Market Monitor Agroalimentaire Espagne 2019

Market Monitor

  • Spain
  • Food

17 déc. 2019

De manière générale, les marges bénéficiaires sont serrées dans le secteur, car la pression sur les prix exercée par les grands distributeurs force les producteurs et les transformateurs alimentaires

Spanish food sector expected growth in the coming years

Performance forecast along Spanish food subsectors

Le chiffre d’affaires du secteur agroalimentaire espagnole a augmenté de 0,1% en glissement annuel en 2018, pour atteindre 116 890 millions d’euros. Bien que le secteur enregistre une croissance du chiffre d’affaires pour la cinquième année consécutive, la croissance des ventes devrait rester modeste à court terme.

De manière générale, les marges bénéficiaires sont serrées dans le secteur, car la pression sur les prix exercée par les grands distributeurs force les producteurs et les transformateurs alimentaires à s’adapter. Une baisse générale des marges bénéficiaires ne peut être exclue dans les mois à venir en raison d’une demande mondiale plus faible.

Dans le sous-secteur de la viande, les transformateurs de viande de porc sont actuellement confrontés à des difficultés en raison des prix élevés de l’abattage du bétail (causés par l’épidémie de peste porcine africaine en Chine). La croissance de la valeur ajoutée dans le segment de la viande devrait se contracter légèrement (-0,1%) en 2019. La croissance de la valeur ajoutée dans le secteur laitier devrait augmenter d’environ 2% en 2019 et 2020, mais les faibles prix de vente et la forte concurrence ont un impact sur les marges.

L’olive et l’huile d’olive représentent environ 8% de la totalité de la production alimentaire espagnole. Les États-Unis constituent le plus grand marché unique pour les olives de table espagnoles, représentant plus de 20% des exportations. En août 2018, les États-Unis avaient déjà imposé des droits de douane de 27% sur les importations d’olives noires espagnoles sur la base d’allégations de subventions déloyales, entraînant une perte de recettes d’environ 50 millions de dollars à ce jour. Les mesures de rétorsion récemment imposées par les États-Unis (plus 25%) sur les importations de l’UE, en ce compris les olives et l’huile d’olive espagnoles, constituent une menace encore plus grande pour ce sous-secteur. Bien que les ventes ne se soient pas encore détériorées, la pression financière sur les producteurs et les transformateurs pourrait augmenter au cours des prochains mois.

Les paiements dans le secteur alimentaire espagnol prennent en moyenne 60 jours. Nous ne prévoyons toutefois pas d’augmentation des retards de paiement et des faillites en 2020, mais si des risques de détérioration se matérialisent (un Brexit dur, l’absence de solution, voire une escalade dans le différend commercial entre l’UE et les États-Unis), une détérioration du risque de crédit des entreprises ne peut être exclue, touchant principalement les entreprises alimentaires dépendant des exportations.

Notre politique de couverture sur le secteur alimentaire est généralement neutre. Le secteur doit faire l’objet d’une surveillance étroite, compte tenu d’un ralentissement potentiel de la demande et de risques accrus de détérioration dans l’économie mondiale, ce qui pourrait avoir une incidence sur la rentabilité et le risque de crédit des entreprises alimentaires.

De nombreuses entreprises du secteur alimentaire affichent un ratio d’endettement élevé à court terme. La volonté de prêt des banques est un facteur clé de notre évaluation des risques, de même que les conditions de prêt et la répartition de la dette entre le court et le long terme, l’évolution de la dette et le taux d’utilisation des lignes de crédit.

Nous sommes actuellement plus restrictifs en ce qui concerne les fruits et légumes (olives et huile d’olive) et la transformation de viande de porc en raison des problèmes actuels. Comme ces segments sont très exposés aux tarifs douaniers américains, nous avons effectué des examens spéciaux pour toutes les entreprises qui, selon nous, pourraient être touchées (p. ex. estimation des effets en fonction du pourcentage de leurs exportations vers les États-Unis). Le segment des fruits et légumes, en particulier, est déjà aux prises avec des marges étroites et une concurrence féroce de la part des pays où les coûts de main-d’œuvre sont inférieurs.

Documents associés

Avertissement

Les informations figurant sur ce site sont uniquement fournies à titre indicatif et ne doivent pas être utilisées à d’autres fins que celles mentionnées. Nous vous remercions de bien vouloir vous reporter aux réglementations et accords en vigueur. Aucunes informations ne peuvent être considérées comme créant un droit, une obligation ou engageant la responsabilité d’Atradius y compris pour juger de la moralité d’un ou de plusieurs acheteurs. Si Atradius juge de la moralité d’un acheteur, elle le fait pour le compte de son arbitrage et en aucun cas au bénéfice de ses assurés ou toute autre personne. En aucun cas, Atradius, ses partenaires ou sociétés apparentées, agents ou employés, ne pourront être tenus responsables envers les lecteurs ou toute autre personne pour toute décision ou mesure prise sur la foi des informations contenues dans cette carte, ou pour tous dommages indirects, particuliers ou similaires, même si ces personnes ont été avisées de l’éventualité de tels préjudices.