Rapport Pays EAU - Mai 2021

Rapport pays

  • United Arab Emirates
  • Construction,
  • General economic,
  • Services

04 mai 2021

Rebondissement en cours, mais la situation du risque de crédit de plusieurs industries reste tendue, en particulier dans les secteurs de la construction et des services.

 Performance of UAE industries May 2021

Situation politique

Malgré des évolutions positives, les tensions régionales restent un problème.

Les familles dirigeantes et les structures tribales traditionnelles influencent considérablement la politique intérieure. Les partis politiques et les syndicats ne sont pas autorisés, et l'opposition est pratiquement inexistante. Le Conseil national fédéral (FNC), en tant qu'organe législatif, n'a qu'un rôle consultatif. Les tensions politiques et sociales sont faibles, en raison du niveau de vie élevé et d'un soutien financier suffisant pendant la pandémie de coronavirus. D’importantes réserves financières permettent un assainissement budgétaire progressif, rendant peu probables les manifestations contre l'austérité.

La fin du boycott régional du Qatar et la récente normalisation des liens avec Israël sont des évolutions positives, qui devraient contribuer à la stabilité régionale et avoir un effet positif sur le commerce et les investissements. Toutefois, toute escalade du conflit entre l'Arabie saoudite et l'Iran (les deux pays sont engagés dans une lutte pour la domination régionale et dans diverses guerres par procuration, par exemple au Yémen) constituerait une menace majeure pour les intérêts commerciaux des Émirats Arabes Unis, compte tenu de leur statut de plaque tournante régionale pour le commerce, le tourisme et la finance. Il en va de même pour une confrontation militaire entre l'Iran et les États-Unis. Cependant, la probabilité de ce dernier scénario est actuellement assez faible, étant donné que Washington et Téhéran ont récemment repris les négociations pour relancer l'accord sur le nucléaire iranien.

Situation économique

Sur la voie de la reprise économique

Après une forte contraction du PIB de 7 % en 2020, l'économie est sur la voie de la reprise. La demande intérieure bénéficie d'une politique budgétaire expansionniste et d'un déploiement du vaccin contre le coronavirus plus rapide que dans la plupart des autres pays. Les recettes d'exportation sont soutenues par le rebond du prix mondial du pétrole et par l'abandon progressif des réductions de la production pétrolière imposées par l'OPEP+. En 2021, le PIB devrait augmenter d'environ 1 %, mais il pourrait croître encore plus, d'environ 3 %, en fonction de la rapidité du déploiement de la vaccination au niveau national et mondial et de l'endiguement ultérieur du coronavirus.

Malgré le rebond en cours, les performances commerciales et les situations de risque de crédit de plusieurs secteurs restent tendues, notamment à Dubaï. La construction, les services et l'industrie manufacturière sont encore sur le point de se remettre du récent marasme économique. Toutefois, l'indice des directeurs d'achat des EAU, qui s'est établi à 52,6 en mars 2021, indique que l'activité commerciale dans l'ensemble du secteur privé non pétrolier est en expansion (un score supérieur à 50 dénote une tendance positive).

La reprise du marché immobilier, qui se débat toujours avec la surcapacité, reste assez incertaine. Le secteur de la construction des Émirats arabes unis affichait déjà des performances médiocres avant l'épidémie de coronavirus, la croissance économique modeste de ces deux dernières années ayant empêché l'augmentation des dépenses pour les projets de construction. Cela a déjà entraîné des difficultés de trésorerie accrues et des marges serrées pour les entreprises de construction, en particulier pour les petits acteurs. On s'attend à ce que la production de la construction dans les Émirats Arabes Unis augmente d'environ 4,5 % cette année, après une contraction de 4,2 % en 2021.

La reprise complète de l'importante industrie du tourisme (qui représente 16 % du PIB) prendra encore un certain temps. L'exposition universelle de Dubaï, prévue d'octobre 2021 à mars 2022, pourrait contribuer à relancer le secteur. Toutefois, cela dépend en grande partie du rythme du déploiement mondial de la vaccination et de la levée des restrictions de voyage.

Le secteur bancaire résiste bien, malgré la hausse des prêts non productifs

Afin de soutenir l'économie dans le contexte de la pandémie de coronavirus, la Banque centrale a lancé des mesures globales à partir de mars 2020 afin de fournir des liquidités au marché, sous la forme de prêts garantis à taux zéro, de coussins de capital libérés, de ratios de réserve réduits sur les dépôts à vue et d'exigences de liquidité. Malgré l'importante injection de liquidités par la Banque centrale et l'assouplissement des réglementations visant à soutenir financièrement les entreprises, les banques sont restées plutôt réticentes à transmettre ces mesures au marché, les conditions de prêt restant serrées. Les problèmes de rentabilité dans un environnement de taux d'intérêt bas pourraient expliquer l'apparente réticence des banques émiriennes à accorder des crédits ou à faire preuve d'indulgence envers les emprunteurs.

Les prêts non performants ont augmenté en raison de l'accroissement des difficultés financières des entreprises et des consommateurs, pour atteindre 7,7 % au troisième trimestre de 2020, contre 6,4 % au troisième trimestre de 2019. La qualité des actifs pourrait encore s'affaiblir avec l'expiration des plans de report de remboursement des prêts, et l'exposition des banques au secteur immobilier morose (à 20 % du crédit total) est particulièrement élevée. Toutefois, les banques devraient être suffisamment résilientes pour faire face à ces défis. Le secteur financier est resté liquide et bien capitalisé, avec un ratio capital réglementaire/actif pondéré en fonction des risques de 18 % au troisième trimestre 2020. En outre, les banques ont augmenté leurs provisions en prévision d'une nouvelle détérioration de la qualité des actifs.

Les positions financières publiques et externes restent solides

En raison de diverses mesures de relance liées au coronavirus et de la forte baisse des prix du pétrole au premier semestre 2020, le solde budgétaire s'est transformé en un déficit abrupt (près de 7 % du PIB l'an dernier), après des excédents en 2018 et 2019. Malgré la diversification en cours de l'économie, les recettes publiques reposent toujours pour près de 50% sur les revenus des hydrocarbures, avec un prix d'équilibre budgétaire de 70 USD par baril. La dette publique a augmenté pour atteindre 78 % du PIB l'année dernière, contre 61 % du PIB en 2020. Bien que d'importants passifs des entités publiques viennent alourdir le fardeau de la dette publique, le risque de viabilité de la dette est gérable grâce aux actifs des fonds souverains des EAU, estimés à 1 000 milliards USD (environ 290 % du PIB nominal). Ces importants tampons financiers permettront une reprise progressive de l'assainissement budgétaire dans les années à venir, et la dette publique devrait revenir à son niveau d'avant la crise, soit environ 60 % du PIB, d'ici 2025.

Malgré l'augmentation de la dette extérieure (jusqu'à 70 % du PIB en 2021, contre 58 % du PIB en 2019), les remboursements ne posent pas de problème. Abou Dhabi a facilement accès aux marchés de capitaux internationaux, levant 15 milliards de dollars au total en 2020, dont une durée de 50 ans pour la première fois. Si les coûts du service de la dette ont augmenté, ils restent faibles, à 8 % des exportations de biens et services. Dans le même temps, les Émirats Arabes Unis ont démontré leur réputation de destination d'investissement la plus attrayante de la région en recevant 14 milliards d'USD de flux d'investissements directs étrangers (IDE) en 2020, dépassant les IDE sortants via les investissements de son fonds souverain. Les réserves de change représentent le double des besoins de financement bruts externes et sont suffisantes pour limiter le risque de dé-dollarisation du dirham par rapport à l'USD. La disponibilité d'importants actifs étrangers provenant du fonds souverain constitue une deuxième ligne de défense.

Des perspectives favorables à moyen terme, grâce à la diversification économique en cours et à d'importants investissements.

La compagnie pétrolière d'État continue à investir massivement dans l'industrie des hydrocarbures afin d'augmenter la production de pétrole de 4 à 5 millions de barils par jour et de développer les opérations en aval. Cependant, dans le même temps, le gouvernement continue de diversifier l'économie en dehors du pétrole, tente de stimuler la croissance du secteur privé et vise à établir une économie de la connaissance à long terme. Les EAU sont déjà l'un des États du Golfe les plus diversifiés (actuellement, les secteurs non pétroliers représentent 74 % du PIB total des EAU) et l'une des destinations les plus attrayantes pour les investissements étrangers dans la région MENA. En tant que centre commercial régional majeur, la réexportation d'un large éventail de marchandises représente près de 50 % de ses exportations totales de marchandises.

Les exigences en matière de propriété étrangère ont été assouplies (autorisant une propriété étrangère à 100 %) et les réglementations en matière de visa ont été adaptées (pour attirer une main-d'œuvre étrangère hautement qualifiée). Tout cela devrait contribuer à attirer des flux d'IDE plus importants. Les améliorations réglementaires en cours, le rôle de pionnier en matière de technologie et l'excellence des infrastructures placent les EAU en bonne position pour stimuler davantage les industries non pétrolières telles que le tourisme, les énergies renouvelables et les technologies financières. Le processus de diversification offre des opportunités commerciales aux exportateurs de produits de haute technologie, car la demande n'a cessé d'augmenter au cours des deux dernières années. Dans le même temps, la demande d'importation de produits pharmaceutiques, d'équipements de télécommunication, de machines électriques et de produits alimentaires reste forte.

 

 

 

 

 

 

 

 

Avertissement

Les informations figurant sur ce site sont uniquement fournies à titre indicatif et ne doivent pas être utilisées à d’autres fins que celles mentionnées. Nous vous remercions de bien vouloir vous reporter aux réglementations et accords en vigueur. Aucunes informations ne peuvent être considérées comme créant un droit, une obligation ou engageant la responsabilité d’Atradius y compris pour juger de la moralité d’un ou de plusieurs acheteurs. Si Atradius juge de la moralité d’un acheteur, elle le fait pour le compte de son arbitrage et en aucun cas au bénéfice de ses assurés ou toute autre personne. En aucun cas, Atradius, ses partenaires ou sociétés apparentées, agents ou employés, ne pourront être tenus responsables envers les lecteurs ou toute autre personne pour toute décision ou mesure prise sur la foi des informations contenues dans cette carte, ou pour tous dommages indirects, particuliers ou similaires, même si ces personnes ont été avisées de l’éventualité de tels préjudices.