Rapport Pays Indonésie Mars 2021

Rapport pays

  • Indonesia
  • General economic

31 mars 2021

Un rebond économique de plus de 4 % est attendu en 2021, mais la vulnérabilité aux turbulences des marchés financiers mondiaux reste un problème.

Performance of Indonesian industries March 2021

Situation politique

En avril 2019, le président Joko Widodo a été réélu avec 55,5 % des voix, lui offrant un second mandat jusqu'en 2024. Comme lors de son premier mandat, Widodo a continué à s'attaquer aux réformes économiques, telles que l'amélioration des infrastructures pour soutenir le secteur manufacturier et l'économie numérique, les réformes du marché du travail et des règles relatives aux investissements étrangers. Toutefois, certains éléments clés de son programme politique restent contestés en raison d'intérêts particuliers.

Par rapport à ses voisins, le gouvernement indonésien a tardé à prendre des mesures globales pour contenir la propagation du coronavirus, très probablement en raison des craintes de conséquences négatives pour l'économie. L'Indonésie n'a jamais imposé un confinement complet, mais des restrictions plus souples sur les activités sociales ont été mises en œuvre dans tout l'archipel tout au long de l'année dernière et au début de 2021. Le pays a connu l'un des taux les plus élevés de cas de coronavirus en Asie du Sud-Est, et le programme de vaccination y a débuté en janvier. Officiellement, il vise à toucher 181,5 millions de personnes en un an, ce qui semble très ambitieux.

Situation économique

Une légère récession en 2020, suivie d'un rebond attendu de plus de 4% en 2021

En 2020, le PIB de l'Indonésie a reculé de 2,1 %, une contraction plutôt faible par rapport à de nombreux autres pays. Cela s'explique en partie par le fait que l'économie est plutôt fermée (les exportations ne représentent qu'environ 20 % du PIB, ce qui rend l'Indonésie moins sensible aux ralentissements du commerce mondial que certains autres pays d'Asie du Sud-Est). Les importations (moins 14 %) ont diminué beaucoup plus fortement que les exportations (moins 6 %), tandis que les performances économiques ont également été soutenues par une consommation publique plus élevée.

En 2021, l'économie devrait rebondir de 4,7 %, sous réserve de l'assouplissement progressif des restrictions à la mobilité et d'un déploiement efficace des vaccins. Si le récent pic de cas de coronavirus et le rétablissement des restrictions ont eu un impact négatif sur la reprise au début de 2021, la priorité donnée à la vaccination des personnes en âge de travailler en premier pourrait accélérer le rebond de l'activité économique au cours de l'année. La consommation privée et l'investissement réel, qui ont tous deux été les principaux moteurs de la croissance au cours des années précédant la pandémie, devraient augmenter respectivement de 3,3 % et 5,3 %, tandis que les exportations devraient rebondir de 8,2 %.

Certains secteurs ont fait preuve de résilience

En ce qui concerne les performances sectorielles, l'agriculture est l'un des secteurs les plus résistants à la pandémie de coronavirus en Indonésie, avec une production et des exportations en hausse en 2020. Les secteurs de la chimie et des TIC se sont également révélés assez robustes. La demande de produits TIC a rebondi depuis le second semestre 2020, avec une augmentation des projets d’équipement de matériel et d'autres infrastructures informatiques. Les grossistes et fournisseurs de TIC pour les projets ont pu conserver le niveau de revenus et de marges enregistré en 2019.

Le secteur de la construction a lutté contre les retards et les reports de projets dus aux restrictions sociales, mais le rebond observé vers la fin de 2020 devrait s'accélérer en 2021 dans tous les segments (construction publique, résidentielle et commerciale). Les secteurs de l'énergie et des mines ont été affectés par une forte baisse de 27 % des investissements, jusqu'à 24,4 milliards USD, l'épidémie de coronavirus ayant entraîné l'annulation de nombreux projets.

Pour l'automobile, le potentiel du marché reste fort en Indonésie. Toutefois, une reprise complète après l'effondrement des ventes en 2020 dépend du rebond des autres industries et de la hausse du pouvoir d'achat des ménages. Ce dernier joue également un rôle central pour le rebond du commerce de détail des biens de consommation durables.

Dans le secteur des services, des milliers d'hôtels et de restaurants ont été contraints de fermer, tandis qu'un certain nombre de compagnies aériennes et de voyagistes ont subi des pertes importantes. Au second semestre 2020, les retards de paiement et les faillites ont augmenté dans les les services liés au tourisme. Les perspectives pour 2021 dépendent largement de l'évolution de la situation pandémique dans le pays et du déploiement de la vaccination.

Mesures fiscales et monétaires pour soutenir l'économie

La Banque centrale a abaissé son taux d'intérêt de référence à six reprises depuis le début de la pandémie, pour le ramener à 3,5 % en février 2021. L'année dernière, elle avait abaissé le taux de réserves obligatoires des banques afin de donner au secteur bancaire une plus grande marge de manœuvre pour soutenir les entreprises locales. Il est encore possible de prendre des mesures monétaires supplémentaires pour soutenir la reprise économique, notamment parce que l'inflation devrait rester à 2 %.

Le gouvernement a supprimé le plafond constitutionnel de déficit budgétaire de 3 % du PIB pour la période 2020-2022 et a alloué des mesures de relance d'un montant de 49,5 milliards USD (4 % du PIB) en 2020. Début 2021, le gouvernement a annoncé un soutien budgétaire supplémentaire de 43 milliards USD. Les principales mesures de soutien à l'économie ont jusqu'à présent consisté en une augmentation des dépenses de santé, des mesures de protection sociale, des réductions de l'impôt sur les sociétés, une restructuration du crédit, des prêts spéciaux aux PME, des aides financières distribuées aux plus défavorisés et aux travailleurs du secteur non-structuré (environ 70 millions de personnes sur les 270 millions d'Indonésiens travaillent dans le secteur non-structuré), et l'expansion des projets du secteur public.

Ces dépenses importantes entraîneront un nouveau déficit budgétaire élevé de plus de 6 % du PIB en 2021 (6,2 % du PIB en 2020), la dette publique augmentant encore, pour atteindre 47 % du PIB (40 % du PIB en 2020 et 35 % du PIB en 2019). À ce rythme, les finances publiques restent gérables, ce qui s'explique aussi par le fait que les déficits budgétaires annuels avant la pandémie étaient faibles. Toutefois, la faiblesse persistante du recouvrement des impôts, les subventions et l’inefficacité dans les distributions budgétaires de l'État restent des problèmes.

La vulnérabilité structurelle aux chocs extérieurs demeure

Le ratio d'adéquation des fonds propres (22,8 %) et le ratio des prêts non productifs (2,8 %) suggèrent que le secteur bancaire est sain. Cependant, les actifs étrangers nets négatifs et décroissants du secteur indiquent une faiblesse majeure. Un autre point faible concerne la part assez élevée de prêts et de dépôts en devises étrangères parmi les banques (environ un septième de leur exposition). En outre, la surveillance bancaire n'est pas encore totalement conforme aux normes internationales.

Le niveau de la dette extérieure en termes de PIB semble gérable (33 % à 36 % du PIB entre 2015 et 2019), mais il est plus inquiétant en tant que pourcentage des exportations de biens et de services (entre 159 % et 189 % sur la même période). Le niveau de la dette extérieure a augmenté pour atteindre 205 % des exportations de biens et services en 2020, principalement en raison d'une nouvelle augmentation de la dette extérieure et d'une diminution des exportations. Il devrait rester élevé en 2021, à 195 %. Des actifs étrangers plutôt faibles et la structure défavorable des créanciers de la dette extérieure (près de 85 % de créanciers privés) ajoutent également au risque de solvabilité externe. Le ratio du service de la dette reste élevé, à plus de 25 % en 2021, et la balance courante annuelle est restée constamment négative au cours des deux dernières années (estimée à -0,8 % en 2021).

L'Indonésie reste structurellement vulnérable aux turbulences des marchés financiers mondiaux (par exemple, une sortie soudaine des investissements de portefeuille ou une forte réduction des capitaux étrangers disponibles auprès des créanciers privés). Les investisseurs étrangers détiennent plus de 30 % des obligations d'État indonésiennes, une part plus importante que celle de ses homologues régionaux, ce qui rend les actifs financiers du pays très sensibles aux sorties de capitaux. De plus, comme les investisseurs étrangers détiennent environ un tiers du financement de la dette des entreprises, les risques de refinancement restent élevés.


 

 

 

 

 

 

Avertissement

Les informations figurant sur ce site sont uniquement fournies à titre indicatif et ne doivent pas être utilisées à d’autres fins que celles mentionnées. Nous vous remercions de bien vouloir vous reporter aux réglementations et accords en vigueur. Aucunes informations ne peuvent être considérées comme créant un droit, une obligation ou engageant la responsabilité d’Atradius y compris pour juger de la moralité d’un ou de plusieurs acheteurs. Si Atradius juge de la moralité d’un acheteur, elle le fait pour le compte de son arbitrage et en aucun cas au bénéfice de ses assurés ou toute autre personne. En aucun cas, Atradius, ses partenaires ou sociétés apparentées, agents ou employés, ne pourront être tenus responsables envers les lecteurs ou toute autre personne pour toute décision ou mesure prise sur la foi des informations contenues dans cette carte, ou pour tous dommages indirects, particuliers ou similaires, même si ces personnes ont été avisées de l’éventualité de tels préjudices.