Rapport Pays USA 2018

Rapport pays

  • USA
  • Agriculture,
  • Automotive/Transport,

16 janv. 2018

En 2018, une diminution plus modeste de 2% est prévue pour le nombre de faillites, mais des incertitudes planent sur ces perspectives d’insolvabilités.

United States key indicators 2018

 

 

 

 

 

US industries performance forecast 2018

 

 

Environnement des faillites

Après de nettes augmentations annuelles en 2008 et 2009, le nombre d’insolvabilités d’entreprises a depuis lors diminué régulièrement chaque année. Selon les chiffres fournis par les tribunaux américains, le nombre de faillites d’entreprises déclarées devant les cours fédérales a reculé de 2,5% en 2016 par rapport à 2015, pour un total de 24.114 cas, et les chiffres préliminaires indiquent une diminution de 4% en 2017 en raison de la vigueur de l’environnement économique.

 

En 2018, une diminution plus modeste de 2% est prévue pour le nombre de faillites, mais des incertitudes planent sur ces perspectives d’insolvabilités. Les renégociations de l’ALENA par exemple pourraient avoir de graves implications pour les perspectives commerciales américaines à travers une baisse des investissements en cas de grandes incertitudes ou d’obstacles au commerce. Dans le même temps, un resserrement monétaire plus rapide que prévu pourrait également grever les bilans annuels des entreprises.

 

 

US business insolvencies

 

 

Principaux développements économiques

La croissance économique reprend                                   

 

 

USA Real GDP growth 2018

 

 

Après un accroissement d’à peine 1,5% en 2016, la croissance économique a augmenté de 2,2% en 2017, soutenue principalement par une consommation privée en plein essor, mais aussi par une reprise dans les exportations grâce à une demande extérieure plus forte, tandis que les investissements ont enregistré une nouvelle hausse en raison d’un redressement modeste dans les prix de l’énergie. Le rebond dans les exportations et les investissements s’est traduit par une croissance économique plus généralisée qu’en 2016.

 

Les exportations, les investissements et la consommation privée devraient continuer de croître en 2018, soutenus par la réforme fiscale globale qui a été approuvée récemment. La croissance économique devrait donc s’accélérer à 2,5%, voire plus, en 2018.

La croissance de la consommation privée devrait rester ferme   

 

 

USA Real private consumption

 

 

La consommation des ménages représente près de 70% du PIB américain et constitue le principal moteur de croissance depuis 2014, alimenté par un taux de chômage en baisse, une hausse des prix des logements, un marché boursier florissant et une diminution du taux d’épargne des ménages. La consommation privée, qui devrait augmenter de 2,5% en 2018, devrait soutenir la croissance économique américaine, notamment en s’appuyant sur une croissance modérée des salaires réels, une nouvelle diminution du taux de chômage, un accès à un crédit à la consommation bon marché et à des allègements fiscaux. Les prêts hypothécaires ayant des taux d’intérêt fixes, les propriétaires sont protégés contre la hausse des taux d’intérêt.

 

 

US Unemployment rate

 

 

Le taux de chômage est passé de 7,4% en 2013 à 4,4% en 2017, et devrait descendre à moins de 4% en 2018, ce qui constitue un facteur important de la hausse des dépenses et de la confiance des consommateurs. La sécurité de l’emploi s’est encore renforcée et les salaires réels devraient s’accroître, quoique modérément.

L’augmentation des exportations a aidé le secteur manufacturier

Alors que le taux de change USD s’est affaibli en 2017 par rapport à 2016, essentiellement en raison d’incertitudes politiques accrues et d’un euro plus fort, les exportations ont repris après s’être contractées en 2016, et devraient encore augmenter en 2018 (jusqu’à 3%). Après que les importations moins coûteuses en raison d’un taux de change USD fort ont évincé certains producteurs nationaux en 2015 et 2016 et ont conduit à une baisse des bénéfices générés par les entreprises dans certains secteurs, le secteur manufacturier lui a enregistré un certain rebond l’an dernier, avec une croissance de la production industrielle établie à 1,5%. En 2018, cette croissance devrait s’accélérer à 2,6%.

 

 

US Industrial production

 

 

Les investissements sont repartis à la hausse

En 2016, les investissements commerciaux sont restés faibles parce que le secteur américain de l’énergie s’adaptait aux prix bas du pétrole, tandis que les dépenses publiques et les stocks privés étaient faibles eux aussi. Cela étant, en raison de la hausse des prix du pétrole et du gaz, les investissements dans le secteur de l’énergie ont repris alors que les plateformes rouvraient, et les investissements dans d’autres secteurs sont également repartis à la hausse. Les dépenses d’investissement par les entreprises devraient encore augmenter en 2018, notamment grâce aux réformes fiscales récemment adoptées.

Des réformes fiscales globales comme boost supplémentaire

 

 

US Real fixed investment

 

 

En décembre 2017, la refonte globale du régime fiscal, qui avait été lancée par le gouvernement américain actuel, a été approuvée par le Congrès. Le projet de loi comprend un abaissement du taux de l’impôt sur les sociétés de 35% à 21% et toute une série d’allègements fiscaux temporaires pour les entreprises et les particuliers. On s’attend à ce que les bénéfices des entreprises augmentent en 2018, et à ce que le projet de loi profite majoritairement aux entreprises américaines avec des taux d’imposition plutôt élevés et des recettes issues essentiellement domestiques. L’allègement fiscal devrait s’élever à près de 1,5 billion de dollars US sur les dix prochaines années; toutefois des précisions concernant la manière dont il sera financé sans grever les finances publiques n’ont pas encore été apportées.

Les hausses progressives des taux d’intérêt devraient se poursuivre

La Réserve fédérale des États-Unis a prudemment augmenté le taux d’intérêt depuis fin 2016, en rehaussant le dernier objectif de taux des fonds fédéraux de 0,25% à 1,25 - 1,5%, lors de sa réunion en décembre 2017. Cette augmentation a été justifiée par le développement robuste du marché du travail aux États-Unis et la solide croissance économique attendue en 2018. La Réserve fédérale devrait poursuivre son resserrement monétaire progressif en 2018 (trois nouvelles hausses des taux ont été annoncées pour 2018), sans freiner considérablement la croissance économique. L’inflation devrait augmenter modérément en 2018, de 2,2%, laissant une certaine latitude à la Réserve fédérale dans sa politique monétaire. Une poursuite progressive du resserrement en 2018 et au-delà est importante pour créer les outils monétaires nécessaires à la stabilisation de l’économie américaine en cas de futurs ralentissements économiques.

 

 

US Inflation 2018

 

 

La politique commerciale présente toujours un risque de détérioration

 

 

US Real exports of goods and services 2018

 

 

Les inquiétudes concernant un essor du protectionnisme américain se sont estompées. Pour le moment, les politiques n’ont pas été trop radicales, dans la mesure où le retrait du TPP et l’abandon des négociations sur le TTIP étaient largement attendus et ne modifient pas les régimes commerciaux actuels. Cependant, la politique commerciale du gouvernement américain présente toujours un risque de détérioration, non seulement pour les partenaires commerciaux du pays, mais aussi pour l’économie américaine elle-même. Compte tenu de la dépendance de certains grands segments d’entreprises américaines à l’égard des chaînes d’approvisionnement au Mexique, l’échec des renégociations actuelles de l’ALENA et un retrait des États-Unis de l’ALENA pourraient gravement affecter certaines industries comme le secteur automobile.

Documents associés

Avertissement

Les informations figurant sur ce site sont uniquement fournies à titre indicatif et ne doivent pas être utilisées à d’autres fins que celles mentionnées. Nous vous remercions de bien vouloir vous reporter aux réglementations et accords en vigueur. Aucunes informations ne peuvent être considérées comme créant un droit, une obligation ou engageant la responsabilité d’Atradius y compris pour juger de la moralité d’un ou de plusieurs acheteurs. Si Atradius juge de la moralité d’un acheteur, elle le fait pour le compte de son arbitrage et en aucun cas au bénéfice de ses assurés ou toute autre personne. En aucun cas, Atradius, ses partenaires ou sociétés apparentées, agents ou employés, ne pourront être tenus responsables envers les lecteurs ou toute autre personne pour toute décision ou mesure prise sur la foi des informations contenues dans cette carte, ou pour tous dommages indirects, particuliers ou similaires, même si ces personnes ont été avisées de l’éventualité de tels préjudices.