Market Monitor Machines France 2017

Market Monitor

  • France
  • Machines/Engineering

31 oct. 2017

En 2016, la plupart des segments du secteur français des machines ont enregistré une croissance des ventes, tirée à la fois par une demande domestique accrue et la hausse des exportations.

  • La croissance se poursuit dans la plupart des segments
  • Les manufactures de machines agricoles connaissent encore des difficultés
  • La réduction des capacités de production devrait encourager les investissements

 

 

 

 

En 2016, la plupart des segments du secteur français des machines ont enregistré une croissance des ventes, tirée à la fois par une demande domestique accrue (notamment des secteurs de la métallurgie et de la construction) et la hausse des exportations. Les ventes de machines-outils ont augmenté de 6,9%; le segment des équipements de levage et de manutention a même enregistré un bond de 18% déclenché par la croissance des exportations et une reprise après plusieurs années de faiblesse des investissements commerciaux domestiques, surtout dans le secteur de la construction.

 

 

 

 

Toutefois, comme en 2015, les fabricants de machines et équipements pour l’agriculture ont continué à être confrontés à un environnement très concurrentiel et au déclin de leurs ventes et de leurs marges; ces difficultés ont affecté principalement les grossistes. Les ventes ont poursuivi leur baisse en 2016 (-2,6%), les acheteurs de matériel agricole continuant à réduire leurs investissements à cause de la diminution de leurs revenus. Parallèlement, le segment des machines et équipements d’ébullition enregistrait une baisse de 2,9% de ses ventes.

 

Les ventes de machines françaises ont augmenté d’environ 3% au 1er semestre 2017, soutenues principalement par la demande étrangère, notamment asiatique et sud-américaine, et les exportations devraient encore croître dans les prochains mois. Dans le même temps, la demande domestique reste robuste, dans un contexte économique optimiste incitant de plus en plus d’entreprises françaises à accroître leurs investissements en équipements et machines. La formation de capital fixe en France devrait croître de plus de 2% par an en 2017 et 2018.

Dans cette industrie à forte intensité en capital, les besoins de financement sont élevés. Il s’ensuit que les entreprises du secteur peuvent avoir de lourdes dettes qui affaiblissent leur structure financière et leur solvabilité et mettent les liquidités sous pression. Toutefois, dans de nombreux cas les paiements anticipés peuvent améliorer la trésorerie des fournisseurs et les banques ne sont pas trop réticentes à accorder des prêts. Grâce à un environnement commercial favorable et au soutien apporté par des mesures fiscales, les marges bénéficiaires se sont améliorées au cours des 12 derniers mois. Mais, en raison de la hausse des coûts énergétiques, un léger déclin ne peut être exclu dans les 12 prochains mois.

 

 

 

 

En moyenne, les paiements dans le secteur français des machines prennent 70 à 80 jours. Les retards de paiement ont été peu nombreux au cours des deux dernières années. Les cas de non-paiement, qui ont diminué au 1er semestre 2017, devraient se stabiliser au cours des six prochains mois. Si les prévisionnistes tablent sur une baisse de 7% des faillites d’entreprises françaises en 2017, les faillites dans le secteur des machines devraient toutefois seulement se stabiliser. Cela peut s’expliquer par le fait que le taux de faillites dans le secteur des machines est déjà faible par rapport à celui d’autres secteurs.

Considérant ces perspectives favorables, notre politique de couverture reste ouverte pour la plupart des segments; en raison des difficultés mentionnées ci-dessus, nous sommes cependant plus prudents à l’égard des fabricants de machines destinées à l’agriculture. Il en va de même pour les entreprises fabriquant des machines pour le secteur pétrolier et gazier (machines pour la tuyauterie, par ex.).

 

Documents associés

Avertissement

Les informations figurant sur ce site sont uniquement fournies à titre indicatif et ne doivent pas être utilisées à d’autres fins que celles mentionnées. Nous vous remercions de bien vouloir vous reporter aux réglementations et accords en vigueur. Aucunes informations ne peuvent être considérées comme créant un droit, une obligation ou engageant la responsabilité d’Atradius y compris pour juger de la moralité d’un ou de plusieurs acheteurs. Si Atradius juge de la moralité d’un acheteur, elle le fait pour le compte de son arbitrage et en aucun cas au bénéfice de ses assurés ou toute autre personne. En aucun cas, Atradius, ses partenaires ou sociétés apparentées, agents ou employés, ne pourront être tenus responsables envers les lecteurs ou toute autre personne pour toute décision ou mesure prise sur la foi des informations contenues dans cette carte, ou pour tous dommages indirects, particuliers ou similaires, même si ces personnes ont été avisées de l’éventualité de tels préjudices.