Market Monitor Chimie France 2019

Market Monitor

  • France
  • Chemicals/Pharma

16 juil. 2019

Le nombre de cas de non-paiement et d’insolvabilité était faible en 2018 et au 1er semestre 2019, et cette tendance devrait rester inchangée au cours des 12 prochains mois.

 

2019 france chem 1

 

 

  • La demande de produits chimiques français continue de croître, mais à un rythme plus lent depuis le second semestre de 2018, en raison de la baisse de la demande des principaux secteurs d’achat (secteurs automobile et de la construction en Europe, par exemple), de la croissance plus faible en Chine et de l’incertitude accrue concernant les litiges commerciaux. Le secteur est fortement axé sur les exportations et bénéficie d’une diversification des marchés finaux et de dépenses en recherche et développement élevées. Cela dit, les coûts élevés de la main-d’œuvre et les charges réglementaires constituent des désavantages concurrentiels.
  • La plupart des entreprises chimiques françaises affichent des marges bénéficiaires élevées. Toutefois, les marges se sont détériorées au cours des 12 derniers mois en raison de la hausse des prix des intrants (notamment du naphta). Cela dit, les marges vont rester stables au cours des six prochains mois, étant donné que les prix des intrants ne devraient pas augmenter fortement au cours de cette période, et que les prix du gaz en Europe sont même en baisse. Bien que le taux d’endettement des entreprises soit généralement élevé dans ce secteur à forte intensité de capitaux, il bénéficie de la volonté de prêter des banques et des taux d’intérêt actuellement bas.
  • L’expérience de paiement a été bonne ces deux dernières années, et le niveau des paiements prolongés est faible. La forte dépendance vis-à-vis des fournisseurs au long de la chaîne de valeur empêche généralement les acheteurs de payer en retard. Le nombre de cas de non-paiement et d’insolvabilité était faible en 2018 et au premier semestre 2019, et cette tendance devrait rester inchangée au cours des 12 prochains mois, malgré la hausse des prix des intrants et la baisse de la demande mondiale de produits chimiques. Cela résiste en quelque sorte à la tendance du développement de l’insolvabilité des entreprises en France, qui devrait augmenter de 3% en 2019.
  • En raison des performances stables des entreprises et de la bonne situation en matière de risque de crédit, notre politique de couverture est très ouverte à presque tous les principaux sous-secteurs (produits pétrochimiques, produits chimiques de base, produits pharmaceutiques).
  • Nous sommes plus prudents lors des acceptations dans le secteur des plastiques (emballages). Ce sous-secteur a enregistré une augmentation (quoique modeste) des notifications de non-paiement au cours des 12 derniers mois et est impacté par la volatilité des prix du pétrole, une sensibilisation accrue à l’environnement et une réglementation plus stricte (par exemple, le projet de l’UE d’interdire l’utilisation de plastiques à usage unique d’ici 2021).
  • Sur le long terme, les performances du sous-secteur des produits chimiques de base français pourraient être impactées par la détérioration de la compétitivité internationale et la diminution des investissements.

 

Documents associés

Avertissement

Les informations figurant sur ce site sont uniquement fournies à titre indicatif et ne doivent pas être utilisées à d’autres fins que celles mentionnées. Nous vous remercions de bien vouloir vous reporter aux réglementations et accords en vigueur. Aucunes informations ne peuvent être considérées comme créant un droit, une obligation ou engageant la responsabilité d’Atradius y compris pour juger de la moralité d’un ou de plusieurs acheteurs. Si Atradius juge de la moralité d’un acheteur, elle le fait pour le compte de son arbitrage et en aucun cas au bénéfice de ses assurés ou toute autre personne. En aucun cas, Atradius, ses partenaires ou sociétés apparentées, agents ou employés, ne pourront être tenus responsables envers les lecteurs ou toute autre personne pour toute décision ou mesure prise sur la foi des informations contenues dans cette carte, ou pour tous dommages indirects, particuliers ou similaires, même si ces personnes ont été avisées de l’éventualité de tels préjudices.