Rapport Pays Afrique du Sud – Mai 2021

Rapport pays

  • South Africa
  • General economic

26 mai 2021

Dilemme cornélien: Il faut dépenser pour s'attaquer aux problèmes de chômage et de logement, tandis qu'il est urgent d'assainir les finances publiques pour éviter de nouvelles dégradations de notation

Performance of South African industries May 2021

La situation politique

La relance de l'économie est le principal défi, mais le soutien politique aux réformes s'est accru.

Le principal défi à relever par le gouvernement est de relancer l'économie après l'impact négatif massif de la pandémie sur l'Afrique du Sud. Les pertes d'emploi ont fortement augmenté (taux de chômage de 31,5 % en 2021), et les revenus des ménages se sont détériorés, frappant un pays qui enregistrait déjà des niveaux élevés d'inégalité, de chômage et de pauvreté avant l'épidémie de coronavirus. Le mécontentement populaire concernant le manque de logements sociaux, les opportunités d'emploi et les pénuries d'infrastructures était également élevé avant même la pandémie.
 
Le président Cyril Ramaphosa est connu pour être favorable aux entreprises et pour sa volonté de mettre en œuvre des réformes afin d'améliorer le climat des affaires et de lutter contre la corruption. Jusqu'à l'apparition de la pandémie, les luttes politiques internes et les fractions hostiles aux réformes au sein du parti ANC ont limité la capacité du gouvernement à prendre des mesures décisives pour accélérer la croissance économique. Cependant, avec la grave récession de 2020 et l'urgence de relancer l'économie et de créer des emplois, le soutien au président et à son programme réformiste a augmenté. Il semble que la faction de gauche de l'ANC, ainsi que les puissants syndicats, soient désormais prêts à accepter un rôle plus important du secteur privé et la restructuration des entreprises publiques.

Situation économique

Un rebond modeste avec des risques de détérioration

En 2020, l'économie s'est contractée de 7 %, avec des détériorations dans les secteurs de la construction, des transports, des mines, des services (tourisme et hôtellerie), des métaux, des mines, des biens de consommation durables et du commerce de détail. En 2021, l'économie devrait croître de 2,5 %, en raison d'un rebond de la demande intérieure et extérieure. La consommation privée augmentera de près de 4 % en raison de l'amélioration de la confiance des consommateurs, soutenant un rebond des biens de consommation durables et du commerce de détail. Les investissements augmenteront d'environ 4 % après une forte détérioration l'année dernière. En outre, la reprise économique mondiale a accru la demande de produits sud-africains, la hausse des prix des matières premières soutenant les recettes d'exportation (principalement les produits de base), ce qui favorise la reprise du secteur minier. L'inflation augmentera à pratiquement 4 % cette année et à environ 4,5 % en 2022, principalement en raison de la hausse des prix de l'électricité et du pétrole. Toutefois, malgré cette augmentation, l'inflation restera dans la fourchette cible de la Banque centrale, soit 3 à 6 %. En 2022, un taux de croissance du PIB d'environ 3 % est prévu.
 
Les restrictions liées au COVID-19 ont été assouplies depuis mars afin de soutenir l'activité économique, le nombre d'infections ayant diminué depuis la mi-janvier 2021. Toutefois, le déploiement de la vaccination sera lent, en raison de pénuries d'approvisionnement et de problèmes logistiques. Une vaccination généralisée n'est pas attendue avant la fin de cette année, ce qui augmente le risque d'une troisième vague d'infection dans les prochains mois, et d'une rupture subséquente sur le rebond économique en cours.

Le secteur bancaire est considéré comme solide, malgré la hausse des prêts non performants et la baisse des bénéfices

Les banques sud-africaines sont généralement bien capitalisées, avec un ratio d'adéquation des fonds propres du secteur de 16,6 %. Toutefois, la pandémie et la profonde récession ont entraîné une hausse des prêts non productifs (jusqu'à 5,2 % en décembre 2020) et une baisse de la rentabilité (le rendement des actifs n'était que de 0,5 % en 2020). La forte exposition aux entreprises publiques fortement endettées constitue un risque pour le secteur financier. En outre, la dette des ménages est encore considérée comme élevée, avec un ratio dette des ménages/revenu disponible de 76 % au troisième trimestre 2020. Un autre problème est le niveau élevé des prêts en devises étrangères par rapport au total des prêts (près de 50% du total des prêts sont libellés en USD). Cependant, malgré les risques de dégradation, le secteur bancaire est toujours considéré comme sain, et la supervision par la Banque centrale est adéquate.

Une marge de manœuvre limitée pour un soutien budgétaire supplémentaire

Afin de soutenir l'économie pendant la pandémie, la Banque centrale a abaissé à plusieurs reprises l'an dernier le taux d'intérêt de référence, qui est passé de 6,5 % au début de 2020 à un niveau record de 3,5 % actuellement. Toutefois, en raison de la hausse de l'inflation, la marge de manœuvre pour réduire davantage le taux d'intérêt est limitée.
 
Afin de stimuler le rebond économique, le gouvernement entend combiner un plan d'investissement dans les infrastructures, mené par le secteur privé, avec un grand programme de travaux publics créateur d'emplois. Il est prévu d'injecter 6,8 milliards de dollars dans un fonds d'infrastructure, dans le but d'attirer davantage d'investissements privés via des partenariats public-privé. Les principaux objectifs sont l'amélioration de l'infrastructure du réseau (augmentation de l'offre d'énergie, principalement solaire et éolienne provenant de producteurs d'énergie indépendants), et davantage de logements.
 
Toutefois, le gouvernement ne dispose que d'une marge de manœuvre limitée pour fournir des stimuli supplémentaires si nécessaire. L'année dernière, le gouvernement a dû demander le soutien du FMI. En juillet 2020, le FMI a approuvé une aide financière d'urgence de 4,3 milliards USD dans le cadre de l'instrument de financement rapide (IFR). Les finances publiques sont tendues, en raison de déficits budgétaires et d'une dette publique élevés. Le déficit budgétaire a atteint un niveau record de 14 % du PIB l'année dernière. Il devrait cependant diminuer en 2021, grâce à l'augmentation des recettes tirées des produits de base et à la réduction des dépenses (principalement les salaires dans le secteur public), mais rester tout de même élevé, à environ 9 % du PIB. La dette publique a fortement augmenté, passant de 63 % du PIB en 2019 à 79 % du PIB en 2020, en raison des déficits budgétaires structurels des années précédentes et de la propagation de la pandémie, qui a déclenché la grave récession et une dépréciation de la monnaie l'an dernier. Alors que l'assainissement devrait se poursuivre en 2022, avec un déficit d'environ 7,5 % du PIB prévu, la dette publique augmentera encore, pour atteindre 87 % du PIB.
 
La pression croissante sur les finances publiques au cours des deux dernières années a soulevé la question de la viabilité de la dette à long terme. L'échéance moyenne longue des titres publics, associée au fait que 90 % de la dette publique est libellée en monnaie locale, atténue les risques de refinancement et de change. Toutefois, une grande partie de cette dette en monnaie locale est détenue par des non-résidents, ce qui la rend vulnérable aux changements de sentiment du marché.
 
Un risque majeur pour la viabilité des finances publiques réside dans les importants engagements conditionnels des entreprises publiques et les garanties accordées aux producteurs d'électricité indépendants. La compagnie d'électricité publique Eskom, très endettée (près de 35 milliards USD), constitue notamment un passif éventuel important. L'entreprise, qui assure 95 % de la production d'électricité en Afrique du Sud, a souffert de mauvaise gestion et d'une structure organisationnelle pléthorique. Le manque d'investissement dans l'amélioration de l'infrastructure a conduit à la nécessité de délestages réguliers. Une pression financière supplémentaire a été causée par la baisse des ventes d'électricité pendant la pandémie, et la société a déclaré qu'elle avait besoin d'un soutien supplémentaire du gouvernement. Une augmentation des prix de l'électricité de 15 % à partir de juillet 2021 contribuera à améliorer les finances d'Eskom.   
 
Pour que la dette publique reste viable à long terme, il est nécessaire d'éviter d'importants transferts publics à Eskom et à d'autres entreprises publiques inefficaces à l'avenir. Par conséquent, la restructuration de ces entreprises (par exemple en améliorant la gouvernance et en impliquant davantage le secteur privé) est nécessaire. La réforme des entreprises d'État est actuellement l'un des principaux objectifs du gouvernement, qui bénéficie d'un soutien politique plus large qu'avant l'apparition de la pandémie.
 
Si le processus d'assainissement budgétaire dérape ou si la dette publique s'avère beaucoup plus élevée que prévu, l'Afrique du Sud risque de voir les grandes agences de notation abaisser à nouveau sa note de crédit, ce qui rendrait les emprunts extérieurs plus coûteux.

Une position financière extérieure vulnérable

La dette extérieure totale de l'Afrique du Sud est gérable, avec environ 55% du PIB et 180% des exportations de biens et services. Le pays est fortement dépendant des entrées de capitaux étrangers (principalement des investissements de portefeuille). En 2021, les importations ont augmenté plus rapidement que les exportations, en raison du rebond de la demande intérieure et de la hausse des prix du pétrole. Le compte courant redeviendra déficitaire, ce qui entraînera une hausse du besoin brut de financement extérieur. Le financement du déficit sera plus coûteux et plus difficile, car les investissements directs étrangers et les entrées de portefeuille ne se rétabliront que lentement. Les réserves internationales vont diminuer cette année et ne couvriront pas le besoin de financement extérieur, mais la couverture des importations est encore suffisante (environ sept mois d'importations).
 
Le rand est une monnaie flexible, et la Banque centrale n'intervient pas sur le marché pour soutenir le taux de change. Historiquement, le rand a été très volatil et sensible aux changements de sentiment du marché, en raison de la forte dépendance de l'Afrique du Sud vis-à-vis des entrées de portefeuille pour financer les déficits de sa balance courante. Comme dans d'autres marchés émergents, la monnaie s'est fortement dépréciée en 2020, la pandémie ayant entraîné des sorties de capitaux. Cependant, le rand a repris de la vigueur cette année, soutenu par la hausse des prix des matières premières et l'assouplissement monétaire mondial.
Avertissement

Les informations figurant sur ce site sont uniquement fournies à titre indicatif et ne doivent pas être utilisées à d’autres fins que celles mentionnées. Nous vous remercions de bien vouloir vous reporter aux réglementations et accords en vigueur. Aucunes informations ne peuvent être considérées comme créant un droit, une obligation ou engageant la responsabilité d’Atradius y compris pour juger de la moralité d’un ou de plusieurs acheteurs. Si Atradius juge de la moralité d’un acheteur, elle le fait pour le compte de son arbitrage et en aucun cas au bénéfice de ses assurés ou toute autre personne. En aucun cas, Atradius, ses partenaires ou sociétés apparentées, agents ou employés, ne pourront être tenus responsables envers les lecteurs ou toute autre personne pour toute décision ou mesure prise sur la foi des informations contenues dans cette carte, ou pour tous dommages indirects, particuliers ou similaires, même si ces personnes ont été avisées de l’éventualité de tels préjudices.