Rapport Pays Mexique 2019

Rapport pays

  • Mexico
  • General economic

07 févr. 2019

Les risques commerciaux à court terme ont diminué après la renégociation de l’ALENA.

2019 mex pic1

2019 mex pic22019 mex pic3

 

 

Situation politique

Un nouveau président avec un mandat politique fort

Andrés Manuel López Obrador du parti de gauche Morena a remporté les élections présidentielles de juillet 2018 avec plus de50 % des voix au premier tour. Il gouvernera avec un mandat politique fort, car une coalition dirigée par Morena a également obtenu la majorité dans les deux chambres du Congrès lors des élections législatives.

 

L’une des principales raisons de la victoire écrasante de M. López Obrador a été sa promesse de lutter de manière décisive contre la criminalité, la corruption et la pauvreté. Avant les élections, la crédibilité des responsables politiques a beaucoup souffert du mécontentement de la population à propos des défaillances institutionnelles, de plusieurs gros scandales sécuritaires et de corruption et du taux de criminalité toujours élevé.

 

Il reste encore beaucoup à faire pour s’attaquer aux problèmes de sécurité intérieure en lien avec la violence liée à la drogue et à la corruption généralisée, qui nuisent gravement au climat des affaires et nuisent aux performances économiques en décourageant les investissements. Pour que le pays récupère ses capacités de revenus à moyen terme, le Mexique devrait améliorer son système d’application des lois, l’indépendance du système judiciaire et la restructuration des institutions de la police.

 

Situation économique

Certaines vulnérabilités économiques structurelles

 

 

2019 mex pic4

 

 

Bien que l’économie mexicaine soit, de manière générale, diversifiée, elle demeure étroitement synchronisée avec le cycle économique américain. Les États-Unis représentent 80% des exportations (plus de 25% du PIB mexicain) et sont la principale source d’envois de fonds (2% du PIB). La dépendance du Mexique à l’égard des recettes pétrolières a diminué, mais reste importante (7% des exportations de biens, 8% du PIB et 20% des recettes publiques). Le peso mexicain est vulnérable aux changements de climat sur les marchés, en raison d’un stock élevé d’investissements de portefeuille (plus de 250% des réserves officielles) et parce qu’il s’agit de la monnaie la plus échangée des marchés émergents.

Les risques commerciaux à court terme ont diminué après la renégociation de l’ALENA

 

 

2019 mex pic5

 

 

Avec la signature de l’accord de l’ACEUM, les incertitudes à court terme sur le commerce nord-américain se sont atténuées. Dans l’ensemble, l’impact économique de l’ACEUM sur le commerce entre le Mexique et les États-Unis sera probablement limité, car il s’agit en fait d’une petite modification de l’accord préexistant de l’ALENA. Toutefois, les droits de douane américains sur l’acier et l’aluminium imposés au Mexique demeurent en vigueur pour l’instant, et des incertitudes à plus long terme subsistent. L’ACEUM doit encore être ratifié par les parlements nationaux de ses trois membres.

Incertitude accrue quant à la politique économique du nouveau gouvernement

Les inquiétudes concernant l’orientation de la politique économique du président López Obrador et l’exécution des contrats se sont accrues, en particulier après la décision d’annuler les plans du nouvel aéroport de Mexico suite à un sondage d’opinion publique (controversé), et ce malgré le fait qu’un tiers a déjà été construit et que près de 70% du projet est déjà financé. Le nouveau président a également annoncé la suspension des enchères pétrolières pendant trois ans, ce qui ralentit les réformes énergétiques historiques entreprises par son prédécesseur Peña Nieto.

Le plan budgétaire 2019 présenté en décembre 2018 a dissipé, du moins pour le moment, les doutes concernant le nouvel engagement du gouvernement en faveur de la stabilité financière. Bien que le plan du président Lopéz Obrador comprenne davantage de dépenses pour les programmes sociaux et l’infrastructure, il préserve toujours le cadre financier prudent établi par ses prédécesseurs. Il reste à voir si le gouvernement respectera ses engagements en 2019, surtout si les recettes sont inférieures aux prévisions (en cas de croissance économique inférieure aux prévisions et de baisse des prix du pétrole).

 

 

2019 mex pic6

 

 

La structure de la dette publique est généralement favorable (67% en monnaie locale). La principale vulnérabilité est une part relativement élevée de la dette détenue par les non-résidents (50%), mais les risques de refinancement sont atténués par une structure d’échéance favorable (échéance moyenne supérieure à dix ans) et une gestion prudente de la dette. La vulnérabilité à la baisse des prix du pétrole a été atténuée par une réforme fiscale et une couverture du prix du pétrole. La situation financière de Pemex s’est stabilisée, ce qui a atténué le risque de passif éventuel. Cependant, l’incertitude s’est accrue pour l’avenir du processus de consolidation de Pemex sous la nouvelle administration.

Environnement macroéconomique stable, mais croissance économique lente

Depuis 1994, la croissance annuelle moyenne du PIB réel n’a été que de 2,6%, principalement en raison de la faiblesse des investissements et de la productivité. Alors que l’incertitude quant à l’avenir des relations commerciales avec les États-Unis s’est atténuée, l’incertitude en matière de politique économique s’est accrue, ce qui pourrait freiner davantage les investissements en 2019. Alors qu’en 2018, la stabilité de la consommation privée et l’accélération des exportations ont compensé la baisse des investissements, ce ne sera peut-être pas le cas en 2019. La confiance des consommateurs a diminué, ce qui devrait peser négativement sur la croissance de la consommation à l’avenir.

L’inflation s’est atténuée, à la suite de hausses des taux d’intérêt, et devrait revenir à la fourchette cible de 2% à 4% de la Banque centrale cette année. Les inquiétudes concernant les politiques de la nouvelle administration et la normalisation en cours de la politique monétaire américaine pèsent sur la monnaie, et le taux de change du peso devrait rester volatil en 2019.

Forte résistance aux chocs de l’économie

 

 

2019 mex pic7

 

 

Malgré les incertitudes politiques et économiques persistantes, le Mexique semble être assez résilient pour y faire face en raison de la solidité de ses fondamentaux économiques. Une forte détérioration de l’économie paraît plutôt improbable. Les fluctuations du taux de change font office d’amortisseur pour l’économie, entre autres grâce au fait que la dette en devises étrangères du Mexique, détenue par le secteur public et privé, reste limitée.

Le système bancaire (principalement à capitaux étrangers) est rentable, bien réglementé, contrôlé et capitalisé. Les prêts non performants sont stables à 2,1% et entièrement provisionnés, tandis que la dollarisation (13%) et la dépendance à l’égard des financements étrangers sont faibles, ce qui réduit l’exposition aux chocs externes. Tant la dette publique que la dette extérieure sont soutenables, cette dernière s’étant stabilisée autour d’un niveau relativement bas de 40% du PIB (45% dû par la dette souveraine).

Le ratio du service de la dette demeure faible, ce qui reflète également un allongement des échéances, tant pour le gouvernement que pour les entreprises. Les déséquilibres du compte courant restent modestes; toutefois, la couverture du déficit du compte courant par les investissements directs étrangers devrait diminuer à 80 % en 2019, contre plus de 100 % précédemment.

 

La situation des liquidités internationales est conforme avec des réserves officielles importantes (plus de quatre mois d’importations, abondantes pour couvrir les besoins de refinancement externe en 2019). Un potentiel supplémentaire de liquidité réside dans une ligne de crédit préventive du FMI de 74 milliards USD (jusqu’en novembre 2019), à laquelle le Mexique peut recourir en cas de conditions de crédit globalement défavorables. Cela réduit les risques de transfert et de convertibilité.

 

 

2019 mex pic8

 

 

L’accès aux marchés des capitaux est toujours solide, comme en témoignent plusieurs émissions obligataires internationales par les secteurs souverain et privé, en 2018, notamment Pemex. Toutefois, les coûts de financement sont en hausse, les écarts de rendement par rapport aux bons du Trésor américains ayant considérablement augmenté depuis la fin de l’année dernière.

 

 

 

 

 

 

 

 

Documents associés

Avertissement

Les informations figurant sur ce site sont uniquement fournies à titre indicatif et ne doivent pas être utilisées à d’autres fins que celles mentionnées. Nous vous remercions de bien vouloir vous reporter aux réglementations et accords en vigueur. Aucunes informations ne peuvent être considérées comme créant un droit, une obligation ou engageant la responsabilité d’Atradius y compris pour juger de la moralité d’un ou de plusieurs acheteurs. Si Atradius juge de la moralité d’un acheteur, elle le fait pour le compte de son arbitrage et en aucun cas au bénéfice de ses assurés ou toute autre personne. En aucun cas, Atradius, ses partenaires ou sociétés apparentées, agents ou employés, ne pourront être tenus responsables envers les lecteurs ou toute autre personne pour toute décision ou mesure prise sur la foi des informations contenues dans cette carte, ou pour tous dommages indirects, particuliers ou similaires, même si ces personnes ont été avisées de l’éventualité de tels préjudices.