fournies à titre indicatif et ne doivent pas être utilisées à d’autres fins que celles mentionnées. Nous vous remercions de bien vouloir vous reporter aux réglementations et accords en vigueur. Aucunes informations ne peuvent être considérées comme créant un droit, une obligation ou engageant la responsabilité d’Atradius y compris pour juger de la moralité d’un ou de plusieurs acheteurs. Si Atradius juge de la moralité d’un acheteur, elle le fait pour le compte de son arbitrage et en aucun cas au bénéfice de ses assurés ou toute autre personne. En aucun cas, Atradius, ses partenaires ou sociétés apparentées, agents ou employés, ne pourront être tenus responsables envers les lecteurs ou toute autre personne pour toute décision ou mesure prise sur la foi des informations contenues dans cette carte, ou pour tous dommages indirects, particuliers ou similaires, même si ces personnes ont été avisées de l’éventualité de tels préjudices.