Market Monitor Construction Belgique 2020

Market Monitor

  • Belgium
  • Construction

10 mars 2020

Le secteur belge de la construction reste très fragmenté. En dépit des volumes de travail élevés observés en 2019, les marges des entreprises du secteur de la construction sont restées très faibles

Market Monitor Construction Belgium 2020 overview

Market Monitor Construction Belgium overview

Malgré une confiance faible et une modeste croissance du PIB de 1,2 % en 2019, le secteur de la construction a enregistré des résultats plutôt bons en termes de volumes, et la valeur ajoutée a augmenté de plus de 2 %. La persistance des faibles taux d’intérêt a été le principal moteur de la croissance, encourageant les investissements dans l’immobilier résidentiel et commercial (en particulier les bureaux et les bâtiments logistiques). Les prix ont augmenté dans presque tous les segments de l’immobilier.

Cependant, les risques de détérioration des performances du secteur de la construction en 2020 et au-delà se sont accrus. Les perspectives économiques restent modestes, avec une croissance annuelle de seulement 1,1 % prévue en 2020 et 2021 (le secteur de la construction suit généralement les cycles économiques avec un certain retard). Et dans certaines zones et régions, il existe un risque potentiel de surchauffe du marché en raison d’une offre excédentaire de bâtiments neufs (surévalués).

Une année qui s’annonce plus difficile

Après les élections législatives de mai 2019, la formation d’un nouveau gouvernement s’est avérée jusqu’à présent difficile, et le pays est toujours dirigé par un gouvernement en affaires courantes. Pour l’heure, les politiques d’investissement du gouvernement en place ou de tout nouveau gouvernement (affectant la construction et les infrastructures publiques) restent incertaines. Cela s’applique également aux futures politiques fiscales et de taxation (incitations potentielles à la construction résidentielle et commerciale). L’augmentation de l’activité de construction publique à l’approche des élections fédérales et régionales de mai 2019 a entre-temps diminué.

L’activité de construction résidentielle est soutenue par des taux d’intérêt bas et une forte demande de bâtiments à haute efficacité énergétique. Toutefois, l’impact de la suppression progressive du « woonbonus » (une réduction d’impôt pour les prêts hypothécaires qui stimulait les ménages à acheter leur logement) en Flandre depuis janvier 2020 est incertain. Tout dépend de l’évolution des taux d’intérêt. La construction commerciale est affectée par les faibles performances de l’économie belge, qui freinent les investissements des grandes entreprises.

En dépit des volumes de travail élevés observés en 2019, les marges des entreprises du secteur de la construction sont restées très faibles en raison de la forte concurrence, en particulier dans le domaine des appels d’offres publics, et la situation ne devrait pas s’améliorer en 2020. Le pouvoir de négociation des (petits) sous-traitants et fournisseurs a diminué. Le coût élevé de la main-d’œuvre reste un problème, et le manque de personnel qualifié empêche souvent les entreprises de construction de fournir des volumes plus importants.

Dans le même temps, les retards dans le démarrage des projets restent courants, tandis que les entrepreneurs doivent réagir rapidement une fois la commande passée, ce qui réduit le temps de préparation des travaux. Dans le secteur privé, les clients ont tendance à diviser les projets de construction en plusieurs parties, ce qui augmente les coûts des appels d’offres. Le règlement final des projets peut également prendre beaucoup de temps.

Market Monitor Construction Belgium 2020 sector growth

Market Monitor Construction Belgium 2020 sector growth

Consolidation du marché en cours et nouvelles activités professionnelles

Le secteur belge de la construction reste très fragmenté et la consolidation du marché est toujours en cours. Nous prévoyons qu’au cours des deux prochaines années un entrepreneur général sur quatre se tournera vers des activités professionnelles différentes/ nouvelles afin d’améliorer son efficacité et sa productivité. Ces entreprises essaient de plus en plus de se tourner vers des activités de développement, de coordination et de rénovation de projets. En outre, l’accent est de plus en plus mis sur l’efficacité énergétique, la durabilité, les nouvelles techniques, la construction circulaire et la modélisation de l’information du bâtiment (BIM). Une telle évolution de l’activité commerciale nécessite des ressources financières suffisantes, et nous constatons que, dans de nombreux cas, les banques sont réticentes à financer ces projets. Cela pousse les entreprises de construction à chercher d’autres moyens de financement. Les petites entreprises qui ne sont pas en mesure de financer et/ou de faire face à la transition vers de nouveaux domaines d’activité/nouvelles technologies perdront probablement leur avantage concurrentiel (notamment par rapport aux grands acteurs) et se heurteront à davantage de difficultés.

En 2019, de nombreuses entreprises de construction étaient encore confrontées à des débiteurs défaillants (DSO élevé), et quelques entreprises belges sont en mesure d’obtenir des paiements anticipés. En général, les délais de paiement ont tendance à être longs dans le secteur, autrement dit la modalité « 60 jours fin de mois » est très courante.

Une mauvaise expérience de paiement au cours des deux dernières années

L’expérience de paiement a été mauvaise au cours des deux dernières années, le nombre de notifications de non-paiement dans le secteur a été élevé en 2019, et aucune amélioration majeure n’est prévue en 2020. Le nombre de dossiers de défaillances dans le secteur de la construction a augmenté de plus de 8 % en glissement annuel entre janvier et novembre 2019, ce qui est supérieur à la moyenne de l’augmentation globale des faillites d’entreprises au cours de cette période. En 2020, les défaillances dans le secteur de la construction devraient encore augmenter, bien qu’à un niveau plus faible (de 2 à 3 %).

Notre position actuelle en matière de souscription est neutre pour le segment de la construction résidentielle, mais plutôt restrictive pour la construction commerciale et publique. Afin de maintenir notre appétence au risque, il est nécessaire d’identifier les entreprises/ sous-secteurs les plus touchés et de communiquer avec les acheteurs pour obtenir des renseignements financiers à jour et des perspectives de rendement. Nous examinons la flexibilité des entreprises (structure des coûts fixes) et si elles sont ou non en mesure de constituer une réserve pour faire face à d’éventuels ralentissements économiques.

Market Monitor Construction Belgium 2020 strengths & weaknesses

Market Monitor Construction Belgium 2020 strengths & weaknesses

Market Monitor Construction Belgium 2020 performance forecast

Market Monitor Construction Belgium 2020 performance forecast

Documents associés

Avertissement

Les informations figurant sur ce site sont uniquement fournies à titre indicatif et ne doivent pas être utilisées à d’autres fins que celles mentionnées. Nous vous remercions de bien vouloir vous reporter aux réglementations et accords en vigueur. Aucunes informations ne peuvent être considérées comme créant un droit, une obligation ou engageant la responsabilité d’Atradius y compris pour juger de la moralité d’un ou de plusieurs acheteurs. Si Atradius juge de la moralité d’un acheteur, elle le fait pour le compte de son arbitrage et en aucun cas au bénéfice de ses assurés ou toute autre personne. En aucun cas, Atradius, ses partenaires ou sociétés apparentées, agents ou employés, ne pourront être tenus responsables envers les lecteurs ou toute autre personne pour toute décision ou mesure prise sur la foi des informations contenues dans cette carte, ou pour tous dommages indirects, particuliers ou similaires, même si ces personnes ont été avisées de l’éventualité de tels préjudices.