Rapport Pays Pologne 2018

Rapport pays

  • Poland
  • Agriculture,
  • Automotive/Transport,

09 oct. 2018

Au sein de l’Europe centrale, l’économie polonaise semble la plus sensible aux retombées financières et politiques du vote britannique en faveur de la sortie de l’UE.

 

 

Poland 2018 - Key indicators

 

 

 

 

 

Poland 2018 - Industries performances forecast

 

 

Situation politique

Chef de l'Etat : Président Andrzej Duda (depuis Août 2015)

Chef du gouvernement : Premier Ministre Mateusz Morawiecki (depuis Decembre 2017)

Population : 38.3 millions

Des initiatives controversées lancées par la nouvelle administration

Le parti conservateur nationaliste Droit et Justice (PiS) a remporté les élections d’octobre 2015 et recueilli 235 des 460 sièges au Parlement. Dès son inauguration, la nouvelle administration du PiS a lancé des initiatives stratégiques controversées, notamment en contrôlant directement les chaînes de radiodiffusion publiques et les services de sécurité et en purgeant les directions des entreprises publiques. L’un des problèmes majeurs concerne les tentatives de réduction de l’indépendance de la justice en imposant un contrôle politique sur les tribunaux et sur la nomination des juges.

 

Cela a déclenché des manifestations de masses en Pologne même, tandis que la Commission européenne a plusieurs fois averti le gouvernement polonais que de telles initiatives faisaient courir un risque systémique à l’État de droit et violait la législation de l’UE.

Situation économique

La croissance économique reste supérieure à la moyenne de la zone euro

 

 

Poland 2018 - Real GDP growth

 

 

La croissance du PIB polonais devrait rester au-dessus de 4% en 2018, en raison d’une forte demande des consommateurs et d’une augmentation des investissements. En 2019 l’expansion économique devrait diminuer quelque peu mais devrait rester solide (au-dessus de 3%).

 

La croissance de la consommation privée est soutenue par une reprise de l’emploi, une augmentation des salaires et des transferts sociaux (par ex. les programmes d’aide à l’enfance). Dans le même temps, les investissements publics et le versement de fonds européens ont repris, les exportations restant dynamiques. La confiance des entreprises et celle des consommateurs restent élevées actuellement.

 

 

Poland 2018 - Real private consumption

 

 

Après la déflation des années 2015 et 2016, les prix à la consommation ont commencé à reprendre en 2017, alimentée par des augmentations de salaires. Ils devraient rester aux environs de 2% en 2018 et 2019. Alors que la politique monétaire avait jusque-là été accommodante, vu les faibles taux d’inflation antérieurs, on s’attend à ce que la banque centrale commence à augmenter graduellement les taux d’intérêt à la fin 2018 afin de maintenir l’inflation au taux cible de 2%.

 

L’endettement public est modéré, avec 50% du PIB. Le déficit budgétaire du gouvernement a diminué en 2017 en raison de revenus fiscaux plus importants et d’une meilleure collecte de l’impôt. Cependant les dépenses publiques ont encore augmenté à cause de la baisse de l’âge du départ à la retraite, du maintien des dépenses sociales et de l’investissement public.

Exposition aux conséquences négatives du Brexit

 

 

Poland 2018 - Real exports of goods and services

 

 

A cause de la poursuite de la contraction du marché du travail, le manque de main-d’œuvre devient de plus en plus préoccupant, surtout dans le secteur manufacturier. Dans le même temps, des préoccupations portant sur les politiques économiques et intérieures défavorables du gouvernement polonais demeurent, ainsi que des inquiétudes sur l’impact de facteurs externes tels que les droits à l’importation des États-Unis et la décision concernant le Brexit sur les exportations polonaises et la croissance de l’investissement.

 

Au sein de l’Europe centrale, l’économie polonaise semble la plus sensible aux retombées financières et politiques du vote britannique en faveur de la sortie de l’UE. Les envois annuels de fonds de Polonais résidant à l’étranger s’élèvent à environ 4 milliards d’euros et proviennent pour la plupart du Royaume-Uni. À plus long terme, le départ du Royaume-Uni pourrait avoir une incidence sur les fonds structurels européens, ce qui pourrait jouer un rôle majeur pour les progrès économiques polonais. Le Royaume-Uni est en outre la deuxième destination d’exportation après l’Allemagne.

Documents associés

Avertissement

Les informations figurant sur ce site sont uniquement fournies à titre indicatif et ne doivent pas être utilisées à d’autres fins que celles mentionnées. Nous vous remercions de bien vouloir vous reporter aux réglementations et accords en vigueur. Aucunes informations ne peuvent être considérées comme créant un droit, une obligation ou engageant la responsabilité d’Atradius y compris pour juger de la moralité d’un ou de plusieurs acheteurs. Si Atradius juge de la moralité d’un acheteur, elle le fait pour le compte de son arbitrage et en aucun cas au bénéfice de ses assurés ou toute autre personne. En aucun cas, Atradius, ses partenaires ou sociétés apparentées, agents ou employés, ne pourront être tenus responsables envers les lecteurs ou toute autre personne pour toute décision ou mesure prise sur la foi des informations contenues dans cette carte, ou pour tous dommages indirects, particuliers ou similaires, même si ces personnes ont été avisées de l’éventualité de tels préjudices.