Global Economic Outlook - Novembre 2016

Etude économique

  • Algeria,
  • Angola,
  • General economic

23 nov. 2016

Les pressions sur le commerce international sont croissantes et les perpectives économiques sont de plus en plus incertaines.

Edito

Le commerce international est en train de s'enliser. L'Asie, la région la plus dynamique en terme de croissance du PIB, a vu ses volumes d'échanges commerciaux se rétracter de façon rapide dans la première partie de l'année 2016. Avec les Etats-Unis qui connaissent une croissance du commerce stagnante, ces régions mènent le ralentissement économique. Il est encore tôt pour identifier des explications précises de ce déclin mais certains éléments orientent tout de même les analyses des experts.

Le déclin du commerce asiatique a été largement causé par la contraction du commerce chinois. Cela a très certainement contribué au ralentissement et au rééquilibrage de ces économies. L'impact de la croissance économique plus faible semble évident. De plus, un problème fondamental se pose : le rôle de la Chine comme "usine du monde". Enfin, le commerce asiatique et international ont été également touchés par les faibles prix de l'énergie et des matières premières.

La relation entre la croissance du commerce et la croissance économique est remise en question. Mais les questions commerciales sont aggravées par les situations politiques (le vote du Brexit au Royaume-Uni ou encore les discours protectionnnistes du Président des Etats-Unis élu Donald Trump). Tous cela transparaitra dans les futures données économiques, mais jusquà quel point ? Ce qui est clair, c'est qu'avec toutes ces incertitudes, les prévisions sur le commerce sont devenues plus difficiles à effectuer.

John Lorié, Chief Economist Atradius

 

En résumé

Les pressions sur le commerce international sont en progresssion. Notamment depuis la Chine où l'économie se réequilibre en s'éloignant des exportations manufacturières vers les Etats-Unis et l'Europe dû aux idées populaires plus protectionnistes. Les prévisions mondiales sont particulièrement incertaines et le lien entre la croissance du commerce international et la croissance du PIB semble être rompu. La croissance du PIB devrait redémarrer en 2017. Cependant, cette prévision est marquée par des risques sous-jacents significatifs tels que d'éventuelles surprises négatives qui pourraient impacter le commerce mondial.

Points clés

  • Les prévisions de l'économie mondiale en 2016 sont stables : la croissance du PIB mondial devrait vraisemblablement baisser à 2.5% en 2016. En 2017, la croissance devrait légèrement augmenter à 2.8%.  
  • La reprise économique dans la Zone Euro a été progressive mais impactées par quelques vents contraires, projettant les prévisions de croissance à 1.6% en 2016. Les prévisions pour les Etats-Unis sont décevantes avec un faible 1.5%. Enfin, la croissance du Royaume-Uni a rebondi à 1.9% depuis les prévisions alarmistes post-Brexit. 
  • La contraction de la croissance de 0.3% en Amérique Latine est finalement à son niveau planché grâce aux dispositions prises par les différents gouvernements. La croissance reprend en Europe de l'Est à 1.5%. L'Asie-Pacifique reste la région ayant la plus forte croissance économique avecun taux de 5.7% prévu cette année. 
  • Les défaillances dans les marchés développés sont sur le chemin de la stabilité en 2016. Mais, les économies des marchés émergeants font face à une augmentation des défaillances.

 

Pour découvrir l'étude complète, téléchargez le document ci-dessous.

Documents associés

Avertissement

Les informations figurant sur ce site sont uniquement fournies à titre indicatif et ne doivent pas être utilisées à d’autres fins que celles mentionnées. Nous vous remercions de bien vouloir vous reporter aux réglementations et accords en vigueur. Aucunes informations ne peuvent être considérées comme créant un droit, une obligation ou engageant la responsabilité d’Atradius y compris pour juger de la moralité d’un ou de plusieurs acheteurs. Si Atradius juge de la moralité d’un acheteur, elle le fait pour le compte de son arbitrage et en aucun cas au bénéfice de ses assurés ou toute autre personne. En aucun cas, Atradius, ses partenaires ou sociétés apparentées, agents ou employés, ne pourront être tenus responsables envers les lecteurs ou toute autre personne pour toute décision ou mesure prise sur la foi des informations contenues dans cette carte, ou pour tous dommages indirects, particuliers ou similaires, même si ces personnes ont été avisées de l’éventualité de tels préjudices.