Rapport Pays Argentine 2018

Rapport pays

  • Argentina
  • Agriculture,
  • Automotive/Transport,

17 avr. 2018

L’économie a affiché une reprise en 2017, et l’avancée des réformes structurelles devrait soutenir une croissance plus rapide et plus importante en 2018 et 2019, stimulée par les investissements.

 

Argentina 2018 Key indicators

 

 

 

Argentina 2018: Industries performances outlook

 

Situation politique

Un président réformateur au pouvoir, mais des obstacles subsistent

Le président Mauricio Macri a réglé les questions économiques importantes héritées du gouvernement précédent (par ex., le défaut de paiement de la dette et des politiques fortement interventionnistes) en réduisant les subventions en matière d’énergie, en abolissant les taxes à l’exportation, en levant les contrôles sur les devises et les capitaux et en permettant au peso argentin (surévalué) de flotter librement. Début 2016, l’Argentine a négocié un arrangement de règlement de la dette avec les créditeurs récalcitrants restants, ce qui a permis au pays de sortir du défaut de paiement et de revenir sur les marchés internationaux de capitaux. Cela a amélioré en tout point les relations économiques avec le FMI, les États-Unis et l’Europe.

 

Bien que la coalition gouvernementale ait décroché des sièges supplémentaires lors des élections législatives de mi-mandat en octobre 2017, elle ne dispose toujours pas de majorité tant à la Chambre des députés qu’au Sénat. Cela signifie que le président Macri doit coopérer avec l’opposition pour obtenir une majorité parlementaire pour ses réformes.

Situation économique

Une reprise encore fragile

 

Argentina 2018: Real GDP growth

 

L’économie a affiché une reprise en 2017, et l’avancée des réformes structurelles devrait soutenir une croissance plus rapide et plus importante en 2018 et 2019, stimulée par les investissements, les exportations et la demande des consommateurs. L’accès aux marchés de capitaux par les autorités centrales et locales et les entreprises argentines reste solide. Si le retour à des politiques plus favorables au marché a amélioré les perspectives de croissance à moyen et long terme de l’Argentine, les perspectives à court terme restent difficiles et des risques considérables de détérioration subsistent.

 

Malgré une baisse importante enregistrée en 2017, l’inflation ne devrait pas être ramenée à des taux à un chiffre avant fin 2019, dans la mesure où le processus de désinflation se heurte à une politique budgétaire expansionniste et à des négociations salariales difficiles en vue de réduire l’indexation.

 

Argentina 2018: Inflation

 

Des efforts supplémentaires de réduction du déficit budgétaire sont nécessaires pour renforcer la reprise économique, aider au processus de désinflation, stimuler les investissements directs étrangers et renforcer les réserves officielles de devises. Pour des raisons politiques (troubles sociaux potentiels et absence de majorité au Congrès pour la coalition gouvernementale), le resserrement budgétaire devrait se poursuivre de manière progressive et les déficits budgétaires devraient rester supérieurs à 5% du PIB en 2018 et 2019, avec une nouvelle hausse de la dette publique. La structure de la dette devient de plus en plus risquée (financée à 73% de manière externe en devises étrangères), ce qui rend les finances publiques vulnérables aux risques de change et de refinancement.

 

Le rebond de la demande nationale avec une augmentation des importations (principalement des biens de capitaux suite à la suppression des contrôles des capitaux) a entraîné une augmentation des déficits des comptes courants, lesquels sont majoritairement financés par les afflux de portefeuille. Jusqu’à présent, ce type de financement n’a pas posé de problème, mais l’Argentine reste vulnérable aux changements du climat sur les marchés. Bien que les liquidités se soient améliorées à la suite de l’émission d’obligations internationales, leur resserrement se poursuit et elles demeurent insuffisantes pour couvrir les besoins de financement externe. Le peso restera dès lors sensible aux fluctuations du climat sur les marchés et le taux de change devrait progressivement se déprécier à nouveau en 2018.

 

Argentina 2018: Fiscal balance

 

Structurellement, l’économie argentine demeure vulnérable en raison de sa forte dépendance aux produits de base (les produits agricoles représentent 50% des exportations), d’un stock relativement important de capitaux de portefeuille entrants, de la faiblesse des institutions, de la question des finances publiques et de son passif en matière de défaut de paiement de la dette. La reprise actuelle pourrait être sérieusement freinée par la mise en place de nouveaux droits à l’importation par les États-Unis et par toute perturbation dans les flux commerciaux mondiaux.

Documents associés

Avertissement

Les informations figurant sur ce site sont uniquement fournies à titre indicatif et ne doivent pas être utilisées à d’autres fins que celles mentionnées. Nous vous remercions de bien vouloir vous reporter aux réglementations et accords en vigueur. Aucunes informations ne peuvent être considérées comme créant un droit, une obligation ou engageant la responsabilité d’Atradius y compris pour juger de la moralité d’un ou de plusieurs acheteurs. Si Atradius juge de la moralité d’un acheteur, elle le fait pour le compte de son arbitrage et en aucun cas au bénéfice de ses assurés ou toute autre personne. En aucun cas, Atradius, ses partenaires ou sociétés apparentées, agents ou employés, ne pourront être tenus responsables envers les lecteurs ou toute autre personne pour toute décision ou mesure prise sur la foi des informations contenues dans cette carte, ou pour tous dommages indirects, particuliers ou similaires, même si ces personnes ont été avisées de l’éventualité de tels préjudices.