Rapport sur le pays Inde 2021

Rapport pays

  • India
  • General economic

21 janv. 2021

Les répercussions du coronavirus ont frappé une économie déjà affaiblie.

Performance forecast of Indian industries Jan 2021

Situation politique

Le gouvernement est toujours en position de force, mais la tension sociale augmente.

Avec une majorité à la chambre basse du Parlement remportée aux élections générales de 2019, le parti Bharatiya Janata du Premier ministre Narendra Modi devrait rester au pouvoir jusqu'aux prochaines élections générales de 2024. Avant l'épidémie de coronavirus, la résolution du problème des créances douteuses dans le secteur bancaire, la poursuite de la libéralisation des restrictions aux investissements étrangers dans des secteurs spécifiques et les projets d'infrastructure figuraient en bonne place à l'ordre du jour.

Début 2020, le gouvernement a dû faire face à un certain mécontentement public concernant les faibles performances économiques du pays, tandis que l'adoption d'une loi controversée sur la citoyenneté en décembre 2019 a accru les tensions entre les musulmans et les hindous, ce qui a conduit à de graves et violents affrontements sectaires début 2020. Une autre mesure politique qui a alimenté les troubles a été la révocation de l'autonomie spéciale du Jammu-Kashmir en août 2019. Récemment, les protestations des agriculteurs se sont intensifiées après l'adoption par le Parlement d'un projet de loi de réforme agricole globale en septembre 2020.

Une pandémie de coronavirus de plus longue durée et un ralentissement économique durable, entraînant de nombreuses personnes dans la pauvreté, pourraient entraîner une augmentation des tensions sociales. Les millions de salariés journaliers et de travailleurs migrants employés dans le vaste secteur informel ont été particulièrement touchés par les mesures de confinement et la récession.

 

Situation économique

Un fort ralentissement de la croissance économique en 2020

En 2019, l'économie indienne a connu une croissance de 4,9 %, soit la plus faible augmentation annuelle en plus de six ans. Cela était principalement dû à un fort ralentissement du crédit qui a eu un effet négatif sur la demande intérieure, alors que la consommation publique est restée robuste. En 2020, une contraction de 8,8 % du PIB est attendue en raison de la pandémie de coronavirus. Par-dessus tout, la décision du gouvernement d'imposer un blocage complet à partir de la fin mars a eu de graves conséquences sur la demande intérieure.

En raison des mesures de distanciation sociale et des interdictions de voyager, le chômage a fortement augmenté et la croissance de la consommation des ménages devrait avoir diminué d'environ 9 % l'année dernière. L'assouplissement des mesures de verrouillage a commencé début juin 2020, mais reste pour l'instant progressif, alors que le nombre de cas de coronavirus est encore élevé. L'investissement fixe réel et la production industrielle devraient avoir diminué respectivement de 17 % et 12 %.

Détérioration des performances de l'industrie en 2020

Au premier semestre 2020, les interruptions prolongées de l'approvisionnement en provenance de Chine dues à l'épidémie de coronavirus ont porté préjudice aux industries indiennes qui dépendent fortement des importations, comme les biens de consommation durables, la fabrication électronique et les produits pharmaceutiques (plus de 65 % des composants électroniques et près de 70 % des ingrédients pharmaceutiques nécessaires à la transformation ultérieure sont importés de Chine).  Dans de nombreuses industries, les retards de paiement ont fortement augmenté au deuxième trimestre 2020. Pour de nombreux secteurs clés comme la construction, l'électronique, les services et l'acier/les métaux, l'évaluation des performances des entreprises et de la situation du risque de crédit reste pour l'instant médiocre.

Une marge de manœuvre limitée pour un nouvel assouplissement budgétaire

Afin de soutenir l'économie, la Banque centrale a pris des mesures pour maintenir le taux de change et fournir des liquidités sur le marché. La réglementation relative à l'offre de nouveaux prêts et à la classification des prêts existants a été assouplie. La Banque centrale a également eu recours à des opérations d'open market pour acheter des obligations aux banques afin d'améliorer leur liquidité. Au premier semestre 2020, le taux d'intérêt de référence a été abaissé de plus d'un point de pourcentage, à 4 %. Bien que la pression à la hausse des prix ait limité la marge de manœuvre pour un nouvel assouplissement monétaire au second semestre de 2020, de nouvelles réductions des taux d'intérêt sont probables dans les mois à venir, car l'inflation devrait passer de 6,8 % en 2020 à 4,6 % en 2021.

Avec environ 1,4 % du PIB, les dépenses budgétaires visant à contrer l'impact négatif de la pandémie ont été relativement faibles jusqu'à présent. Parmi les mesures prises, on peut citer des allègements fiscaux pour les petites entreprises, des crédits pour les entreprises, des incitations à la fabrication nationale et l'octroi de liquidités aux ménages à faible revenu. En outre, les investissements publics et les subventions sur les engrais ont été augmentés.

Bien qu'un autre plan de relance soit attendu en 2021, la marge de manœuvre pour un nouvel assouplissement budgétaire est limitée. Le recouvrement des recettes publiques reste faible et, malgré une reprise économique, le déficit budgétaire devrait rester élevé, à 6 % du PIB en 2021, après avoir augmenté à 7 % du PIB en 2020. Ce déficit structurellement élevé est en partie lié aux paiements d'intérêts élevés, qui représentent environ 25 % des recettes publiques et 5 % du PIB.

En raison du déficit budgétaire élevé et de la récession, la dette publique devrait augmenter de plus de 10 points de pourcentage au cours de l'exercice financier 2020, pour atteindre 64 % du PIB. Il est prévu qu'au cours de l'année 2021, le gouvernement veillera progressivement à consolider les finances publiques.

Les soldes extérieurs de l'Inde se sont améliorés au cours des deux dernières années. Le compte courant devrait rester positif (environ 1 % du PIB) en 2021. La dette extérieure reste à un niveau soutenable (18 % du PIB prévu en 2021) et la situation des liquidités est bonne, les réserves internationales couvrant douze mois d'importations en 2021, ce qui permet de couvrir largement le besoin de financement extérieur et la dette extérieure à court terme. L'Inde a d'excellents antécédents en matière de paiements, aucun paiement n'ayant été manqué depuis 1970, ce qui lui assure un bon accès aux marchés des capitaux.

Un fort rebond économique attendu en 2021

Après la forte récession de 2020, l'économie devrait connaître une croissance de 8,8 % en 2021. Cette croissance sera le résultat d'une augmentation substantielle des investissements, de la consommation privée et de la consommation publique. La contribution du commerce extérieur net au cycle économique deviendra négative, car la hausse de la demande intérieure entraînera une forte augmentation des importations.

Malheurs persistants dans le secteur financier

En général, les banques indiennes sont suffisamment capitalisées, ce qui se reflète dans le ratio d'adéquation des fonds propres de 14,5 %. Les risques sectoriels sont également atténués par une dollarisation limitée (environ 7,5 % des prêts et des passifs sont libellés en devises étrangères). Toutefois, la dette extérieure nette des banques (4,7 % du PIB) les rend vulnérables à la volatilité des taux de change. Une autre faiblesse est le manque de rentabilité, qui se traduit par un rendement des actifs de 0 %.

En outre, le secteur financier est également confronté à un niveau assez élevé de prêts non productifs (PNP). Le ratio de prêts non productifs est estimé à plus de 10 % et se concentre dans les banques publiques (qui représentent plus de 70 % du secteur bancaire). Certaines banques publiques seront probablement bientôt confrontées à des problèmes de capitalisation et auront besoin du soutien du gouvernement. L'absence de recapitalisation adéquate des banques du secteur public face aux tensions de crédit préexistantes limitera leur capacité à prêter de manière adéquate au secteur privé. Un autre risque à la baisse est l'ampleur du secteur bancaire parallèle de l'Inde, qui représente un tiers de la croissance récente du crédit.

Du côté positif, le gouvernement a récemment consolidé 27 banques publiques en 12 entités, contribuant ainsi à la stabilité du secteur et à la capacité de régulation de la Banque centrale.

 

Documents associés

Avertissement

Les informations figurant sur ce site sont uniquement fournies à titre indicatif et ne doivent pas être utilisées à d’autres fins que celles mentionnées. Nous vous remercions de bien vouloir vous reporter aux réglementations et accords en vigueur. Aucunes informations ne peuvent être considérées comme créant un droit, une obligation ou engageant la responsabilité d’Atradius y compris pour juger de la moralité d’un ou de plusieurs acheteurs. Si Atradius juge de la moralité d’un acheteur, elle le fait pour le compte de son arbitrage et en aucun cas au bénéfice de ses assurés ou toute autre personne. En aucun cas, Atradius, ses partenaires ou sociétés apparentées, agents ou employés, ne pourront être tenus responsables envers les lecteurs ou toute autre personne pour toute décision ou mesure prise sur la foi des informations contenues dans cette carte, ou pour tous dommages indirects, particuliers ou similaires, même si ces personnes ont été avisées de l’éventualité de tels préjudices.