Rapport Pays Arabie Saoudite 2019

Rapport pays

  • Saudi Arabia
  • General economic

01 oct. 2019

Outre la détérioration du comportement de paiement dans le secteur privé, le nombre de retards de paiement dans les projets qui dépendent directement ou indirectement du financement public reste élevé

sau 2019 pic1sau 2019 pic2sau 2019 pic3

Situation politique

Des réformes économiques et une politique extérieure plus affirmée

Le prince héritier Mohamed ben Salmane reste le principal moteur du programme de réformes ambitieux (Saudi Vision 2030) visant à diversifier l’économie en dehors du secteur pétrolier et à stimuler le secteur privé. Cette étape est importante, car le secteur pétrolier ne génère pas suffisamment d’emplois pour absorber l’augmentation de la population et de la main d’oeuvre, ce qui pourrait entraîner de l’insatisfaction et des tensions sociales. L’emprise du prince héritier sur le pouvoir reste ferme, le risque d’opposition de la part des membres supérieurs de la famille royale étant plutôt faible. Contrairement aux efforts de réforme économique, des réformes visant à plus de droits politiques et à une plus grande participation sont pour l’essentiel exclues de l’ordre du jour.

L’Arabie saoudite se sent mise au défi par une influence régionale croissante de la part de l’Iran, son rival habituel pour l’hégémonie dans la région du Golfe. Dès lors, la politique extérieure saoudienne est devenue plus affirmée, essentiellement afin de contrer l’influence iranienne, p.ex. en soutenant les forces d’opposition (sunnites) en Syrie et, depuis mars 2015, par le biais d’une intervention militaire directe au Yémen en vue de contrer la progression des rebelles Houthi qui, en leur qualité de tribu chiite, sont prétendument soutenus par l’Iran. En septembre 2019, une attaque par drone/missile contre des installations pétrolières saoudiennes a entraîné de graves perturbations à court terme pour la production pétrolière. Bien que les Houthis aient revendiqué l’attaque, l’Arabie saoudite et les États-Unis accusent l’Iran d’être responsable des grèves, ce qui accroît considérablement les tensions dans la région.

Situation économique

Aucun rebond réel prévu en 2019 et 2020

Après une récession en 2017, l’économie saoudienne a rebondi modestement. Toutefois, les taux de croissance annuels prévus pour 2019 et 2020 sont bien inférieurs à l’expansion moyenne de 4% sur la période 2006-2016. La prorogation des baisses de production de l’OPEP réduit les perspectives de croissance à court terme de l’économie toujours dépendante du pétrole de l’Arabie saoudite.

D’importants investissements dans les infrastructures dans le cadre du programme de diversification économique ‘Saudi Vision 2030’ devraient soutenir l’activité économique dans les années à venir. L’augmentation des dépenses publiques vise à soutenir les activités non liées au pétrole dans les services et l’industrie manufacturière. La deuxième phase d’un plan de relance de quatre ans du secteur privé a été lancée en novembre 2018, avec d’importants investissements promis pour des projets de logement, de tourisme, de transport, d’électricité et d’éducation.

Un nombre encore élevé de retards de paiement

Toutefois, les entreprises privées ressentent toujours les effets de la récente chute des prix du pétrole et des mesures d’austérité qui ont suivi (nouvelles taxes, réduction des subventions, augmentation des coûts des services publics et des prélèvements sur les expatriés), qui ont eu un impact négatif sur la demande intérieure. Un autre problème affectant la consommation intérieure est le départ continu des expatriés (plus de 1,3 million d’expatriés, soit 10% de la main-d’oeuvre étrangère totale, ont quitté le pays depuis le quatrième trimestre de 2016).

Pour les entreprises saoudiennes, l’affaiblissement du pouvoir d’achat et de la demande a eu un impact sur la croissance du chiffre d’affaires dans de nombreux secteurs, tandis que la hausse des coûts et des impôts a pesé sur la rentabilité des entreprises et comprimé les marges. La volatilité des prix du pétrole et les tensions sur les finances publiques ont également exercé des pressions sur les liquidités.

Tout cela a entraîné une augmentation notable des sinistres en 2018, qui s’est poursuivie en 2019. Outre la détérioration du comportement de paiement dans le secteur privé, le nombre de retards de paiement dans les grands projets qui dépendent directement ou indirectement du financement public reste élevé. La construction (entrepreneurs et soustraitants) et les distributeurs pharmaceutiques sont principalement touchés par les retards de paiement publics.

Les mesures d’austérité ont contribué à réduire le déficit budgétaire de 13% du PIB en 2016 à 6% du PIB en 2018. Les ajustements fiscaux à venir seront plus graduels, et l’accent est maintenant mis sur un soutien à la croissance à court terme. Les allocations destinées aux fonctionnaires, qui avaient été précédemment supprimées, ont été restaurées, les dépenses de capital aux fins de financement de projets ont repris, et les transferts sociaux au profit des foyers pauvres augmenteront à nouveau (pour éviter le mécontentement du public). Par conséquent, l’objectif de réaliser un budget équilibré a été repoussé de 2020 à 2023, ce qui n’est pas un problème, vu l’importance des réserves financières.

Maintien d’une position extérieure forte

Les réserves financières de l’Arabie saoudite sont encore assez importantes pour couvrir facilement les besoins de financement extérieur et défendre l’ancrage du taux de change avec le dollar américain. La récente réduction des taux d’intérêt par la Réserve fédérale américaine, qui a mis fin au cycle de resserrement monétaire américain, a atténué le risque de sorties de capitaux et contient des coûts d’emprunt pour l’Arabie saoudite, car aucune nouvelle hausse des taux d’intérêt n’est nécessaire pour maintenir l’écart de taux. De plus, le déficit du compte courant est redevenu excédentaire depuis 2017, ce qui limite la ponction sur les réserves, et la dette extérieure est faible.

L’accès aux marchés internationaux des capitaux reste aisé, et un projet existe toujours de transformer le Fonds d’investissement public en un Fonds souverain (Sovereign Wealth Fund (SWF)) de 2 000 milliards de dollars afin d’accroître les investissements à l’étranger. Le SWF sera partiellement financé par la vente d’une participation de 5% dans la société pétrolière nationale Aramco.

Diversification de l’économie: les pierres d’achoppement

En 2016 le gouvernement a annoncé le but d’une réforme approfondie dans son plan ‘Saudi Vision 2030’. Le but est de transformer l’économie au cours des 15 prochaines années en diversifiant la croissance, en réduisant la dépendance au pétrole, en assurant la durabilité des finances publiques sur le long terme, en accroissant le rôle du secteur privé et en créant plus d’emplois.

Reste à voir cependant si la volonté politique de mettre en oeuvre ces profondes réformes économiques persistera. En tout cas, il est prévu que la diversification ne se produise que lentement, laissant l’économie largement dépendante des revenus pétroliers et du soutien de l’État pour la période actuelle.

De nombreux obstacles subsistent. Par exemple, les projets visant à accroître la part de consommation de biens produits localement à 50% en 2020 risquent d’être difficiles à mettre en oeuvre en l’absence de politiques économiques appropriées pour renforcer la compétitivité extérieure. Le plan de Saoudification visant à remplacer des travailleurs étrangers bon marché par des nationaux saoudiens se heurte à un droit du travail rigide et à un manque d’adéquation de compétences. Actuellement, les nationaux saoudiens occupent 90% des emplois dans le secteur public, mais seulement 19% dans le secteur privé. Ce dernier est aux prises avec le départ massif d’expatriés depuis fin 2016, les ressortissants saoudiens n’ayant jusqu’à présent pas la volonté de prendre le relais.

sau 2019 pic4

sau 2019 pic5

 

 

 

 

Documents associés

Avertissement

Les informations figurant sur ce site sont uniquement fournies à titre indicatif et ne doivent pas être utilisées à d’autres fins que celles mentionnées. Nous vous remercions de bien vouloir vous reporter aux réglementations et accords en vigueur. Aucunes informations ne peuvent être considérées comme créant un droit, une obligation ou engageant la responsabilité d’Atradius y compris pour juger de la moralité d’un ou de plusieurs acheteurs. Si Atradius juge de la moralité d’un acheteur, elle le fait pour le compte de son arbitrage et en aucun cas au bénéfice de ses assurés ou toute autre personne. En aucun cas, Atradius, ses partenaires ou sociétés apparentées, agents ou employés, ne pourront être tenus responsables envers les lecteurs ou toute autre personne pour toute décision ou mesure prise sur la foi des informations contenues dans cette carte, ou pour tous dommages indirects, particuliers ou similaires, même si ces personnes ont été avisées de l’éventualité de tels préjudices.