Changement climatique et impact sur le risque pays

Etude économique

  • Algeria,
  • Angola,
  • Argentina,
  • Australia,
  • Austria,
  • Bangladesh,
  • Belgium,
  • Brazil,
  • Bulgaria,
  • Canada,
  • Chile,
  • China,
  • Colombia,
  • Costa Rica,
  • Croatia,
  • Cyprus,
  • Czech Republic,
  • Denmark,
  • Egypt,
  • Estonia,
  • Finland,
  • France,
  • Germany,
  • Greece,
  • Hong Kong SAR,
  • Hungary,
  • Iceland,
  • India,
  • Indonesia,
  • Iran,
  • Ireland,
  • Italy,
  • Japan,
  • Jordan,
  • Kenya,
  • Kuwait,
  • Latvia,
  • Lithuania,
  • Luxembourg,
  • Malaysia,
  • Mexico,
  • Morocco,
  • Netherlands,
  • New Zealand,
  • Norway,
  • Panama,
  • Peru,
  • Philippines,
  • Poland,
  • Portugal,
  • Romania,
  • Russia,
  • Saudi Arabia,
  • Singapore,
  • Slovakia,
  • Slovenia,
  • South Africa,
  • South Korea,
  • Spain,
  • Sweden,
  • Switzerland,
  • Taiwan,
  • Tanzania,
  • Thailand,
  • Tunisia,
  • Turkey,
  • United Arab Emirates,
  • USA,
  • United Kingdom,
  • Vietnam
  • General economic

27 mai 2021

Le changement climatique : un risque accru pour les pays, mais aussi des opportunités commerciales.

Résumé

  • Le changement climatique a un impact négatif sur les économies du monde entier, leurs finances publiques et le commerce international. Les conséquences du changement climatique augmentent donc le risque pays lié aux transactions d'exportation et aux contrats internationaux.
  • La modification du régime des précipitations, l'élévation du niveau de la mer et les catastrophes naturelles touchent principalement les pays d'Afrique, des Caraïbes et de la région Asie-Pacifique. Ces pays combinent souvent une grande vulnérabilité au changement climatique et un faible niveau de préparation pour faire face aux conséquences de ce changement.
  • Les entreprises opérant au niveau international développent des technologies et construisent des infrastructures qui sont utilisées pour les initiatives d'adaptation au climat des pays touchés. Elles apportent ainsi une contribution positive à la lutte contre le changement climatique.

À une époque où la pandémie de Covid-19 a balayé la planète comme une onde de choc, les scientifiques et les décideurs politiques ont gardé cet autre grand problème, le changement climatique, sur leur radar. Heureusement, car - tout comme la pandémie - le réchauffement climatique est une menace majeure pour l'humanité et il est urgent d'agir. Mais il existe un deuxième point similaire. Comme le Covid-19, le changement climatique n'entraîne pas seulement des souffrances personnelles, mais aussi de grands dommages financiers et économiques. L'augmentation de la sécheresse, l'élévation du niveau de la mer et les catastrophes naturelles affectent les revenus des citoyens et des entreprises et représentent des coûts élevés pour les gouvernements. Ou encore, comme le souligne le FMI dans un récent document de référence, "le changement climatique redistribue les revenus et affecte la valorisation des actifs, avec des répercussions sur les bilans des secteurs public et privé, les flux financiers et la stabilité financière, le commerce et les taux de change". Par conséquent, le changement climatique affecte de plusieurs façons le risque pays lié au commerce extérieur et aux projets dans les pays du monde entier.

Parallèlement, le changement climatique offre également des opportunités. Le développement de nouvelles technologies et les investissements dans, par exemple, l'irrigation, les usines de dessalement et la transition énergétique ont un impact positif sur la croissance économique et créent de nouveaux emplois.

Dans cette note de recherche, nous nous intéresserons tout d'abord aux conséquences les plus importantes du changement climatique pour les différents pays : la modification du régime des précipitations, l'élévation du niveau de la mer et l'augmentation des catastrophes naturelles liées au changement climatique dans les zones côtières. L'accent sera mis sur les pays qui ressentent le plus l'impact : les économies émergentes d'Afrique, d'Amérique latine et de la région Asie-Pacifique. En utilisant l'indice ND-GAIN pour le changement climatique, nous identifions les pays qui font piètre figure en ce qui concerne leur vulnérabilité et leur préparation à ces différents types d'impact.

Heureusement, le changement climatique a aussi un côté positif. Dans la dernière section de cette note, nous mentionnons une série de projets qui montrent comment les entreprises opérant au niveau international sont impliquées dans la lutte contre le changement climatique et l'adaptation à celui-ci.

L'indice ND-GAIN : cartographie de la vulnérabilité et de la préparation des pays au changement climatique

Une méthodologie utile pour cartographier les conséquences du changement climatique sur le risque pays est fournie par l'initiative Notre Dame Global Adaptation (ND-GAIN). Ce groupe de scientifiques de diverses disciplines, affilié à l'université de Notre Dame (Indiana, États-Unis), publie chaque année l'indice ND-GAIN pour 181 pays, avec des sous-indices pour la vulnérabilité des pays et le degré auquel ils sont prêts à utiliser efficacement les investissements pour répondre aux conséquences du changement climatique (leur "préparation"). Les données sous-jacentes et le classement des pays sont utilisés par les entreprises privées ainsi que par les organisations non gouvernementales et les gouvernements pour prendre des décisions relatives à la production, aux investissements, aux choix politiques et à la communication.

L'indice ND-GAIN mesure la première composante, la vulnérabilité au changement climatique, en incluant les conséquences sur l'approvisionnement alimentaire, l'accès à l'eau, la santé, l'écosystème, le cadre de vie et les infrastructures, en incluant six indicateurs pour chacune de ces six composantes. Des exemples de ces 36 indicateurs sont l'impact attendu sur les cultures agricoles, la dépendance aux ressources naturelles, l'augmentation attendue des inondations et l'impact de l'élévation du niveau de la mer. La deuxième composante, l'état de préparation, est mesurée par rapport à un total de neuf indicateurs économiques, politiques/administratifs et sociaux. Il s'agit par exemple du climat des affaires, de la stabilité politique et de la qualité de l'infrastructure des TIC dans le pays concerné.

La modification du régime des précipitations : une menace majeure pour l'Afrique à forte intensité agricole

La hausse des températures et la modification du régime des précipitations font que les pays relativement secs deviennent encore plus secs et les pays humides plus humides. Une sécheresse prolongée peut survenir partout dans le monde, mais certaines régions et certains pays sont plus gravement touchés que d'autres. La vulnérabilité à la sécheresse est exacerbée, entre autres, par la pauvreté et la mauvaise utilisation des terres. Il n'est donc pas surprenant que les pays africains soient les plus vulnérables. La plupart de ces pays sont situés en Afrique australe et centrale, quelques autres en Asie (Inde et Népal).

En 2019, l'impact du changement climatique a été clairement visible lorsque l'Afrique australe a été frappée par une sécheresse extrême. Mais trop de pluie peut également constituer un problème. Dans la Corne de l'Afrique, les conditions météorologiques sont passées d'une sécheresse extrême en 2018 à de fortes précipitations en 2019, entraînant des inondations et des glissements de terrain. En Afrique de l'Est, les fortes précipitations ont contribué à une forte croissance des cultures, mais ont également entraîné une grave invasion de criquets.

La hausse des températures et les fortes précipitations menacent la santé publique

En raison de la hausse des températures dans les années à venir et de la modification plus fréquente du régime des précipitations, les phénomènes météorologiques extrêmes seront plus fréquents. Ces conséquences du changement climatique auront un impact négatif sur la santé publique, l'agriculture et l'approvisionnement en énergie. En ce qui concerne la santé publique, les pays africains sont particulièrement vulnérables. La hausse des températures et les fortes précipitations rendent le milieu de vie propice aux insectes qui transmettent des maladies comme le paludisme et la dengue.

L'agriculture est le secteur le plus vulnérable à la hausse des températures et à la modification du régime des précipitations. Les risques comprennent une baisse de la production, une augmentation des parasites et des maladies et des inondations qui affectent les infrastructures. La figure ci-dessous montre tous les pays du monde où le secteur agricole représente 20 % ou plus du PIB. Elle montre clairement que les pays principalement africains sont exposés à des secteurs agricoles surdimensionnés. Dans beaucoup d'entre eux, il s'agit principalement d'une agriculture de subsistance.

Figure 1 Many African countries reliant on agriculture

Dans de nombreux pays, c'est le secteur agricole qui crée le plus d'emplois. La figure ci-dessous montre les pays où le secteur agricole représente 50 % ou plus de l'emploi total.

Figure 2 Failed crops affect many farmers

Les mauvaises récoltes augmentent l'insécurité alimentaire et détériorent le niveau de vie dans de nombreux pays. L'indice ND-GAIN comprend également un "score alimentaire". Il mesure la vulnérabilité d'un pays au changement climatique en termes, entre autres, de production et de demande de nourriture. Les indicateurs pris en compte comprennent l'évolution attendue des rendements céréaliers, la croissance démographique prévue, la dépendance à l'égard des importations alimentaires, la population des zones rurales et la capacité agricole.

La figure 3 montre les pays qui apparaissent comme les plus vulnérables à partir de cet indice alimentaire.

Figure 3 Top 20 most vulnerable countries for climate change-related problems in the food sector

La figure 4 présente une matrice des scores ND-GAIN des pays, tant pour leur vulnérabilité que pour leur état de préparation. Presque tous les pays les plus vulnérables énumérés dans la figure 3 se trouvent dans le quadrant supérieur gauche. Cela signifie que ces pays sont vulnérables et ont pris peu de mesures pour s'adapter au changement climatique. La Somalie (SOM) et le Niger (NER) sont dans la position la plus faible. Antigua-et-Barbuda (ATG, en bleu) a un mauvais score pour le sous-indice alimentaire et est également relativement vulnérable au changement climatique, mais le pays a déjà pris des mesures pour faire face aux conséquences, ce qui le place dans le quadrant supérieur droit.

Figure 4 Vulnerability of food sector weighs heavily

Approvisionnement énergétique défectueux

La sécheresse peut également avoir un impact négatif sur l'approvisionnement en énergie si l'hydroélectricité est une source importante dans le mix énergétique d'un pays. En 2019, la sécheresse a sérieusement perturbé l'approvisionnement en énergie en Zambie et en Afrique du Sud, avec un impact important sur l'économie également. Les pays où l'hydroélectricité occupe une part importante dans l'approvisionnement énergétique sont principalement situés en Amérique latine. Les données de BP montrent qu'en Amérique latine, environ un quart de l'approvisionnement énergétique est généré par l'hydroélectricité en Équateur, au Brésil, au Venezuela et au Pérou. Il existe également quelques pays d'Asie où l'hydroélectricité occupe une place importante dans l'approvisionnement énergétique, comme au Vietnam et au Sri Lanka où l'hydroélectricité représente respectivement 14% et 12% de la consommation totale d'énergie. Pour l'Afrique, l'Agence internationale de l'énergie indique que l'hydroélectricité représente environ 17 % de l'approvisionnement en électricité du continent en moyenne. Les pays où l'hydroélectricité fournit plus de 80 % de l'électricité sont le Congo-Kinshasa, l'Éthiopie, le Malawi, le Mozambique, l'Ouganda et la Zambie.

L'Afrique étant très vulnérable au changement climatique, l'approvisionnement en énergie est le plus exposé. Les prévisions indiquent que l'Afrique australe sera confrontée à davantage de sécheresses, tandis que l'Afrique de l'Est connaîtra davantage de précipitations. Par conséquent, la capacité hydroélectrique devrait diminuer au Congo-Kinshasa, au Mozambique, au Zimbabwe, en Zambie et au Maroc. Une augmentation est prévue en Égypte, au Soudan et au Kenya.

Soutien aux mesures d'adaptation

Les pays à faible revenu sont les plus vulnérables au changement climatique. Ces pays ne disposent pas des ressources financières et des technologies nécessaires pour accroître leur résilience et s'adapter à l'évolution des conditions météorologiques. C'est pourquoi ces pays reçoivent le soutien de diverses organisations. Par exemple, la Banque mondiale aide les pays à s'adapter au changement climatique par des investissements et une assistance technologique. A cette fin, elle a mis en place le Plan d'action pour l'adaptation et la résilience. En ce qui concerne l'agriculture, son objectif est d'accroître la résilience des agriculteurs et de les soutenir avec des solutions intelligentes sur le plan climatique. Par exemple, le développement d'une agriculture intelligente face au climat passe par l'amélioration des semences et la diversification de la production alimentaire. Les technologies agricoles améliorées comprennent également le fumier, les tracteurs et les systèmes d'irrigation.

L'élévation du niveau de la mer : un énorme problème en Asie-Pacifique et dans les Caraïbes

L'une des conséquences les plus évidentes du changement climatique est l'élévation du niveau de la mer. Avec l'augmentation des températures moyennes mondiales, les calottes polaires du Groenland et de l'Antarctique, la glace de mer dans les régions polaires et les glaciers et la neige dans les régions de haute altitude du monde fondent, entraînant une élévation du niveau des mers. Un autre facteur est que l'eau chaude a un plus grand volume que l'eau froide. Les estimations de l'élévation du niveau des mers jusqu'à la fin du siècle vont de 60 à 220 centimètres, selon la mesure dans laquelle l'humanité parviendra à réduire les émissions de CO2. À première vue, cette augmentation peut sembler limitée, mais elle a des conséquences majeures. Selon les calculs du groupe de recherche américain Climate Central, d'ici 2050, l'habitat de pas moins de 300 millions de personnes risque d'être inondé une fois par an en moyenne. À la fin du siècle, l'habitat de 200 millions de personnes se trouverait en permanence sous le niveau de la mer, en fonction de la construction de défenses côtières ou des déplacements de population. Pour bon nombre des quelque 110 millions de personnes qui vivent déjà dans des zones situées sous le niveau de la mer, les autorités devront prendre des mesures pour assurer leur sécurité également.

La menace que représente l'élévation du niveau de la mer est particulièrement importante en Asie, dans le Pacifique et dans les Caraïbes. Elle est bien sûr largement liée à l'élévation des zones côtières, mais aussi à la hauteur et à la qualité des renforcements côtiers présents. Les recherches menées à l'aide d'un modèle numérique d'élévation complété par des techniques d'apprentissage automatique montrent que les zones côtières de la Chine, du Bangladesh, de l'Inde, du Vietnam, de l'Indonésie et de la Thaïlande représentent ensemble environ 75 % des 300 millions de personnes susmentionnées dont l'habitat est menacé d'ici 30 ans.

Alors que pour les grands pays d'Asie, cela concerne souvent des parties limitées du pays, dans les États insulaires du Pacifique et de l'océan Indien, la majeure partie de la zone est souvent menacée par l'élévation du niveau de la mer. Par exemple, les trois quarts de la population des îles Marshall vivent dans des zones menacées, et environ un tiers aux Maldives. En ce sens, la grande taille d'un pays ou d'une économie est un facteur d'atténuation de la hausse du niveau de la mer, car seule une partie du pays est touchée.

Figure 5 Small, poor island states most vulnerable to sea level rise

Les petits États insulaires du Pacifique et des Caraïbes ont généralement des capacités administratives et techniques limitées et des ressources financières restreintes. Il existe toutefois des différences. Par exemple, les Maldives, un pays dont le PIB par habitant est relativement élevé, se trouvent dans le quadrant des pays vulnérables qui sont plus que moyennement préparés aux conséquences du changement climatique. Afin de garantir les revenus élevés du tourisme, le gouvernement a investi massivement dans le renforcement des côtes et la mise en valeur des terres.

Les petits États insulaires dépendants des financements étrangers

Les Fidji se situent également du côté droit de la médiane verticale, tout en restant financièrement vulnérables. Par exemple, la Banque mondiale a calculé que le pays devra encore investir environ 100 % de son PIB au cours des dix prochaines années pour se préparer à l'élévation prévue du niveau de la mer et à l'augmentation des catastrophes naturelles. Les Fidji, comme d'autres États insulaires du Pacifique et les Comores (au large de la côte est de l'Afrique), dépendent principalement des financements étrangers. Le soutien provient du FMI et de la Banque mondiale, de pays voisins comme l'Australie et la Nouvelle-Zélande, ou de pays qui fournissent une aide ou accordent des prêts pour des raisons politico-stratégiques. Par exemple, le FMI a soutenu les Comores après une catastrophe cyclonique en leur accordant une aide d'urgence importante, la Micronésie reçoit une aide des États-Unis pour constituer un tampon pour l'avenir (avec un succès limité) et Samoa reçoit des prêts de la Chine. Les îles Salomon ont échangé une relation à long terme avec Taïwan contre une relation financièrement plus favorable avec la Chine.

Augmentation des catastrophes naturelles dans les zones côtières

Les pays vulnérables à l'élévation du niveau de la mer sont souvent aussi touchés par l'augmentation des catastrophes naturelles, telles que les tempêtes et les ouragans. À l'heure actuelle, il n'existe pas de consensus scientifique sur un lien direct entre le changement climatique et les ouragans, mais ces dernières décennies, les catastrophes naturelles dans les zones côtières ont augmenté. Une relation de cause à effet peut s'expliquer par le fait qu'une atmosphère plus chaude réchauffe les eaux de surface en mer, ce qui accroît la gravité des ouragans. Depuis le début des années 1970, le nombre d'ouragans dans les catégories les plus violentes a presque doublé dans le monde, tandis que la durée des ouragans et les vitesses de vent les plus élevées ont augmenté de près de 50 %.

Les catastrophes naturelles ont un impact majeur. Par exemple, rien qu'en 2019, les catastrophes naturelles ont causé 11 755 décès dans le monde, tandis que 95 millions de personnes ont été touchées. Une partie de ce chiffre n'est pas liée au changement climatique (comme les tremblements de terre, alors que même sans changement climatique, il y aurait des ouragans), mais le fait que les inondations aient été responsables de 43,5 % du nombre de décès, les températures extrêmement élevées de 25 % et les tempêtes de 21,5 %, rend plausible le fait que le changement climatique ait joué un rôle majeur. Les tempêtes et les inondations ont été responsables de 68 % des décès. La Banque mondiale indique que 75 % des dommages causés par les catastrophes naturelles depuis 1980 sont imputables à des phénomènes météorologiques extrêmes et que le changement climatique menace de faire basculer quelque 100 millions de personnes dans l'extrême pauvreté au cours des dix prochaines années.

Les différences par région et par pays sont importantes, mais là aussi, les pays les plus pauvres sont généralement plus touchés que les pays à revenu élevé. Selon la Banque mondiale, les pays à revenu faible ou intermédiaire ont subi 32 % des tempêtes sur la période 1998-2018, mais 91 % des décès liés aux tempêtes. Sur la liste des pays les plus touchés par les catastrophes naturelles publiée par l'Institut de l'Université des Nations unies pour l'environnement et la sécurité humaine (UNU-EHS), les pays d'Asie et du Pacifique dominent à nouveau, aux côtés des pays d'Amérique centrale et des Caraïbes notamment.

Figure 6 Top 15 countries hit by natural disasters

L'impact des catastrophes naturelles graves est souvent relativement important pour les petits États insulaires, tout comme la menace de l'élévation du niveau de la mer, et constitue donc un facteur important pour déterminer le niveau de risque du pays. Pour plusieurs des états insulaires, ND-GAIN ne donne pas de score de vulnérabilité et donc pas de score global ND-GAIN. Cependant, si l'on considère uniquement le score de préparation de ND-GAIN pour les pays qui doivent faire face à des catastrophes naturelles (et qui prend donc également en compte la mesure dans laquelle ces pays font face à d'autres conséquences du changement climatique), nous pouvons conclure que le tableau est diversifié. L'île Maurice, Brunei et le Costa Rica obtiennent des résultats relativement bons à cet égard, tandis que la Guinée-Bissau, le Bangladesh, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, le Nicaragua, le Cambodge et le Guatemala obtiennent des résultats médiocres en termes de "préparation". Les grands pays qui combinent un risque relativement élevé de catastrophes naturelles avec un mauvais score de préparation sont (à nouveau) le Bangladesh et, dans une moindre mesure, les Philippines et plusieurs pays d'Amérique latine.

Le bon côté du changement climatique : les opportunités commerciales

De nombreuses économies émergentes sont vulnérables à un ou plusieurs éléments du changement climatique. La chaleur, la sécheresse et la modification du régime des pluies constituent une menace majeure pour l'Afrique, où l'agriculture est intensive. L'élévation du niveau de la mer et la multiplication des catastrophes naturelles dans les zones côtières posent des problèmes en Asie, dans le Pacifique et dans les Caraïbes. Bien que certains pays soient à la traîne, beaucoup d'entre eux, souvent aidés par des partenaires multilatéraux ou bilatéraux, prennent des mesures à court et à long terme, créant ainsi des opportunités commerciales.

En fait, cela s'applique à tous les canaux par lesquels le changement climatique affecte le risque pays. Les entreprises actives dans le développement de nouvelles technologies et la construction d'installations d'irrigation et de dessalement disposent d'un vaste terrain de jeu en Afrique. Parallèlement, le grand potentiel inexploité des énergies renouvelables en Afrique offre des opportunités. La société française Mascara Renewable Water, par exemple, s'est associée à une entreprise locale pour construire une usine de dessalement à énergie solaire en Afrique du Sud, qui transformera l'eau de mer en eau douce. La société néerlandaise Independent Energy B.V. exporte vers des pays d'Afrique, du Moyen-Orient et d'Amérique du Sud, où l'on s'intéresse aux systèmes d'énergie solaire, mais où l'on manque cruellement de connaissances sur la manière de les construire correctement.

Les opportunités créées pour les entreprises de construction et les compagnies maritimes actives dans la construction de parcs éoliens offshore sont d'une ampleur bien plus grande. Taïwan, par exemple, a fait appel à Siemens Gamesa, l'un des principaux fournisseurs de solutions d'énergie éolienne, à la multinationale danoise Ørsted, spécialisée dans les énergies renouvelables, et à des entreprises néerlandaises telles que Heerema Marine Contractors, Van Oord Offshore et Boskalis Westminster Dredging pour participer à de grands projets d'éoliennes en mer.

Les pays touchés par la montée du niveau de la mer et les catastrophes naturelles en Asie et dans les Caraïbes ont besoin d'expertise en matière de défense côtière et de gestion de l'eau. Kiribati, le vaste État insulaire du Pacifique, cherchera à obtenir le soutien de la Chine et d'autres alliés pour surélever les îles de la mer, en partie grâce au dragage. Les Maldives, dans l'océan Indien, combinent la défense côtière et la récupération des terres avec le développement d'un port et d'autres améliorations de l'infrastructure, créant ainsi diverses opportunités pour les entreprises indiennes et étrangères.

Le changement climatique est une menace pour la plupart des pays du monde, en particulier les pays les moins riches d'Afrique, d'Amérique latine et de la région Asie-Pacifique. Les entreprises opérant à l'international peuvent profiter des opportunités créées par le changement climatique et, dans le même temps, apporter une contribution positive aux initiatives d'adaptation climatique de ces pays.

 

Bert Burger, économiste senior

bert.burger@atradius.com

+31 20 553 2872

 

Afke Zeilstra, économiste senior

afke.zeilstra@atradius.com

+31 20 553 2873

Avertissement

Les informations figurant sur ce site sont uniquement fournies à titre indicatif et ne doivent pas être utilisées à d’autres fins que celles mentionnées. Nous vous remercions de bien vouloir vous reporter aux réglementations et accords en vigueur. Aucunes informations ne peuvent être considérées comme créant un droit, une obligation ou engageant la responsabilité d’Atradius y compris pour juger de la moralité d’un ou de plusieurs acheteurs. Si Atradius juge de la moralité d’un acheteur, elle le fait pour le compte de son arbitrage et en aucun cas au bénéfice de ses assurés ou toute autre personne. En aucun cas, Atradius, ses partenaires ou sociétés apparentées, agents ou employés, ne pourront être tenus responsables envers les lecteurs ou toute autre personne pour toute décision ou mesure prise sur la foi des informations contenues dans cette carte, ou pour tous dommages indirects, particuliers ou similaires, même si ces personnes ont été avisées de l’éventualité de tels préjudices.