Recherche économique sur les prévisions de défaillances

Etude économique

  • Australia,
  • Austria,
  • Belgium,
  • Brazil,
  • Canada,
  • Czech Republic,
  • Denmark,
  • Finland,
  • France,
  • Germany,
  • Hong Kong SAR,
  • Ireland,
  • Italy,
  • Japan,
  • Netherlands,
  • New Zealand,
  • Norway,
  • Poland,
  • Portugal,
  • Romania,
  • Russia,
  • Singapore,
  • South Africa,
  • South Korea,
  • Spain,
  • Sweden,
  • Switzerland,
  • Turkey,
  • USA,
  • United Kingdom
  • General economic

07 oct. 2021

Avec la suppression progressive des aides fiscales, les faillites d'entreprises dans le monde devraient augmenter de 33 % en 2022.

Résumé 

  • L'économie mondiale devrait afficher des taux de croissance robustes en 2021 et 2022. Toutefois, il subsiste des risques de ralentissement à cette reprise, tels que le variant Delta et les goulots d'étranglement dans la chaîne d'approvisionnement.
  • À la fin de 2022, les défaillances devraient être élevées par rapport aux niveaux pré-pandémiques dans la plupart des marchés observés. Cela peut être en grande partie attribué aux défaillances d'entreprises qui ont été "sauvées" par le soutien du gouvernement en 2020, et au retour des défaillances à des niveaux "normaux". Dans certains cas, la lenteur de la reprise économique pourrait également contribuer à la hausse des défaillances.  
  • Les pays où nous prévoyons la plus forte croissance cumulée de défaillances en 2021 et 2022 par rapport aux niveaux pré-pandémiques sont l'Italie (+34%), le Royaume-Uni (+33%) et l'Australie (+33%).
 
Les défaillances mondiales ont diminué de 14 % en 2020, année où l'économie mondiale a été plongée dans la récession par la pandémie de Covid-19. En 2021, nous prévoyons une modeste baisse de 1 %, soit un ajustement significatif à la baisse par rapport à nos prévisions de début 2021. Le niveau encore faible des défaillances d'entreprises cette année est dû à la prolongation des mesures fiscales dans de nombreux pays, et dans certains cas également à la poursuite des modifications des lois sur l'insolvabilité. Au niveau régional, nous constatons une hausse des défaillances en Europe en 2021, tandis que la tendance est positive (à la baisse) en Amérique du Nord et dans la région Asie-Pacifique. 
 
En 2022, nous prévoyons une hausse de 33 % des défaillances mondiales, car le soutien fiscal sera complètement supprimé d'ici-là dans la plupart des marchés. Cela entraînera un "retour à la normale" du niveau de défaillances, ainsi que l'insolvabilité d'une certaine part des entreprises qui ont été "sauvées" de la faillite en 2020. Par conséquent, le niveau de défaillances dans les trois régions augmentera. 

Le variant Delta pourrait ralentir la reprise en 2021

Avec les campagnes de vaccination en cours, l'économie mondiale est sur la voie de la reprise après le ralentissement économique de 2020 causé par la pandémie de Covid-19. Le PIB mondial devrait se redresser de 5,8 % en 2021, après une baisse de 3,5 % en 2020. Le taux de croissance de 2021 est légèrement inférieur à celui prévu il y a six mois, en raison de la propagation de nouveaux variants plus transmissibles du Covid-19, en particulier le variant Delta. Cela a entraîné un assouplissement plus lent des restrictions, affectant le rythme du rebond. Comme la plupart des économies n'ont pas encore totalement rouvert, dans de nombreux cas, le soutien budgétaire a été partiellement prolongé en 2021, tandis que les politiques monétaires restent souples, malgré des pressions inflationnistes croissantes.
 
Le rythme de la reprise est inégal entre les marchés avancés, avec des taux de vaccination généralement élevés, et les marchés émergents, avec des déploiements de vaccination plus lents. Dans les plus grandes économies européennes, les taux de vaccination se situent approximativement entre 70 et 80 % (au moins une injection). Les États-Unis ont été l'un des pionniers du déploiement de la vaccination, mais plusieurs pays européens enregistrent actuellement des taux de vaccination plus élevés (les États-Unis restant bloqués à 64 %). A noter que les économies émergentes ont généralement des taux de vaccination plus faibles que les économies avancées. Entre 20 % et 75 % de la population a été vaccinée dans les grands pays émergents comme la Chine, l'Inde, la Turquie, le Brésil et l'Afrique du Sud.
 
Nous considérons le variant Delta comme le plus important risque de détérioration de nos prévisions économiques. Les infections augmentent à nouveau dans certains grands marchés avancés. Plusieurs pays (Japon, Australie, Nouvelle-Zélande) ont réimposé ou étendu les restrictions, car les nouveaux cas de Covid-19 ont bondi. Le variant Delta constitue également une menace pour les marchés émergents où les taux de vaccination sont plus faibles, comme le Brésil, la Russie, la Turquie et l'Afrique du Sud.
 
Les goulots d'étranglement actuels de la chaîne d'approvisionnement, qui allongent les délais de livraison et les coûts de production, constituent un autre risque pour la croissance économique. À quelques exceptions sectorielles près (notamment la pénurie de semi-conducteurs dans l'industrie automobile), les perturbations de la chaîne d'approvisionnement dans la plupart des secteurs devraient commencer à se résorber à partir du second semestre 2021. En outre, la réouverture des services aux consommateurs et la diminution des aides fiscales devraient entraîner une baisse de la demande de biens. Cependant, si les perturbations de la chaîne d'approvisionnement durent plus longtemps que prévu, elles pourraient potentiellement entraver la reprise économique.
 
Nous prévoyons une reprise du PIB de la zone euro de 5,1 % en 2021, après une contraction de 6,5 % en 2020. Le déploiement de la vaccination étant en cours, les restrictions sont levées. Les enquêtes indiquent une forte reprise de la performance des services, les activités à fort taux de contact étant normalisées. En général, les pays qui ont subi les récessions les plus profondes en 2020 connaîtront le plus fort rebond en 2021. Nous constatons une reprise relativement forte dans les pays qui ont imposé des restrictions strictes liées à la pandémie en 2020, comme l'Espagne, la France et l'Italie. Avec la reprise du tourisme, les pays qui dépendent fortement de ce secteur (Portugal, Espagne, Italie et France) verront la reprise aidée par les flux touristiques. Toutefois, les flux touristiques ne rebondiront pas totalement dans les deux années à venir, car certaines personnes hésitent encore à voyager afin de limiter les risques sanitaires, tandis que les mesures de sauvegarde n'ont pas toutes été complètement abandonnées. En 2022, la croissance du PIB de la zone euro devrait être relativement robuste, à 4,4 %.
 
Les perspectives économiques du Royaume-Uni se sont améliorées depuis le début de l'année 2021. L'activité s'est avérée plus résistante que prévu lors du troisième confinement national, et a fortement rebondi au deuxième trimestre 2021, alors que les restrictions ont commencé à s'alléger. L'économie britannique devrait connaître une croissance de 6,9 % en 2021, mais ne devrait pas atteindre son niveau pré-pandémique avant 2022. Les consommateurs sont le moteur de la reprise, avec une forte croissance dans les secteurs de l'hôtellerie et de la restauration. Cette dynamique devrait se poursuivre, les dernières restrictions ayant été levées. Cependant, les pénuries d'intrants ont entraîné de sérieuses contraintes d'activité dans le secteur manufacturier. Ce problème devrait s'atténuer progressivement au cours du second semestre de 2021, mais ne devrait pas disparaître complètement avant 2022.
 
En dehors de l'Europe, l'activité économique aux États-Unis a déjà dépassé son niveau pré-pandémique au deuxième trimestre de 2021, avec une croissance du PIB de 6,1 % en glissement annuel. Le déploiement de la vaccination et la réouverture de l'économie au S1 ont fortement contribué à la reprise. Toutefois, la croissance a été affectée par des problèmes de chaîne d'approvisionnement, qui ont limité la capacité des stocks à se reconstituer pour répondre à la forte demande intérieure. L'économie américaine devrait croître de 5,5 % en 2021, grâce à une forte demande intérieure, le marché du travail se rétablissant rapidement. Un plan de relance budgétaire de 1 900 milliards USD approuvé par le Congrès au printemps a apporté une contribution supplémentaire à la croissance. En 2022, le plan américain pour l'emploi (American Jobs Plan, AJP), d'un montant de 1 700 milliards de dollars, pourrait encore donner un coup de pouce. Le PIB devrait croître de 4,4 % l'année prochaine, ce qui reste robuste en raison de la reconstitution des stocks.
 
Le PIB de l'Australie s'est redressé plus rapidement que prévu au deuxième trimestre de 2021, avec une croissance de 0,7 % en glissement trimestriel. Toutefois, l'économie a souffert d'une épidémie du variant Delta au cours des deux derniers mois, les infections quotidiennes atteignant des niveaux record. Le rythme du déploiement de la vaccination a été relativement faible jusqu'à présent, environ 65 % de la population ayant reçu au moins une dose. Alors que le rythme de la vaccination s'est accéléré ces dernières semaines, le PIB devrait se contracter au troisième trimestre en raison des mesures de confinement réimposées, avec une croissance annuelle estimée à 2,9 %. Elle sera suivie d'une expansion du PIB de 3,8 % en 2022.
 
Le Japon a connu une contraction du PIB de 4,7 % en 2020, qui sera probablement suivie d'une reprise partielle de 2,4 % en 2021. Le variant Delta a entraîné une vague d'infections au cours de l'été, assombrissant les perspectives du troisième trimestre. L'état d'urgence a été réimposé dans les grandes villes en juillet, ce qui devrait affecter la mobilité et les activités de consommation jusqu'en septembre. La vaccination progresse rapidement, mais reste en retrait par rapport aux autres grandes économies. En 2022, le PIB devrait croître de 2,8 %, soutenu par des exportations robustes et une reprise de la consommation.

Les niveaux de défaillances actuels sont artificiellement bas grâce au soutien des gouvernements

Contrairement aux prévisions faites au début de la pandémie, les défaillances d'entreprises n'ont pas augmenté en 2020 au niveau mondial. L'indice mondial d'insolvabilité a même diminué l'an dernier, de 14 %. Dans notre précédent rapport sur les défaillances, nous avons fait valoir que deux types de politiques sont responsables de cette évolution. Premièrement, la plupart des pays ont apporté des modifications à leur régime d'insolvabilité afin de protéger les entreprises contre la faillite. Deuxièmement, les gouvernements du monde entier ont pris des mesures pour contrer les effets économiques négatifs de la pandémie et pour soutenir les petites entreprises. 
 
En Europe, des pays comme la France, la Belgique, l'Italie et l'Espagne ont promulgué en 2020 des lois qui gelaient temporairement les procédures de faillite ou déclaraient les faillites irrecevables. En dehors de l'Europe, l'Australie a relevé le seuil d'endettement à partir duquel les entreprises peuvent se déclarer en faillite. Tous ces pays ont connu une forte baisse des défaillances en 2020. Les pays qui ont apporté peu ou pas de changements à leurs lois sur l'insolvabilité ont généralement enregistré une baisse plus faible des défaillances. C'est le cas de la Suède, du Danemark, des Pays-Bas, de l'Irlande, du Japon et des États-Unis.
 
Outre les modifications apportées aux lois sur l'insolvabilité, les mesures de soutien fiscal ont également joué un rôle crucial dans le maintien de faibles niveaux de défaillances. Les mesures gouvernementales les plus efficaces ont été les dépenses fiscales directes et les allégements fiscaux. Les pays européens qui ont adopté des mesures de soutien fiscal étendues sont l'Allemagne, la France, l'Autriche, la Belgique, les Pays-Bas et le Royaume-Uni. En dehors de l'Europe, les États-Unis, le Canada, l'Australie et le Japon ont tous mis en œuvre d'importants plans de soutien budgétaire, qui ont contribué à des niveaux de défaillances très faibles en 2020 par rapport à la contraction du PIB.

1 Insolvency growth 2021 YTD vs 2019

Si l'on examine les chiffres des défaillances en 2021, les niveaux restent très bas en général, principalement en raison de l'extension du soutien budgétaire dans de nombreux pays. Le graphique 1 compare le niveau de défaillances depuis le début de l'année 2021 avec le niveau pré-pandémique de 2019. Il montre que les défaillances sont beaucoup plus faibles sur la plupart des marchés, avec même une baisse de 51 % en Corée du Sud, de 47 % à Singapour et de 44 % en Australie. Cela suggère que les mesures de soutien fiscal (et, dans le cas de l'Australie et de Singapour, les ajustements importants apportés aux cadres juridiques) ont été particulièrement efficaces. 

2 Insolvency development by region
Toutefois, les fortes baisses observées dans la plupart des pays suggèrent également que de nombreuses entreprises dites "zombies" ont potentiellement été créées. Ce terme défini ici de manière large des entreprises qui risquent de ne pas survivre lorsque les circonstances économiques reviendront à la normale, car leur situation financière est trop faible. Cela dit, en raison des faibles taux d'intérêt, elles peuvent survivre pendant un certain temps au moins.

Les défaillances d'entreprises devraient augmenter au second semestre 2021 et en 2022

Nous prévoyons une hausse des défaillances sur la plupart des marchés au second semestre 2021 et en 2022. En 2021, les défaillances mondiales devraient afficher une modeste baisse de 1% en glissement annuel, suivie d'une forte hausse de 33% en 2022.

3 Insolvency development 2022 vs 2019
La prévision des défaillances pour 2021 a été considérablement révisée à la baisse par rapport à notre rapport sur les défaillances de mars 2021, principalement en raison de l'extension du soutien fiscal dans de nombreux marchés. Toutefois, comme les programmes de soutien seront progressivement supprimés au second semestre 2021, la relation normale entre le PIB et les défaillances - c'est-à-dire la corrélation négative historique entre les deux variables - sera rétablie en 2022, et de nombreuses défaillances retardées se concrétiseront enfin. 
 
La prévision des défaillances en 2021-2022 est façonnée par trois forces. Premièrement, il y a un effet retardé des défaillances qui, dans des circonstances normales (pas de paquet fiscal, pas de moratoire sur l'insolvabilité), auraient eu lieu en 2020. 
 
Nous supposons qu'une partie des entreprises qui ont été "sauvées" de la faillite en 2020 seront confrontées à faillite au cours des douze premiers mois suivant l'expiration du soutien fiscal. Nous pensons que, grâce aux mesures de soutien, les entreprises auront une position de trésorerie raisonnablement solide pour le moment. Celles dont la situation financière n'est pas viable (entreprises zombies) peuvent gagner du temps en épuisant leur trésorerie. Nous prévoyons que ces zombies se matérialiseront par des défaillances plus de quatre trimestres après la date de fin du soutien fiscal.

4 Insolvency matrix 2022 vs 2019
La deuxième force qui façonne les prévisions des défaillances est le retrait progressif du soutien fiscal lui-même, qui déclenchera en général une augmentation des défaillances vers des niveaux "normaux", similaires à ceux enregistrés dans la période pré-pandémique. Dans environ la moitié des marchés observés, l'aide fiscale a été supprimée progressivement dès le premier semestre 2021 ou même avant. Le Brésil, la Turquie et la Russie sont des exemples de pays où le soutien a pris fin relativement tôt. Pour l'autre moitié, les mesures de relance seront supprimées progressivement au second semestre 2021, voire plus tard. Par exemple, en Australie, en Irlande, au Japon, en Espagne et en Suède, le soutien se poursuivra jusqu'au quatrième trimestre de 2021. En Corée du Sud, les mesures de relance budgétaire sont même prolongées jusqu'au deuxième trimestre 2022.
 
Le troisième facteur qui façonne les prévisions des défaillances est l'effet de l'évolution économique, qui dépend de deux facteurs : l'écart entre le PIB et le PIB potentiel (force de la reprise), et la réaction des défaillances face à cet écart de PIB. Ce facteur indique sur la manière dont les défaillances réagissent au cycle économique. Sur la base des relations historiques, nous savons que les défaillances diminuent généralement dans les cycles économiques expansifs et augmentent lorsque la croissance ralentit, voire décline. La réactivité est appelée "élasticité" en économie et mesure la manière dont les défaillances changent en réponse aux variations du PIB.
 
Au niveau régional, nous prévoyons une augmentation des défaillances en Europe cette année, tandis que la tendance sera toujours à la baisse en Amérique du Nord et en Asie-Pacifique (voir graphique 2). En Amérique du Nord, le nombre de défaillances reste très faible grâce au soutien budgétaire américain et à une reprise économique robuste. Dans la région Asie-Pacifique, le soutien fiscal est également soutenu pendant une période relativement longue. En 2022, les défaillances augmenteront dans les trois régions, la plus forte hausse étant attendue en Asie-Pacifique, tandis que les hausses seront un peu plus faibles en Europe et en Amérique du Nord. Alors que la hausse en Asie-Pacifique part d'une base faible en 2021, en Amérique du Nord, la hausse est quelque peu limitée par la croissance relativement forte des Etats-Unis. En Europe, les défaillances devraient augmenter pour la deuxième année consécutive. 
 
Si l'on examine les prévisions pour 2021 et 2022 au niveau national, on constate qu'en 2022, le nombre de défaillances restera élevé par rapport aux niveaux antérieurs à la pandémie. La combinaison du report des défaillances à partir de 2020, du retour des défaillances à des niveaux "normaux" à mesure que le soutien fiscal est supprimé, et de l'effet de la croissance du PIB sur les défaillances, entraîne une augmentation des défaillances sur la plupart des marchés observés (voir graphiques 3 et 4). C'est en Italie (+34%), au Royaume-Uni (+33%) et en Australie (+33%) que les défaillances seront les plus élevées par rapport aux niveaux pré-pandémiques. En Australie, la hausse se produit principalement en 2022 en raison de l'expiration du soutien fiscal vers la fin de 2021. En Italie et au Royaume-Uni, la hausse est répartie entre 2021 et 2022, mais c'est en 2022 qu'elle est la plus forte. 
 
Aux Pays-Bas, le niveau de défaillances en 2022 est également relativement élevé (+26%) par rapport aux niveaux pré-pandémiques. L'augmentation dans le cas des Pays-Bas n'aura lieu qu'en 2022, car le soutien fiscal maintient le taux à un niveau bas en 2021. D'autres grandes économies comme l'Espagne (+26%), la France (+23%) et les États-Unis (+6%), peuvent également s'attendre à des niveaux de défaillances élevés en 2022. En Espagne, la reprise économique limitée fait grimper les défaillances principalement en 2021. En France, la hausse est répartie sur 2021 et 2022, en raison de la faillite d'entreprises zombies et de la suppression progressive des aides fiscales d'ici le deuxième trimestre 2021. Pour les États-Unis, nous prévoyons un niveau de défaillances supérieur de 6% en 2022 par rapport à 2019. La hausse n'aura lieu qu'en 2022, mais sera plus limitée en raison de la forte reprise économique et aussi en raison des défaillances n'ayant pas autant diminué en 2020-2021, l'effet de base est donc plus faible. 
 
Certains pays affichent une évolution relativement stable des défaillances jusqu'en 2022. C'est le cas de l'Allemagne (+2%) et, dans une moindre mesure, de la Suède (+3%) et du Japon (+4%). Sur ces marchés, le niveau des défaillances revient plus ou moins à la normale, malgré la pandémie. La dynamique d'une année sur l'autre peut cependant être forte, comme le montre le tableau 1 en annexe. Par exemple, l'Allemagne a enregistré une baisse de 16 % des faillites en 2020, avec une autre baisse de 1 % prévue en 2021, mais suivie d'une hausse prévue de 22 % en 2022. L'effet net est un niveau légèrement élevé par rapport aux niveaux pré-pandémiques.
 
Le Brésil (-35%), la Corée du Sud (-15%) et l'Irlande (-10%) sont les seuls marchés où les défaillances seront nettement moins nombreuses en 2022 par rapport aux niveaux de 2019. En Irlande, les défaillances n'ont pas baissé aussi fortement en 2020, et l'effet de base est donc plus faible. En outre, le soutien fiscal se poursuivra jusqu'au quatrième trimestre de 2021, alors que la force de la reprise économique réduit également les défaillances. En Corée du Sud, la longue prolongation du soutien fiscal est également à l'origine du niveau encore faible des défaillances attendues en 2022. Au Brésil, la reprise économique est suffisamment forte pour maintenir les défaillances à leur niveau actuel au cours des deux prochaines années. 
 
Au-delà de 2022, nous prévoyons que les défaillances commenceront à nouveau à diminuer ou resteront constantes. En effet, les niveaux de défaillances seront largement revenus à la normale et les entreprises zombies, qui ne sont pas en mesure de survivre sans soutien, auront déjà fait faillite. Il est clair que la suppression progressive du soutien fiscal pourrait poser des problèmes à certaines entreprises à court terme, car elles devront à nouveau opérer dans un environnement sans soutien public significatif. Certaines entreprises sont particulièrement vulnérables car elles se sont endettées davantage pour survivre à la pandémie de Covid-19.

Theo Smid, Senior Economist
theo.smid@atradius.com
+31 20 553 2169

Iulian Ciobica, economist
iulian.ciobica@atradius.com
+31 20 553 2121

All content on this page is subject to our Disclaimer, available here.

Documents associés