Les marchés prometteurs de 2021

Etude économique

  • Chile,
  • Egypt,
  • Malaysia,
  • Vietnam
  • General economic

01 févr. 2021

Après que la pandémie de Covid-19 ai provoquée une onde de choc dans l'économie mondiale, de nouveaux espoirs se profilent à mesure que les économies se réouvrent progressivement.

Résumé

  • La pandémie de Covid-19 a provoqué une onde de choc dans l'économie mondiale, mettant à rude épreuve la croissance des marchés émergents. En 2021, de nouveaux espoirs se profilent à l'horizon, avec la reprise progressive des économies.
  • Nos économistes ont identifié le Chili, l'Égypte, le Sénégal, la Malaisie et le Vietnam comme des marchés bien positionnés pour se remettre de la crise du Covid-19 et dont les conditions politiques sont relativement stables.
  • La reprise du commerce mondial offre des opportunités aux investisseurs et aux exportateurs, notamment dans les secteurs de ces marchés orientés vers l'exportation. En outre, sur nombre de ces marchés, on observe un développement de la classe moyenne, ce qui génère des opportunités dans les secteurs orientés vers les consommateurs.

Carte Marchés émergents les plus prometteurs 2021

Les points clés d'une économie mondiale qui commence à peine à se remettre de Covid-19

En 2019, le principal risque pour l'économie mondiale était une possible escalade de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine. Cependant, au début de l'année 2020, il est clairement apparu qu'un risque d'une toute autre nature se profilait. Un nouveau coronavirus, appelé plus tard Covid-19, qui est apparu pour la première fois dans la ville chinoise de Wuhan, s'est transformé en pandémie et a plongé l'économie mondiale dans une profonde récession. Toutes les grandes régions des marchés émergents ont connu une forte baisse de la croissance du PIB, et la situation de nombre d'entre elles reste précaire, car la pandémie continue de se propager et les systèmes de santé sont grevés. En ce début d'année 2021, nous assistons néanmoins à un regain d'espoir. Un certain nombre de marchés émergents ont réussi à garder le virus sous contrôle depuis la première épidémie en développant rapidement leurs capacités de dépistage et de traitement, et en mettant en place des mesures de confinement local si nécessaire. En outre, plusieurs vaccins sont en phase finale d'approbation, et d'autres sont déjà distribués, également de manière progressive dans les économies émergentes. Avec la lente réouverture des économies, le repli de la demande et la reprise des exportations vont stimuler la croissance du PIB en 2021.

Avec l'amélioration des perspectives économiques, il y a des opportunités à trouver. Nous avons identifié les marchés qui ont des perspectives relativement fortes. Les marchés prometteurs sont identifiés sur la base de trois critères : (1) le rythme de la reprise du PIB à la suite de la crise Covid-19, (2) un nombre relativement faible de cas de Covid-19 (pour 100 000 habitants), et (3) des conditions politiques et institutionnelles stables. Nous reconnaissons que pour certains pays, il se peut que les cas de Covid-19 soient sous-déclarés, car les capacités de test diffèrent d'un pays à l'autre. Nous accordons donc un poids plus important aux deux autres facteurs dans la sélection des pays.

Sur la base de ces critères généraux et de notre expérience du marché, nous avons identifié le Chili, l'Égypte, le Sénégal, la Malaisie et le Vietnam comme étant les marchés les plus prometteurs.

Chili : une économie diversifiée qui a résisté au Covid-19

De toutes les régions des marchés émergents, l'Amérique latine a été la plus touchée par la pandémie de Covid-19, tant en termes de cas d'infection que de taux de mortalité. La reprise sera partielle et inégale, en fonction de la marge de manœuvre budgétaire dont disposent les gouvernements pour soutenir leur économie, de l'efficacité avec laquelle les vaccins peuvent être déployés et de la dépendance d'un pays à l'égard du tourisme. Le Chili dispose d'un environnement commercial attrayant, soutenu par des institutions solides, une faible corruption et des politiques macroéconomiques efficaces. Bien que l'économie ait été touchée par la pandémie, elle s'est révélée résistante au choc de la Covid-19 et est bien placée pour une reprise vigoureuse dans les années à venir. Son économie est relativement diversifiée, avec une part d'emplois pouvant être exercés à distance qui est plus élevée que dans la plupart des pays de la région. La reprise a commencé dans les secteurs de la vente au détail et de la fabrication au troisième trimestre 2020, tandis que le tourisme et l'hôtellerie restent faibles. Les recettes d'exportation ont bénéficié d'une reprise du prix du cuivre, principal produit d'exportation du Chili. Le déploiement des vaccins a commencé et devrait être l'un des plus rapides de la région.

La plupart des pays de la région disposent d'une marge de manœuvre budgétaire limitée pour soutenir leur économie, mais le Chili présente l'une des positions budgétaires les plus solides à moyen terme. Sa dette publique relativement faible lui permet de mettre en œuvre un important plan de relance budgétaire (5 % du PIB). Le système financier est bien isolé des chocs extérieurs, avec des normes de prêt prudentes et une crédibilité bien établie de la banque centrale. Le Chili a souffert de sorties de capitaux dans les premiers stades de la pandémie, mais l'accès des entreprises souveraines et privées a été rapidement rétabli et est soutenu par une ligne de crédit flexible du FMI à titre de précaution et par deux fonds souverains.

Les secteurs les plus performants au Chili sont l'agriculture, l'emballage et les produits pharmaceutiques. Dans l'agriculture et l'emballage, la demande de machines et de technologies liées à l'industrie est en augmentation, ce qui offre des opportunités aux exportateurs de ces segments. Il en est de même pour les exportateurs de produits pharmaceutiques, car le Chili importe la plupart des articles liés à ces secteurs.

Égypte : l'ambition de devenir un centre gazier méditerranéen

Nous considérons que l'Égypte est un marché prometteur en raison de la stabilisation de son paysage politique, des progrès réalisés dans les réformes et de la croissance du PIB supérieure à celle des autres pays de la région. Le pays a affiché une forte trajectoire de croissance ces dernières années, principalement grâce à un programme de stabilisation macroéconomique qui a été largement couronné de succès. L'Égypte dispose d'un programme du FMI et a réussi à améliorer ses finances publiques et à reconstituer ses réserves internationales. Elle a subi plusieurs vents contraires liés à la pandémie en 2020, notamment un effondrement du tourisme et une baisse du prix du pétrole, qui ont affecté le secteur des ressources. Cette situation a été amortie par l'assouplissement sensible de la politique monétaire, en plus de la faible inflation. À partir de 2022, la croissance du PIB devrait converger vers son rythme d'avant la crise. Cela dit, l'Égypte reste vulnérable, notamment en raison de sa dépendance à l'égard des envois de fonds des États du Golfe et du tourisme.

En termes de secteurs, les perspectives pour le gaz, les produits pharmaceutiques et les TIC semblent plus favorables, et ce sont ceux qui ont attiré le plus d'investissements étrangers directs. Les nouvelles découvertes de gaz vont accroître les exportations dans les années à venir et soutenir l'ambition de l'Égypte de devenir une plaque tournante du gaz en Méditerranée. Dans le même temps, elle est également l'un des premiers de la région en termes d'investissements dans les projets d'énergie renouvelable. En outre, l'Égypte a été le premier pays de la région MENA à émettre une obligation verte à la fin du mois de septembre 2020.

Stats marchés prometteurs 2021

Le gouvernement s'efforce de passer à une économie numérique et d'accélérer la transformation numérique du pays, qui offre des opportunités aux entreprises de TIC. Outre la nécessité de lutter contre la pandémie de coronavirus, la demande de produits pharmaceutiques sera stimulée par la croissance démographique, ce qui entraînera une hausse des dépenses de santé. Le secteur de la construction bénéficiera de plusieurs projets d'infrastructure parallèlement à l'achèvement de la nouvelle capitale.

Sénégal : un climat politique stable associé à des institutions fortes

L'Afrique a été l'un des derniers continents à connaître les effets de la Covid-19, et beaucoup ont craint le pire. On craignait que certains des pays les moins avancés, dont les systèmes de santé étaient faibles, ne soient pas en mesure de contenir le virus. Le Sénégal se porte relativement bien. Il a réagi à la pandémie en instaurant un état d'urgence de trois mois, déclaré par le président Macky Sall. Cet état d'urgence a été levé à la fin du mois de juin, en raison des retombées économiques du confinement et des manifestations de grande ampleur à Dakar. Une deuxième vague de la pandémie est en cours depuis novembre 2020, bien que le nombre absolu de cas reste faible. Le Sénégal bénéficie d'un climat politique stable, d'institutions démocratiques relativement fortes et d'une forte croissance du PIB.

Opportunités par secteur 2021

Les politiques se concentreront sur les retombées de la pandémie tout en maintenant un programme largement favorable aux entreprises. Le pays a élaboré un plan national de lutte contre les retombées de la pandémie, qui représente environ 7 % du PIB. La croissance des prochaines années sera tirée par la construction de projets d'hydrocarbures et par de nouvelles activités d'exploration et d'expansion dans le secteur des minéraux, notamment l'or. La croissance sera encore soutenue par les grands gisements de pétrole et de gaz qui devraient être mis en exploitation en 2023-25, bien que la pandémie puisse entraîner des retards. Le gouvernement continuera également à mener des travaux publics pour améliorer les infrastructures du pays (en particulier le réseau de transport et l'alimentation électrique). Le gouvernement a adopté un plan de développement pour le pays, le "Plan Sénégal Emergent" (PSE), qui entre dans sa deuxième phase en 2019-23. Le PSE comprend des réformes structurelles visant à soutenir l'investissement privé et à accroître la diversification économique.

Les secteurs qui offrent de bonnes opportunités d'investissement sont le pétrole et le gaz et les infrastructures. La production de pétrole et de gaz devrait commencer à partir de 2022, ce qui donnera lieu à d'importantes opportunités d'investissement dans les deux ou trois années à venir. La deuxième phase de l'ESP se concentrera sur l'amélioration de la productivité, la construction de chemins de fer et de routes rurales et l'électrification des villages. En outre, le gouvernement sénégalais prévoit d'importants investissements dans le secteur de l'énergie (parcs éoliens et centrales solaires) et le développement du secteur minier, notamment de l'or. Tout cela créera d'importantes débouchers à long terme pour les exportateurs (de biens d'équipement en particulier), mais aussi pour les fournisseurs de services de transport, de stockage et de logistique.

Malaisie : un climat d'affaires attrayant et une main-d'œuvre qualifiée

L'Asie émergente a été la première région touchée par la pandémie de Covid-19, qui s'est d'abord développée dans la ville chinoise de Wuhan à la fin de 2019. Bien que la région soit entrée en récession en 2020, celle-ci a été de courte durée et moins profonde que dans le reste du monde. La région s'est montrée relativement résistante à la pandémie grâce à des mesures de confinement strictes, des tests à grande échelle et peut-être à cause d'une population relativement jeune. De nombreux pays de la région affichent une croissance robuste en 2021. Nous considérons la Malaisie comme l'un des points lumineux en raison de son climat commercial attrayant, de la qualité de ses infrastructures et de sa main-d'œuvre qualifiée. Le pays s'en sort relativement bien par rapport au reste de la région en termes de taux d'infection par la Covid-19 et de mortalité, et il est bien placé pour connaître une croissance assez solide du PIB dans les années à venir. Même s'il était en récession en 2020, la croissance du PIB devrait rebondir à 6,2 % en 2021. Le gouvernement a annoncé un important plan de relance budgétaire pour 2021, avec des mesures totalisant 322,5 milliards de RM (65 milliards d'euros). Il s'agit notamment d'augmenter les dépenses dans les secteurs sociaux et les infrastructures. Étant donné que le pays est membre de l'ANASE, il bénéficie de liens commerciaux solides avec les pays voisins. Une main-d'œuvre relativement qualifiée confère au pays une position forte dans le secteur de la fabrication électronique moyennement qualifiée. Sa position concurrentielle dans le secteur manufacturier est en outre renforcée par la hausse des salaires en Chine.

L'accélération de la croissance mondiale fait de 2021 une année attrayante pour les secteurs orientés vers l'exportation, tels que le secteur électronique, le secteur agricole étant également assez résistant. Le segment le plus performant est celui des fabricants de plastiques et de caoutchouc liés aux soins de santé, avec une croissance de 212 % d'une année sur l'autre, la demande mondiale de gants et d'emballages en caoutchouc ayant continué à augmenter pendant la pandémie. L'infrastructure est un autre secteur qui offre des opportunités. Bien qu'un certain nombre de projets d'infrastructure aient été reportés ou réduits à la suite d'un examen de tous les grands projets d'infrastructure en 2018-19, les dépenses de développement à moyen terme et les entrées d'IDE prévues devraient encore entraîner une hausse des investissements à long terme.

Vietnam : la région la plus performante en exportations

Le Vietnam s'est montré très résistant à la pandémie de la Covid-19, car les cas d'infection et les taux de mortalité sont restés faibles. Le confinement national a été levé en avril, et le Vietnam travaille avec des mesures d'isolement locales en cas d'apparition d'une épidémie de virus. Le gouvernement a introduit un package de mesures de soutien fiscal évalué à 291,7 billions de VND (3,6 % du PIB). Il existe également un espace pour la relance monétaire, mais comme l'activité économique reprend relativement vite, cette option n'a pas encore été utilisée. Le Vietnam est l'un des rares pays à avoir réussi à éviter la récession en 2020, et la croissance du PIB devrait s'accélérer pour atteindre 7,7 % en 2021. Il est l'un des points lumineux de la région depuis un certain temps, étant l'une des économies de l'ANASE à la croissance la plus rapide et une région plus performante en matière d'exportations. Le Vietnam est une destination attrayante pour les entreprises qui souhaitent délocaliser leur fabrication peu qualifiée hors de Chine. Outre les faibles coûts salariaux, le pays bénéficie de sa participation à plusieurs accords commerciaux (notamment les récents accords commerciaux UE-Vietnam et Royaume-Uni-Vietnam) et de politiques favorisant les investissements étrangers directs. La facilité de faire des affaires, pour laquelle le Vietnam était traditionnellement relativement mal classé, s'améliore.

Après une année 2020 difficile, le secteur des transports et de la logistique présente à nouveau un fort potentiel de croissance en 2021, alors que la demande mondiale reprend. Le secteur textile devrait bénéficier d'une demande mondiale plus forte et des accords de libre-échange récemment conclus avec l'UE et le Royaume-Uni. Une forte croissance économique et un faible taux de chômage soutiennent l’augmentation des salaires à moyen terme. La hausse de la consommation privée offre des opportunités particulièrement intéressantes pour les entreprises. Le secteur du commerce de détail et des biens de consommation devrait être l'un des principaux bénéficiaires, avec une croissance de la valeur ajoutée du secteur du commerce de détail de 8,8 % en 2021.

La forte croissance des investissements dans le bâtiment et l'immobilier devrait aider le secteur de la construction. Il pourrait y avoir un recul dans l'immobilier touristique, qui a attiré d'importants capitaux d'investissement nationaux et étrangers les années précédentes, mais la construction résidentielle continuera à enregistrer de bons résultats. La valeur ajoutée de la construction devrait augmenter de 6,7 % en 2021. Après avoir chuté en 2020, la croissance dans l'agriculture devrait également reprendre en 2021. La demande de pesticides et d'engrais augmentera afin de soutenir l'augmentation de la production agricole.

Conclusion

Après la récession mondiale provoquée par la Covid-19 en 2020, 2021 laisse espérer que l'économie mondiale sortira progressivement de la pandémie. Des opportunités commerciales se présentent dans plusieurs marchés émergents. Les pays énumérés ci-dessus sont bien placés pour sortir de la pandémie avec de bonnes perspectives de croissance. Leurs économies sont également connues pour leurs conditions commerciales favorables et leurs possibilités de croissance dans plusieurs secteurs.


Theo Smid, Economiste
theo.smid@atradius.com
+31 20 553 2169                        

Avertissement

Les informations figurant sur ce site sont uniquement fournies à titre indicatif et ne doivent pas être utilisées à d’autres fins que celles mentionnées. Nous vous remercions de bien vouloir vous reporter aux réglementations et accords en vigueur. Aucunes informations ne peuvent être considérées comme créant un droit, une obligation ou engageant la responsabilité d’Atradius y compris pour juger de la moralité d’un ou de plusieurs acheteurs. Si Atradius juge de la moralité d’un acheteur, elle le fait pour le compte de son arbitrage et en aucun cas au bénéfice de ses assurés ou toute autre personne. En aucun cas, Atradius, ses partenaires ou sociétés apparentées, agents ou employés, ne pourront être tenus responsables envers les lecteurs ou toute autre personne pour toute décision ou mesure prise sur la foi des informations contenues dans cette carte, ou pour tous dommages indirects, particuliers ou similaires, même si ces personnes ont été avisées de l’éventualité de tels préjudices.