Market Monitor Biens de consommation Pays-Bas 2018

Market Monitor

  • Netherlands
  • Consumer Durables

04 avr. 2018

Le nombre de points de vente physiques a nettement diminué, en dépit du fait que ces derniers bénéficient eux aussi de l’actuelle augmentation des ventes.

  • Les perspectives du segment lié au cadre de vie/logement
    restent favorables
  • Concurrence accrue des distributeurs étrangers
  • Le nombre de faillites a diminué mais reste élevé

 

 

D’après CBS (l’office néerlandais des statistiques), le chiffre d’affaires du secteur néerlandais du commerce de détail de produits non alimentaires a progressé de 3,1% en 2017. Le chiffre d’affaires des articles de bricolage, des cuisines et des revêtements de sol a grimpé de 7,5%, tandis que celui des meubles et des magasins d’articles ménagers enregistrait une hausse de 4,5%, le tout reflétant la robustesse du marché de l’habitation. Mais parallèlement les points de vente d’électronique grand public voyaient leur chiffre d’affaires décliner de 2,1%.

En 2018 cette tendance devrait perdurer, la performance de l’électronique grand public restant faible, tandis que les revenus du segment lié au cadre de vie/logement sont attendus en hausse d’environ 4%, grâce à un marché du logement solide et une forte confiance des consommateurs. Après avoir légèrement augmenté en 2017, les marges bénéficiaires des entreprises ne pourront guère que se stabiliser en 2018, principalement en raison d’une concurrence plus rude.

 

 

Cette concurrence est induite surtout par l’extraordinaire taux de croissance du segment du commerce en ligne, aux dépens de détaillants traditionnels (en 2017, le volume des ventes sur internet a connu une ascension fulgurante de 19,5%), une tendance qui devrait se poursuivre. Cette évolution s’est traduite par une diminution notable du nombre de points de vente physiques ces dernières années, en dépit du fait que ces derniers bénéficient eux aussi de l’actuelle augmentation des ventes. Plusieurs chaînes de vente au détail se sont réorientées vers la vente en ligne. Parallèlement, on constate qu’un nombre significatif de nouvelles chaînes de distribution entrent sur le marché néerlandais et ouvrent notamment des boutiques de mode, mais aussi des points de vente d’articles de bricolage et pour la cuisine.

 

 

La concurrence est particulièrement féroce sur le marché largement saturé de l’électronique grand public; le niveau de prix minimal y a été atteint pour diverses catégories de produits et le nombre de chaînes de points de vente a nettement diminué au cours des dix dernières années. Malgré la baisse générale des ventes, les trois principaux opérateurs en ligne ont réussi à atteindre ces dernières années des taux de croissance si élevés qu’ils représentent une grave menace pour les chaînes bien établies, qui résistent encore, mais difficilement. Les grandes plateformes étrangères comme Amazon et Alibaba s’intéressent de plus en plus au marché néerlandais, ce qui induira encore plus de pression sur les prix et les marges des opérateurs traditionnels.

Les délais de paiements dans le secteur néerlandais de la distribution de produits non alimentaires sont d’environ 60 jours en moyenne; les impayés ont diminué en 2017, mais en 2018 seule une stabilisation peut être escomptée. Après la baisse constatée en 2017, les faillites dans la distribution de produits non alimentaires devraient encore diminuer (de 2%-4% environ) en 2018; toutefois, leur taux restera élevé par rapport à celui d’autres secteurs commerciaux.

 

 

Malgré l’actuel redressement des ventes, notre stratégie de couverture du secteur reste généralement prudente étant donné les défis présents et futurs que le secteur doit relever, notamment celui de la transition fondamentale vers le commerce électronique. Nous sommes plus ouverts à l’égard du segment des meubles, mais nous restons restrictifs en ce qui concerne le sous-secteur de l’électronique grand public.

 

Avertissement

Les informations figurant sur ce site sont uniquement fournies à titre indicatif et ne doivent pas être utilisées à d’autres fins que celles mentionnées. Nous vous remercions de bien vouloir vous reporter aux réglementations et accords en vigueur. Aucunes informations ne peuvent être considérées comme créant un droit, une obligation ou engageant la responsabilité d’Atradius y compris pour juger de la moralité d’un ou de plusieurs acheteurs. Si Atradius juge de la moralité d’un acheteur, elle le fait pour le compte de son arbitrage et en aucun cas au bénéfice de ses assurés ou toute autre personne. En aucun cas, Atradius, ses partenaires ou sociétés apparentées, agents ou employés, ne pourront être tenus responsables envers les lecteurs ou toute autre personne pour toute décision ou mesure prise sur la foi des informations contenues dans cette carte, ou pour tous dommages indirects, particuliers ou similaires, même si ces personnes ont été avisées de l’éventualité de tels préjudices.