Rapport Pays Turquie Mars 2021

Rapport pays

  • Turkey
  • General economic

25 mars 2021

La politique économique de la Turquie est à nouveau à la croisée des chemins, alors que la volatilité de la livre et l'inflation élevée restent des problèmes majeurs.

Performance of Turkish industries March 2021

Situation politique

Les relations avec l'UE et les États-Unis restent tendues

Le président Erdogan a remporté les élections présidentielles de juin 2018 dès le premier tour, consolidant son pouvoir. Avec ce vote, la transition vers le nouveau système présidentiel a été achevée. Lors des élections législatives de juin 2018, l'alliance de l'AKP d'Erdogan avec le parti nationaliste MHP a remporté 53,7 % des voix. Lors des élections locales de mars 2019, l'AKP est à nouveau le parti qui a obtenu le plus fort pourcentage des voix, mais le CHP, parti d'opposition, a remporté les élections de maires dans plusieurs grandes villes. Les prochaines élections présidentielles et générales devraient avoir lieu en juin 2023. Toutefois, des élections générales anticipées ne sont pas à exclure.

Les questions de politique intérieure et régionale continueront d'avoir un impact sur l'économie turque, en particulier sur le sentiment des investisseurs et le taux de change. La partie sud-est du pays reste affectée par la guerre civile en Syrie et les interventions transfrontalières de l'armée turque. Au cours des deux dernières années, la Turquie a adopté une politique étrangère de plus en plus affirmée afin de s'imposer comme une puissance de premier plan en Méditerranée et au Moyen-Orient. Outre son engagement et ses incursions militaires en Syrie et en Irak, Ankara a installé une base militaire au Qatar, est intervenue dans la guerre civile en Libye, a soutenu les forces azerbaïdjanaises dans leur conflit armé avec l'Arménie et a envoyé des navires d'exploration gazière dans des zones contestées de la mer Égée, où la Turquie a des revendications maritimes qui se chevauchent avec celles de la Grèce et de la République de Chypre.

Les relations avec l'UE et les États-Unis restent tendues, bien qu'Ankara ait récemment tenté d'apaiser les tensions (par exemple, en reprenant les pourparlers avec Athènes sur le chevauchement des revendications et en créant un groupe de travail conjoint avec Washington concernant les sanctions américaines imposées à la suite de l'achat par Ankara de systèmes de défense antimissile russes S-400).

 

Situation économique

Récession évitée grâce à une politique de crédit ultra-libre

Le PIB turc a augmenté de 1,8 % en 2020, malgré l'impact négatif de la pandémie de coronavirus sur l'économie. Le secteur du tourisme (qui représente habituellement plus de 11 % du PIB) a été durement touché par les restrictions de voyage, tandis que les perturbations de la chaîne d'approvisionnement mondiale, combinées à la baisse de la demande mondiale, ont eu un impact négatif sur les exportations de marchandises.

Toutefois, la forte croissance du crédit (35 % en glissement annuel en 2020) déclenchée par le gouvernement et la Banque centrale a atténué l'impact des mesures de blocage sur l'activité intérieure. La consommation privée a augmenté de 2,5 % l'année dernière, tandis que les investissements fixes réels ont progressé de 8 %. La forte croissance du crédit a alimenté la demande d'importations (en hausse de 6,3 %), qui sont devenues plus chères en raison de la faiblesse du taux de change de la livre. Cela a eu un effet à la hausse sur l'inflation (12,3 % en 2020).

La croissance du crédit, principal moteur de l'expansion économique, a ralenti depuis le quatrième trimestre de 2020, en raison de la hausse des taux d'intérêt et de la suppression des mesures réglementaires visant à imposer l'expansion du crédit bancaire. Néanmoins, l'économie devrait croître d'environ 5 % en 2021, soutenue par la reprise mondiale en cours. La production industrielle devrait augmenter de plus de 9 % cette année, tandis que les exportations progresseront d'environ 11 %, en raison de la reprise de la demande extérieure et du rebond attendu du tourisme au second semestre 2021. Toutefois, la croissance des investissements sera affectée par les incertitudes persistantes en matière de politique économique. Dans le même temps, la consommation privée n'augmentera que de 2 %, en raison de la persistance d'une inflation élevée (14 % prévus en 2021). Les faillites d'entreprises devraient diminuer de 6 % cette année après une hausse de 14 % en 2020.

Le passage à des politiques économiques plus orthodoxes est-il terminé ?

Le taux de change de la livre turque a déjà affiché une volatilité considérable en 2018 et 2019, et les importantes sorties de capitaux des marchés émergents au premier trimestre 2020 ont entraîné une forte dépréciation de la monnaie. La pression à la dépréciation s'est poursuivie au cours des mois suivants, car des prêts ont été accordés à des taux d'intérêt inférieurs au taux d'inflation afin de stimuler l'économie avec des montants de crédit importants et bon marché. Cette situation s'est avérée intenable et, afin d'éviter une boucle de dépréciation de la monnaie et d'inflation élevée, le gouvernement et la Banque centrale sont revenus à des politiques économiques plus orthodoxes au second semestre 2020. Entre septembre et décembre 2020, la Banque centrale a resserré le taux d'intérêt de référence à plusieurs reprises, de 875 points de base au total, pour le porter à 17 %.

Malgré cette hausse, l'inflation reste considérablement élevée (15,6 % en février 2021) et ne devrait diminuer que progressivement dans les mois à venir, en raison des attentes persistantes d'une inflation élevée et de la pression continue sur les prix déclenchée par la faiblesse du taux de change de la livre. À la mi-mars 2021, le taux d'intérêt de référence a été relevé une nouvelle fois, de 200 points de base, pour atteindre 19 %. Cependant, le président Erdogan a limogé le gouverneur de la Banque centrale immédiatement après - le troisième limogeage d'un gouverneur en moins de deux ans. Cette mesure a de nouveau suscité de sérieux doutes quant à l'indépendance de la Banque centrale (dans le passé, le gouvernement a exprimé à plusieurs reprises son point de vue selon lequel des taux d'intérêt élevés entraînent une forte inflation, et il a donc pris davantage de contrôle sur la politique monétaire). La Turquie a un bilan médiocre en matière de cohérence des politiques et recourt souvent à des politiques de type "stop-go". Il semble que la crédibilité des politiques économiques de la Turquie et la confiance des investisseurs aient été à nouveau ébranlées par ce licenciement, et le taux de change de la livre a recommencé à se déprécier après cette décision.

La dette publique est plutôt faible, mais elle reste vulnérable à plusieurs risques

La réponse budgétaire directe à la pandémie de coronavirus a été modeste, car les mesures de relance d'urgence étaient principalement axées sur le crédit. Les mesures "budgétaires" n'ont représenté que 2,5 % du PIB et se sont concentrées sur les aides à l'emploi et les reports d'impôts. Avec 3,7 % du PIB en 2020, le déficit budgétaire était faible en comparaison internationale, et l'assainissement budgétaire devrait reprendre cette année afin de soutenir le processus de désinflation.

Représentant 36 % du PIB en 2021, la dette publique devrait rester faible par rapport aux normes internationales. Toutefois, elle est vulnérable aux risques de change, de taux d'intérêt et de refinancement, car plus de la moitié de la dette publique est libellée en devises étrangères. Les passifs éventuels ont augmenté en raison d'une extension " hors budget " de 6,8 % du PIB des garanties de prêts du secteur privé dans le cadre du Fonds de garantie des crédits du gouvernement.

Le secteur bancaire reste résilient pour le moment, mais les prêts non productifs vont augmenter

Bien que le secteur bancaire soit vulnérable au risque de refinancement, compte tenu de sa forte dépendance au financement en devises à court terme, le secteur a maintenu des taux de reconduction relativement confortables tout au long des périodes de stress depuis 2018. En outre, la relative viscosité des dépôts dans le système bancaire turc réduit le risque de sortie, associé à la forte dollarisation des dépôts de plus de 50%. Le ratio élevé d'adéquation des fonds propres (19,5 % à la fin de 2020) n'est pas un luxe inutile, compte tenu de la détérioration attendue de la rentabilité et de la qualité des actifs. La baisse de la croissance des prêts, l'augmentation des coûts de financement, l'encours de prêts bon marché et la nécessité de provisionner les prêts à risque réduiront les bénéfices. 

La position extérieure reste faible

La dépréciation de la livre par rapport au dollar accroît le poids de la forte exposition du secteur des entreprises à la dette libellée en devises étrangères. Par le passé, les entreprises turques, notamment dans les secteurs de l'énergie, des matériaux de construction, de l'acier, des transports (compagnies aériennes) et des produits chimiques, ont largement emprunté en devises étrangères auprès des banques locales. Malgré le désendettement continu du secteur privé depuis la précédente crise monétaire en 2018, le poids du service de la dette extérieure reste supérieur au seuil critique de 25 % des exportations de biens et services. Les dettes restent élevées et sensibles aux risques de taux d'intérêt, de reconduction et de taux de change. Malgré tout, de nombreuses entreprises paient des taux d'intérêt élevés pour les prêts et luttent contre l'impact de la valeur plus faible de la monnaie locale sur les remboursements de la dette extérieure.

Le déficit des comptes courants s'est creusé pour atteindre 5,8 % en 2020 et, malgré un rebond attendu du tourisme dans le courant de 2021, une réduction rapide n'est pas d'actualité. En conséquence, le besoin brut de financement extérieur reste important, estimé à 180 milliards USD en 2021, soit trois fois le montant des réserves internationales de la Turquie (qui ont été drainées par la tentative ratée de la banque centrale de stabiliser le taux de change de la livre en 2020). L'économie turque à faible taux d'épargne restera vulnérable aux épisodes de fuite des capitaux.

Contraintes structurelles pour une croissance plus élevée à long terme

Le gouvernement ayant exclu le soutien du FMI, la probabilité de relancer les grandes réformes structurelles longtemps négligées reste faible. Au lieu de cela, il est plus probable que le gouvernement revienne à sa politique préférée de croissance économique axée sur le crédit avant les élections de 2023 (ou même avant en cas d'élections anticipées).

En l'absence de réformes globales allant au-delà de la résolution de problèmes à court terme, la capacité de gain future de l'économie turque reste limitée par des déséquilibres macroéconomiques liés à la croissance du crédit, à une inflation élevée et à un déficit extérieur important. À cela s'ajoutent des problèmes structurels liés à son faible taux d'épargne et à ses faiblesses en matière de compétitivité, ce qui limite l'afflux d'IDE. Le climat d'investissement est également entravé par un système judiciaire faible et un marché du travail inflexible. En l'absence de réformes structurelles visant à accroître l'épargne, à réduire la dépendance à l'égard des importations d'énergie et à améliorer le climat d'investissement, le taux de croissance potentiel de la Turquie tombera à 3,0 % / 3,5 % par an à long terme, ce qui n'est pas suffisant pour absorber l'augmentation de la population en âge de travailler d'environ un million de personnes par an.

 

 

 

Documents associés

Avertissement

Les informations figurant sur ce site sont uniquement fournies à titre indicatif et ne doivent pas être utilisées à d’autres fins que celles mentionnées. Nous vous remercions de bien vouloir vous reporter aux réglementations et accords en vigueur. Aucunes informations ne peuvent être considérées comme créant un droit, une obligation ou engageant la responsabilité d’Atradius y compris pour juger de la moralité d’un ou de plusieurs acheteurs. Si Atradius juge de la moralité d’un acheteur, elle le fait pour le compte de son arbitrage et en aucun cas au bénéfice de ses assurés ou toute autre personne. En aucun cas, Atradius, ses partenaires ou sociétés apparentées, agents ou employés, ne pourront être tenus responsables envers les lecteurs ou toute autre personne pour toute décision ou mesure prise sur la foi des informations contenues dans cette carte, ou pour tous dommages indirects, particuliers ou similaires, même si ces personnes ont été avisées de l’éventualité de tels préjudices.