Rapport Pays Inde 2020

Rapport pays

  • India
  • Agriculture,
  • Chemicals/Pharma,
  • Electronics/ICT,
  • Financial Services,
  • Food

19 mai 2020

Les répercussions du coronavirus ont frappé une économie déjà affaiblie.

Performance forecast of Indian industries

Situation économique

Un fort ralentissement de la croissance économique alors que les difficultés du secteur financier pourraient entraver un rebond rapide

En 2019, l'économie indienne a connu une croissance de 5,3 %, soit la plus faible augmentation annuelle en plus de six ans. Cela est principalement dû à un fort ralentissement du crédit qui a eu un effet négatif sur la demande intérieure, alors que la consommation publique est restée robuste. En 2020, le PIB devrait se contracter de 3 % en raison de la pandémie de coronavirus. Par-dessus tout, la décision du gouvernement d'imposer un blocage complet à partir de fin mars a de graves conséquences sur la demande intérieure. Avec les mesures de distanciation sociale et les interdictions de voyager, le chômage augmente fortement et la croissance de la consommation des ménages devrait diminuer d'environ 2 % cette année. L'investissement et la production industrielle devraient baisser tout comme les exportations qui devraient diminuer de plus de 10 %.

Détérioration des performances de l'industrie et augmentation des défaillances

Les perturbations prolongées de l'approvisionnement en provenance de Chine dues à l'épidémie de coronavirus ont porté préjudice aux industries indiennes qui dépendent fortement des importations, telles que les biens de consommation durables, la fabrication électronique et les produits pharmaceutiques (plus de 65 % des composants électroniques et près de 70 % des ingrédients pharmaceutiques nécessaires à la transformation ultérieure sont importés de Chine). Hormis l'agriculture, l'alimentation et les services financiers, les performances commerciales et l’évolution des risques de crédit de tous les principaux secteurs se sont détériorées. Les faillites d'entreprises devraient augmenter de plus de 30 % par rapport à l'année précédente en 2020.

Pression de dépréciation sur la roupie

Afin de soutenir l'économie, la Banque centrale a fortement baissé le taux d'intérêt de référence, de 75 points de base, pour le ramener à 4,4 % en mars, et a pris des mesures supplémentaires hors taux pour soutenir le taux de change et fournir des liquidités sur le marché. D'autres baisses de taux d'intérêt sont probables dans les mois à venir. L'inflation devrait rester inférieure à l'objectif de 4 % fixé à moyen terme par les banques centrales, avec des limites supérieure et inférieure de 6 % et 2 % respectivement.

En mai, le gouvernement a annoncé un plan de relance de 266 milliards de dollars, qui comprend les mesures budgétaires précédentes, lancées en mars, et les actions déjà prises par la Banque centrale. Ce plan de relance est principalement axé sur les allégements fiscaux pour les petites entreprises et les mesures d'incitation pour l'industrie manufacturière nationale. Toutefois, la marge de manœuvre pour un nouvel assouplissement fiscal est limitée, car le recouvrement des recettes de l'État est encore faible. Le déficit budgétaire a déjà augmenté pour atteindre 4,4 % du PIB en 2019, et en 2020, une nouvelle augmentation de plus de 6 % du PIB est attendue.

L'aversion accrue au risque des marchés financiers mondiaux a déclenché une importante sortie de capitaux des marchés émergents au premier trimestre 2020. Cela a également entraîné une pression plus importante sur la dépréciation de la roupie, et la monnaie devrait rester sensible à une plus grande volatilité dans les mois à venir.

Cela dit, le risque de change est modéré par une amélioration significative des soldes extérieurs de l'Inde au cours des deux dernières années. Le déficit du commerce extérieur devrait passer en dessous de 1 % du PIB en 2020, en raison de la diminution de la demande d'importations et de la baisse des prix du pétrole. La dette extérieure reste à un niveau soutenable (21 % du PIB prévu en 2020) et la situation des liquidités est bonne, les réserves internationales ayant augmenté pour atteindre dix mois de couverture des importations en 2019. L'Inde a d'excellents antécédents en matière de paiements, aucun paiement n'ayant été manqué depuis 1970, ce qui lui assure un bon accès aux marchés des capitaux.

Les difficultés actuelles du secteur financier pourraient entraver le rebond

Le secteur financier indien connaissait déjà des problèmes majeurs avant l'apparition du coronavirus. La défaillance de la grande société de financement des infrastructures et de construction IL&FS à l'automne 2018 a suscité des craintes quant à la santé des autres prêteurs non bancaires et a entraîné un resserrement des marchés indiens de la dette des entreprises et des consommateurs. Le ralentissement de la croissance du crédit aux consommateurs et aux entreprises et la diminution des investissements du secteur privé dans les infrastructures ont eu un impact négatif sur la croissance économique en 2019.

Malgré une diminution depuis 2018, le niveau de créances douteuses dans les bilans des banques indiennes reste élevé, les prêts non performants représentant près de 9 % du total des prêts bancaires en 2019. La détérioration de la qualité des actifs et la faiblesse des ratios de fonds propres restent des problèmes. L'endettement élevé des entreprises constitue un risque de baisse pour l'économie indienne, et une nouvelle détérioration des bilans des entreprises et des banques publiques n'est pas à exclure. Les problèmes actuels sur les marchés du crédit avec des conditions de crédit serrées pourraient empêcher une reprise économique globale après la levée des mesures de verrouillage.

Il reste à voir si l'administration prendra des mesures adéquates pour faire face aux difficultés du secteur financier et aux problèmes de la dette. Dans le cas d'IL&FS, le gouvernement a repris la société et a garanti les paiements après la défaillance, afin d'éviter les effets de débordement. En outre, plusieurs grandes banques d'État ont été recapitalisées.

Situation politique

Un gouvernement réformateur toujours en position de force

Avec une majorité à la chambre basse du Parlement remportée aux élections générales de 2019, le parti Bharatiya Janata du Premier ministre Narendra Modi devrait rester au pouvoir jusqu'aux prochaines élections générales de 2024. Avant l'épidémie de coronavirus, la résolution du problème des créances douteuses dans le secteur bancaire, la poursuite de la libéralisation des restrictions aux investissements étrangers dans des secteurs spécifiques et les projets d'infrastructure figuraient en bonne place à l'ordre du jour.

Au début de 2020, le gouvernement a dû faire face à un certain mécontentement de la population en raison des faibles performances économiques, et l'adoption d'une loi controversée sur la citoyenneté en décembre 2019 a accru les tensions entre les musulmans et les hindous, ce qui a conduit à de graves et violents affrontements sectaires en février. La pandémie de coronavirus et les mesures pour maîtriser ces débordements qui ont suivi, ont mis un terme à cette situation pour le moment, mais un ralentissement économique de plus longue durée, avec de nombreuses personnes tombant dans la pauvreté, pourrait entraîner une augmentation des tensions sociales. Ce sont principalement les millions de salariés journaliers et de travailleurs migrants employés qui ont été le plus durement touchés.

Avertissement

Les informations figurant sur ce site sont uniquement fournies à titre indicatif et ne doivent pas être utilisées à d’autres fins que celles mentionnées. Nous vous remercions de bien vouloir vous reporter aux réglementations et accords en vigueur. Aucunes informations ne peuvent être considérées comme créant un droit, une obligation ou engageant la responsabilité d’Atradius y compris pour juger de la moralité d’un ou de plusieurs acheteurs. Si Atradius juge de la moralité d’un acheteur, elle le fait pour le compte de son arbitrage et en aucun cas au bénéfice de ses assurés ou toute autre personne. En aucun cas, Atradius, ses partenaires ou sociétés apparentées, agents ou employés, ne pourront être tenus responsables envers les lecteurs ou toute autre personne pour toute décision ou mesure prise sur la foi des informations contenues dans cette carte, ou pour tous dommages indirects, particuliers ou similaires, même si ces personnes ont été avisées de l’éventualité de tels préjudices.