Rapport Pays Maroc - April 2021

Rapport pays

  • Morocco
  • General economic

14 avr. 2021

L'économie devrait croître d'environ 5 % cette année. L'ampleur de la reprise en Europe, principal marché d'exportation du Maroc, joue un rôle central.

 Performance of Moroccan industries April 2021

Situation politique

Une monarchie stable, mais des risques persistent

La situation politique est plutôt stable, le roi Mohammed VI détenant l'essentiel du pouvoir politique entre ses mains, tandis que les pouvoirs du parlement et du gouvernement sont limités. Il n'y a pas de menace immédiate pour la monarchie et son institution, car le roi est populaire auprès du peuple.

Les prochaines élections parlementaires sont prévues pour septembre 2021. Le gouvernement de coalition actuel, composé de 12 partis, est très fragmenté. Le processus de normalisation avec Israël reste controversé et a conduit à la démission de plusieurs membres du principal parti de la coalition, le PJD. Malgré un soutien accru à l'opposition, le PJD, parti conservateur islamo-démocrate, devrait rester le plus grand parti au parlement après les élections.

Les tensions sociales se sont accrues depuis 2017 en raison de problèmes persistants (tels que le taux de chômage élevé chez les jeunes, la fracture entre les villes et les campagnes, les inégalités de revenus, l'accès limité aux services de santé et la corruption), suscitant périodiquement des manifestations dans les régions les moins développées du pays. Les questions d'inégalité des revenus, de pauvreté, d'éducation et de soins de santé sont devenues encore plus importantes pendant la crise du coronavirus. Jusqu'à présent, le roi a toujours réussi à aplanir la situation en remplaçant les ministres, en augmentant les dépenses sociales et en lançant un plan de développement à long terme. Bien que l'on ne s'attende pas à ce que le mécontentement social mette en péril la stabilité politique, l'augmentation des dépenses sociales afin de contenir les protestations, risque de peser sur les finances publiques.

Le Maroc reste vulnérable à la menace de l'extrémisme islamique. Les combattants marocains de retour de Libye et de Syrie inquiètent particulièrement les autorités. Toutefois, le pays n'a pas été touché par des attaques terroristes majeures au cours des dernières années. La préservation de la sécurité est une priorité pour le gouvernement, étant donné l'importance des revenus du tourisme pour l'économie. Un autre problème de sécurité est le conflit au Sahara occidental entre le Maroc et le Front Polisario. Les combats ont récemment repris, mettant fin à un cessez-le-feu vieux de 29 ans.

Situation économique

Une prévision de rebond d'environ 5% en 2021 après une forte récession

Avec une contraction de 7% du PIB en 2020, l'économie marocaine a été durement touchée par la pandémie de coronavirus. Des mesures locales de confinement de grande ampleur ont entravé l'activité économique intérieure, tandis que les exportations ont connu une baisse vertigineuse de 15 %, le tourisme (qui représente 12 % du PIB) étant fortement impacté. Le chômage est passé de 9 % en 2019 à 12 % en 2020.

En outre, une sécheresse durable a pesé sur le secteur agricole (qui emploie environ 40 % de la main-d'œuvre marocaine et représente environ 15 % du PIB). Cela dit, l'industrie minière du phosphate (qui représente 9 % du PIB) a bien résisté, avec des exportations en hausse de 4 % en 2020.

Cette année, l'économie devrait rebondir d'environ 5 %, sous réserve de l'assouplissement progressif des mesures de verrouillage, d'un déploiement efficace des vaccins au second semestre 2021 et de conditions météorologiques plus clémentes soutenant les performances de l'agriculture. La consommation privée devrait rebondir de plus de 8 % cette année. La production industrielle devrait augmenter de 8 %, et les travaux sur les projets d'amélioration des infrastructures (routes, ports et chemins de fer) ont repris.

L'ampleur de la reprise en Europe, principal marché d'exportation du Maroc, sera un facteur déterminant du rythme du rebond. Les biens aéronautiques et automobiles ont représenté 40 % des exportations en 2019 et restent des moteurs de croissance clés potentiels. Cependant, ils ont souffert l'an dernier de la détérioration de la demande dans la zone euro. Environ 90% des voitures et des pièces détachées automobiles du Maroc sont exportées, dont 80% vers l'Europe. La construction d'une nouvelle usine automobile par un grand équipementier français dans la ville de Kenitra augmentera la capacité de production de véhicules de 50 % en 2021, ce qui stimulera probablement les exportations.

Alors que les exportations de biens et de services devraient augmenter de près de 9 % en 2021, la reprise dans le secteur du tourisme restera pour l'instant discrète, dépendant fortement de la croissance économique et de la levée des restrictions de voyage en Europe.

Le secteur bancaire est raisonnablement sain, mais la détérioration de la qualité des actifs constitue un risque de détérioration.

La Banque centrale a presque doublé l'apport de liquidités et réduit le taux d'intérêt de référence à 1,5 %, ce qui a contribué à soutenir la croissance du crédit. Jusqu'à présent, le secteur bancaire a relativement bien résisté au ralentissement économique. Toutefois, le ratio des prêts non productifs (PNP) a augmenté de 1 point de pourcentage en 2020, pour atteindre 8,5 %. Il pourrait encore augmenter cette année, en raison de l'effet retardé de l'expiration des moratoires sur le remboursement des crédits.

Le ratio NPL élevé est principalement dû à l'exposition des banques marocaines aux marchés d'Afrique subsaharienne. Bien que des provisions aient été constituées pour près de 70 % des créances douteuses, et que les plus grandes banques aient sensiblement augmenté les niveaux de provisionnement récemment, le ratio de capitalisation du secteur bancaire d'avant la crise (15,6 % à la fin de 2019) reste un peu faible, compte tenu des risques liés aux actifs. 

La dette publique a atteint des niveaux risqués

Au cours des deux dernières années, l'assiette fiscale s'est à peine élargie (21,5 % du PIB) et la discipline budgétaire a diminué. En raison de la pandémie, le Maroc a dû, en avril 2020, puiser pour la première fois dans les fonds disponibles au titre d'une ligne de précaution et de liquidité (PLL) auprès du FMI. Ces fonds, d'une valeur d'environ 3 milliards USD, ont été utilisés pour amortir les répercussions économiques et sociales.

Afin de soutenir la reprise économique, le gouvernement a complété son fonds spécial pandémie (3,1 % du PIB) par des garanties de crédit supplémentaires pour les entreprises (6,5 % du PIB) et a annoncé la création d'un fonds de soutien aux investissements du secteur privé (3,9 % du PIB). Les dépenses supplémentaires liées à la crise du coronavirus et la baisse des recettes ont entraîné une augmentation du déficit budgétaire, qui devrait atteindre 7,6 % du PIB en 2020, et un autre déficit de 7 % du PIB est prévu pour cette année.

La dette publique devrait augmenter pour atteindre 98 % du PIB en 2021 (83 % du PIB en 2019) - bien au-delà du seuil critique de 70 % du PIB pour les économies émergentes. Il existe d'importants passifs liés aux entreprises publiques et aux garanties de crédit accordées aux entreprises du secteur privé.

Le profil de la dette publique est favorable pour l'instant. Une grande partie (environ 75 %) est financée en monnaie locale, ce qui réduit le risque de change. Dans le même temps, environ 70 % de la dette publique extérieure est financée par des créanciers bilatéraux et multilatéraux, ce qui limite le risque de refinancement. En outre, l'échéance moyenne pondérée de la dette, qui est de 7,5 ans, indique que le financement est essentiellement à long terme.

Malgré le profil encore favorable de la dette publique, son niveau élevé reste une préoccupation pour l'avenir, car la reprise de l'assainissement budgétaire après la pandémie sera au mieux progressive. La mise en œuvre progressive prévue de la couverture universelle des soins de santé, ainsi que de l'assurance retraite et chômage, accentueront la pression sur les dépenses sociales dans les années à venir. La nécessité de contenir tout mécontentement social par des subventions et des dépenses sociales plus élevées maintiendra les pressions budgétaires à un niveau élevé.

La position extérieure s'est avérée résiliente, mais les coûts de financement externe pourraient augmenter.

Malgré l'effondrement des entrées touristiques, le déficit des comptes courants n'a que légèrement augmenté en 2020, pour atteindre 5,3 % du PIB, aidé par la baisse des importations, les faibles prix du pétrole et la résilience des envois de fonds. La croissance des exportations (en particulier dans le secteur de l'automobile) devrait ramener le déficit de la balance commerciale en dessous de 3 % du PIB en 2022.

La position économique extérieure du Maroc est correcte, avec un niveau raisonnable de dette extérieure d'environ 54 % du PIB en 2021. Bien que la pression financière ait obligé le Maroc à puiser dans son PLL avec le FMI, le risque de liquidité externe reste contenu. Grâce à un accès facile à des financements étrangers supplémentaires auprès des créanciers officiels et à plusieurs émissions obligataires internationales (pour un montant cumulé de 4,2 milliards USD), les réserves internationales ont augmenté de plus de 35% en 2020. En 2021, les réserves internationales représenteront plus de 9 mois d'importations et 180% du besoin brut de financement extérieur du Maroc. Le dirham marocain est adossé à un panier de devises composé d'EUR (60%) et d'USD (40%). Recommandé par le FMI, il est prévu d'évoluer vers un taux de change plus flexible à moyen terme, afin de mieux protéger l'économie marocaine contre les chocs extérieurs et d'améliorer sa compétitivité internationale.

Bien que le niveau de la dette extérieure ne soit pas très élevé et que les paiements du service de la dette soient restés gérables, les coûts de financement externe pourraient augmenter si les notations de crédit continuent à se détériorer, en raison de l'augmentation considérable de la dette publique.

Réformes structurelles en vue de la diversification

Malgré le faible niveau d'éducation, l'inefficacité du marché du travail, les barrières à l'entrée du marché et l'accès limité au financement restent des obstacles, le potentiel de croissance économique à moyen et long terme est raisonnable.

Traditionnellement un grand producteur de produits agricoles et de phosphates, le Maroc a entrepris des réformes structurelles pour diversifier son économie en développant la fabrication industrielle, en particulier les secteurs axés sur l'exportation (voitures, aéronautique et électronique), et pour offrir un environnement favorable aux investissements (les allégements fiscaux ont attiré de nombreux investisseurs). Les grands projets en cours ou prévus pour améliorer les infrastructures (routes, ports et chemins de fer) renforcent l'environnement des affaires, et la proximité géographique avec l'Europe est un autre atout. Le Maroc est une plaque tournante stratégique pour le commerce et l'investissement entre l'Europe et l'Afrique.

Le faible coût unitaire de la main-d'œuvre et une monnaie légèrement sous-évaluée renforcent la compétitivité du Maroc. Entre 2000 et 2019, le PIB par personne a augmenté de 70 % en termes réels.

En tant qu'importateur net de pétrole, le Maroc reste vulnérable à la hausse des prix du pétrole. Toutefois, grâce à d'importants investissements dans les énergies renouvelables, la dépendance du pays vis-à-vis des importations d'énergie diminue. Le Maroc tire déjà environ 35 % de son électricité des énergies renouvelables, notamment de l'énergie solaire concentrée, et vise à porter la part des énergies renouvelables à 50 % d'ici 2030.

Avertissement

Les informations figurant sur ce site sont uniquement fournies à titre indicatif et ne doivent pas être utilisées à d’autres fins que celles mentionnées. Nous vous remercions de bien vouloir vous reporter aux réglementations et accords en vigueur. Aucunes informations ne peuvent être considérées comme créant un droit, une obligation ou engageant la responsabilité d’Atradius y compris pour juger de la moralité d’un ou de plusieurs acheteurs. Si Atradius juge de la moralité d’un acheteur, elle le fait pour le compte de son arbitrage et en aucun cas au bénéfice de ses assurés ou toute autre personne. En aucun cas, Atradius, ses partenaires ou sociétés apparentées, agents ou employés, ne pourront être tenus responsables envers les lecteurs ou toute autre personne pour toute décision ou mesure prise sur la foi des informations contenues dans cette carte, ou pour tous dommages indirects, particuliers ou similaires, même si ces personnes ont été avisées de l’éventualité de tels préjudices.