Rapport Pays Pologne 2021

Rapport pays

  • Poland
  • General economic

18 mars 2021

Économie : perspectives de croissance solide de 3,8 % en 2021 et rebond de certaines industries, tandis que le risque de crédit pour le transport, le commerce de détail et les services reste élevé.

Performance of Polish industries March 2021

Situation politique

Litiges en cours avec l'UE sur des questions d'État de droit.

Soutenu par le gouvernement national-conservateur Droit et Justice (PiS), le président sortant Andrzej Duda a remporté le second tour de l'élection présidentielle de juillet 2020 par 51 % contre 49 % au candidat libéral Rafal Trzaskowski. Ce résultat serré reflète la division politique du pays, Duda ayant obtenu le plus de soutien parmi les électeurs âgés et ceux des régions plus rurales de l'est et du sud, tandis que Trzaskowski a obtenu de bons résultats parmi les électeurs plus jeunes, dans les grandes villes et les régions de l'ouest du pays.

Au cours des deux dernières années, l'administration du PiS a lancé quelques initiatives politiques controversées, telles que la prise de contrôle direct des chaînes de télévision publiques et des services de sécurité, ainsi que l'élimination des dirigeants des entreprises publiques. Les tentatives de limiter l'indépendance du pouvoir judiciaire en imposant un contrôle politique sur les tribunaux et la nomination des juges constituent un problème majeur. La Commission européenne (CE) a averti à plusieurs reprises le gouvernement polonais que de telles mesures constituent un risque systémique pour l'État de droit et violent les statuts de l'UE.

À la fin de l'année 2020, la Pologne, ainsi que la Hongrie, ont initialement menacé de bloquer l'approbation du budget de l'UE et du plan de redressement du coronavirus, en s'opposant à un mécanisme qui subordonne certains fonds à l'adhésion d'un pays à certaines stipulations de l'UE en matière d'État de droit. Bien que le budget de l'UE ait finalement été approuvé en décembre après que les dirigeants de l'UE soient parvenus à un compromis, la question de l'État de droit restera litigieuse entre la Pologne et la CE et la majorité des États membres. 

Situation économique

Une contraction économique en 2020 bien inférieure à la moyenne de l'UE

En 2020, la contraction économique de la Pologne due à la pandémie de coronavirus était de 2,8 %, soit beaucoup moins profonde que la récession moyenne des États membres de l'UE, qui était de 6,4 %. Cette baisse plutôt faible est due au fait que la performance économique de la Pologne est moins dépendante des exportations, par rapport à ses pairs d'Europe centrale comme la République tchèque, la Hongrie ou la Slovaquie. Dans le même temps, la consommation privée représente 58 % du PIB, ce qui réduit la vulnérabilité aux chocs extérieurs (comme en témoigne le fait que la Pologne n'a pas connu de récession pendant la crise du crédit de 2009). 

En 2021, l'économie devrait rebondir de 3,8 %, si la vague actuelle d'infections au coronavirus peut être contenue et si le processus de vaccination est déployé à temps. La consommation privée devrait augmenter de 3,5 % après avoir diminué du même chiffre en 2020. L'augmentation des versements de l'État aux familles (par exemple, un programme d'allocations familiales) et aux retraités, ainsi que les allégements fiscaux, continuent de soutenir la consommation privée, tandis que le chômage devrait se stabiliser. Les exportations polonaises devraient connaître un fort rebond de 9 % après une contraction de 1,9 % en 2020, soutenues par la reprise de la demande de la zone euro. La production industrielle et l'investissement devraient croître respectivement de 10,6 % et de 3,2 % cette année.

Mesures de relance liées au coronavirus représentant environ 12 % du PIB

Afin de soutenir l'économie, la Banque centrale a abaissé le taux d'intérêt de référence à trois reprises au début de 2020, pour atteindre un plancher record de 0,1 % depuis mai 2020. Cette position accommodante est actuellement favorisée par la baisse de l'inflation, qui a diminué à 2,4 % en décembre 2020, en dessous de l'objectif moyen de 2,5 % de la Banque centrale. Cette année, un taux d'inflation de 2,6 % est attendu.

Les mesures de relance budgétaire liées au coronavirus ont représenté environ 12 % du PIB en 2020. Les mesures dites du "bouclier anti-crise" adoptées jusqu'en décembre 2020 s'élèvent à environ 47 milliards d'euros et visent à protéger les emplois, à soutenir les entreprises, à renforcer le système financier, à améliorer les soins de santé et à augmenter les investissements publics. 

Les mesures de soutien aux entreprises comprennent des garanties de crédit, des exonérations et des reports d'impôts et de cotisations de sécurité sociale, des plans d'arrêt de travail et des paiements supplémentaires. Afin de soutenir les liquidités des entreprises dans les secteurs qui ont le plus souffert de la deuxième vague de la pandémie, le gouvernement a lancé en janvier 2021 un plan de relance supplémentaire appelé "Bouclier financier 2.0", d'une valeur de 2,9 milliards d'euros, destiné à soutenir principalement les PME actives dans plus de 50 secteurs. La Pologne bénéficiera aussi largement du fonds "Next Generation EU" destiné à aider les pays à se remettre de la récession induite par le coronavirus, ainsi que de subventions européennes supplémentaires. Avec ses propres fonds, le gouvernement polonais prévoit d'utiliser le soutien de l'UE pour accélérer les investissements publics dans les infrastructures, l'énergie et la numérisation.  

En raison des mesures de relance globales, le déficit budgétaire a augmenté à 8 % en 2020 (contre 0,8 % en 2019) et devrait à nouveau augmenter en 2021, de 5 % du PIB. À 54 % du PIB en 2021 (47 % du PIB en 2019), la dette publique augmente mais reste viable. Bien que la dette publique soit soumise à un certain risque de change et vulnérable au sentiment des investisseurs internationaux, sa composition globale reste peu risquée. 

Mise à niveau de l'évaluation des performances de certaines industries

Depuis le second semestre 2020, la performance des entreprises et la situation du risque de crédit dans les secteurs des biens de consommation durables et des métaux et de l'acier se sont améliorées, ce qui a conduit à une mise à niveau de l'évaluation sectorielle de "médiocre" à "passable". En ce qui concerne les biens de consommation durables, les ventes ont rebondi dans les segments des appareils ménagers et des meubles, et les perspectives pour 2021 sont plus positives en raison d'une croissance attendue de la consommation des ménages. Les métaux et l'acier ont enregistré une reprise de la demande au second semestre 2020, bénéficiant du restockage et de la reprise de la production par les clients finaux. Les performances des transformateurs d'acier et des grossistes livrant à l'industrie automobile et à l'équipement ménager ont été étonnamment bonnes, aidées par des prix plus élevés.

Cependant, pour d'autres industries comme la construction, les machines, les services, les textiles et les transports, l'évaluation des performances reste "mauvaise" pour le moment. Alors que les entreprises de construction devraient bénéficier des investissements prévus dans les infrastructures publiques, les marges opérationnelles restent très étroites, avec un risque de crédit accru, principalement pour les petits acteurs. Dans le secteur des transports, le risque de crédit dans les segments du transport routier de passagers et du transport routier de marchandises reste élevé. Dans le secteur des services, de nombreux segments ont souffert des mesures de confinement liées à la pandémie. Ceux qui ont particulièrement souffert sont les hôtels et la restauration, les restaurants, les bars, les événements culturels et de divertissement, le tourisme, les agences de voyage et les tour-opérateurs. Malgré un soutien fiscal supplémentaire pour le secteur, on s'attend à ce que jusqu'à 30 % des entreprises ne puissent pas survivre à la crise de la pandémie.

Toujours plus de retards de paiement et d'insolvabilités prévus en 2021

Grâce aux mesures de relance globales, de nombreuses entreprises polonaises ont reçu un soutien financier important et ont pu maintenir leur trésorerie pour le moment (voir ci-dessus). Toutefois, on s'attend à ce que ce soutien s'atténue et finisse par disparaître au cours de l'année 2021, à mesure que la reprise économique s'accélère. Cela pourrait avoir un effet négatif sur les liquidités des entreprises et entraîner une hausse des retards de paiement et des faillites, en particulier dans les secteurs principalement touchés par la pandémie, tels que les transports, le commerce de détail et les services. 

Documents associés

Avertissement

Les informations figurant sur ce site sont uniquement fournies à titre indicatif et ne doivent pas être utilisées à d’autres fins que celles mentionnées. Nous vous remercions de bien vouloir vous reporter aux réglementations et accords en vigueur. Aucunes informations ne peuvent être considérées comme créant un droit, une obligation ou engageant la responsabilité d’Atradius y compris pour juger de la moralité d’un ou de plusieurs acheteurs. Si Atradius juge de la moralité d’un acheteur, elle le fait pour le compte de son arbitrage et en aucun cas au bénéfice de ses assurés ou toute autre personne. En aucun cas, Atradius, ses partenaires ou sociétés apparentées, agents ou employés, ne pourront être tenus responsables envers les lecteurs ou toute autre personne pour toute décision ou mesure prise sur la foi des informations contenues dans cette carte, ou pour tous dommages indirects, particuliers ou similaires, même si ces personnes ont été avisées de l’éventualité de tels préjudices.