Rapport Pays Allemagne - Mai 2021

Rapport pays

  • Germany
  • General economic

27 mai 2021

Performance des industries allemandes : les métaux et l'acier remontent d'un cran, mais le risque de crédit reste élevé pour de nombreuses entreprises du secteur automobile et des machines.

Performance of German industries May 2021

Situation économique

Un rebond du PIB de 3,5 % attendu en 2021

Le rebond économique observé au second semestre 2020 n'a pas duré au début de 2021, le PIB s'étant contracté de 1,8 % en glissement trimestriel au premier trimestre 2021. Un nouveau pic de cas de coronavirus et les mesures de confinement qui ont suivi ont principalement affecté la consommation privée. De plus, les dépenses des ménages ont été affectées par l'expiration d'une réduction temporaire de la TVA fin décembre 2020, qui faisait partie des mesures de relance liées à la pandémie.
 
Cela dit, les exportations ont continué à soutenir la performance économique, bénéficiant du rebond mondial, notamment de la demande robuste de la Chine (les exportations allemandes vers la Chine ont augmenté de 25,7 % en glissement annuel en février et de 37,9 % en mars).
 
Actuellement, on s'attend à ce que l'activité économique s'accélère à partir du deuxième trimestre, en raison du déploiement de la vaccination en cours et de l'assouplissement des restrictions, et qu'elle retrouve son niveau pré-pandémique à la fin de 2021. Selon Oxford Economics, le PIB devrait rebondir de 3,5 % cette année, après une contraction de 5,1 % en 2020. L'industrie manufacturière et la construction sont les principaux moteurs de la reprise, avec une croissance prévue de 8,2 % et 3,3 % respectivement, tandis que le secteur des services n'augmentera que de 1,7 %, après une contraction de 4,5 % en 2020.
 
La production industrielle et les exportations devraient augmenter de 9,7 % et 9,0 % respectivement. Les exportations bénéficieront de la demande continue de la Chine et profiteront en outre de la reprise économique robuste des États-Unis (alimentée par des plans de relance massifs). Cela dit, la croissance de la consommation privée reste faible, avec une hausse de 1,7 % en 2021 après une chute de 6,3 % en 2020. En raison principalement de la hausse des prix de l'énergie et des carburants, les prix à la consommation augmentent depuis le début de l'année, et l'inflation passera au-dessus de 2 % en 2021.
 
La croissance du PIB devrait s'accélérer pour atteindre environ 4,5 % en 2022, car la consommation des ménages devrait connaître un taux de croissance de rattrapage de plus de 8 % en 2022, tandis que les taux de croissance des exportations et des investissements resteront solides.

La règle du frein à l'endettement de plus en plus en vue

En 2009, l'Allemagne a inscrit dans sa constitution une règle de frein à l'endettement, empêchant les régions d'enregistrer des déficits budgétaires et limitant le déficit structurel du gouvernement fédéral à 0,35 % du PIB. En raison de la pandémie, la règle du frein à l'endettement a été temporairement suspendue, et d'importantes mesures de relance ont entraîné des déficits annuels de plus de 4 % en 2020 et 2021. La dette publique est passée de 55 % du PIB en 2019 à 65 % du PIB en 2021, et devrait atteindre 67 % en 2021.
 
Alors que la règle doit être rétablie en 2022, un débat est en cours pour savoir si elle reste appropriée et doit être réimposée sous sa forme actuelle. Trois partis politiques (de centre-gauche ou de gauche) sont en faveur d'une modification, voire d'une suppression du frein à l'endettement, et l'on s'attend à ce que ce sujet soit une question clé à l'approche des élections fédérales de septembre. Si un changement fondamental de la politique budgétaire allemande est plutôt improbable, une approche plus flexible adoptée par le prochain gouvernement est dans les cartons, étant donné la nécessité de relever les défis du changement climatique (réglementations plus strictes) et de la digitalisation avec des investissements publics plus élevés.

Performance des principales industries manufacturières et de la construction

Automobile : La production allemande de véhicules à moteur et de pièces connexes devrait augmenter d'environ 17 % en 2021, après une chute de 25 % en 2020. Toutefois, les perturbations temporaires de la production causées par les pénuries de semi-conducteurs pourraient ralentir le rythme de la reprise. Le risque de crédit de nombreux fournisseurs automobiles reste élevé. Si le soutien et les prêts du gouvernement ont eu un impact positif sur les liquidités des entreprises, ces prêts sont généralement à court terme et nécessitent un remboursement linéaire, ce qui signifie que les entreprises doivent détenir des liquidités disponibles à court terme.
Produits chimiques : La production a rebondi au T4 de 2020 et, malgré un repli au T1, elle devrait augmenter de 4 % en 2021, le chiffre d'affaires progressant de 5 %. La plupart des entreprises restent financièrement stables, et la situation du risque de crédit reste bénigne.
 
Construction : Le secteur est resté relativement épargné par les pires impacts de la pandémie, et la production devrait augmenter de plus de 3 % en 2021 après une hausse de 1,8 % en 2020. L'activité de construction résidentielle restera le principal moteur de la croissance. Toutefois, la performance du segment de la construction industrielle/commerciale reste en demi-teinte, en raison de la baisse des investissements des entreprises dans les immeubles commerciaux, de détail et de bureaux. En outre, les entreprises de construction sont actuellement touchées par une pénurie de matériaux de construction (par exemple, l'acier d'armature, les matériaux d'isolation, le bois) et ont des difficultés à répercuter les prix d'achat plus élevés de ces articles sur les clients finaux. En raison de la pénurie de matériaux, le risque de retard des projets a augmenté.
 
Machines/Ingénierie : Après une contraction de 12 % des ventes et de 14 % de la production en 2020, l'association industrielle VDMA prévoit un rebond de 7 % de la production de machines en 2021. Cependant, malgré la reprise en cours, les entreprises sont toujours confrontées à des problèmes de liquidité et de rentabilité, et les perspectives pour les sous-secteurs tels que les machines d'impression et les machines-outils pour l'automobile restent modérées. 
 
Métaux et acier : Les deux industries ont connu un rebond des commandes et des ventes depuis le troisième trimestre de 2020, et la situation de liquidité de la plupart des entreprises est soit stable, soit bonne. Les producteurs d'acier bénéficient actuellement de prix de vente plus élevés en raison de l'augmentation de la demande et des pénuries d'approvisionnement en acier. Par conséquent, les prévisions relatives à la performance des entreprises et à la situation du risque de crédit dans le secteur des métaux et de l'acier sont récemment passées de "médiocres" à "passables" (voir le graphique ci-dessus). Toutefois, les entreprises du sous-secteur de la fabrication de tuyaux, ainsi que les petits fournisseurs de l'industrie automobile qui ne profitent pas de la hausse actuelle de la demande de voitures sur les marchés chinois et américain, sont toujours confrontés à des risques de crédit élevés. 

Hausse des défaillances attendue à partir du second semestre 2021

Malgré la contraction de l'économie en 2020, les faillites d'entreprises allemandes ont diminué de 15,5 % en glissement annuel, pour atteindre 15 800 cas, et ont continué à baisser au cours des deux premiers mois de 2021, principalement en raison d'un moratoire temporaire sur les faillites et d'un soutien fiscal important. Cependant, avec l'expiration des ajustements temporaires de la loi sur l'insolvabilité et la suppression progressive de l'aide fiscale, on s'attend à ce que les faillites d'entreprises augmentent à nouveau au second semestre 2021. Si l'on considère la croissance cumulée des faillites entre 2019 et 2021, les faillites d'entreprises allemandes devraient se stabiliser, après des baisses annuelles depuis 2010.

Documents associés

Avertissement

Les informations figurant sur ce site sont uniquement fournies à titre indicatif et ne doivent pas être utilisées à d’autres fins que celles mentionnées. Nous vous remercions de bien vouloir vous reporter aux réglementations et accords en vigueur. Aucunes informations ne peuvent être considérées comme créant un droit, une obligation ou engageant la responsabilité d’Atradius y compris pour juger de la moralité d’un ou de plusieurs acheteurs. Si Atradius juge de la moralité d’un acheteur, elle le fait pour le compte de son arbitrage et en aucun cas au bénéfice de ses assurés ou toute autre personne. En aucun cas, Atradius, ses partenaires ou sociétés apparentées, agents ou employés, ne pourront être tenus responsables envers les lecteurs ou toute autre personne pour toute décision ou mesure prise sur la foi des informations contenues dans cette carte, ou pour tous dommages indirects, particuliers ou similaires, même si ces personnes ont été avisées de l’éventualité de tels préjudices.